Body Snatchers – L’invasion des profanateurs

Et si l’horreur était finalement aussi familière que votre voisin de palier ou votre reflet dans le miroir ? Et s’il suffisait d’un petit quelque chose d’indéfinissable en moins pour que vos proches deviennent de dangereux inconnus ? De quoi peupler vos cauchemars, non ! C’est exactement le postulat de base de Body Snatchers de Jack Finney, un classique de la science-fiction horrifique pour une première fois dans les années 50 puis remanié dans les années 70. Et à l’occasion de sa réédition (dans une traduction toilettée pour l’occasion et avec une couverture très Lovecraftienne) il était temps de le relire.
Ce roman nous raconte l’histoire de Miles Bennett, médecin généraliste dans la petite ville de son enfance, Mill Valley en Californie. Depuis peu, ses patients viennent le voir avec un étrange symptôme : ils sont persuadés que leurs proches ont été remplacés par des doubles. Et s’ils avaient raison ?
De ce point de départ, Jack Finley nous déroule une histoire d’invasion extraterrestre paranoïaque et terrifiante à souhait même si elle ne contient quasi aucune scène sanglante à proprement parler. Toute la tension est dans l’attente et l’incertitude, avec un rythme allant crescendo au fur et à mesure que le protagoniste se retrouve prisonnier de lieux pourtant très familiers.
Adapté de nombreuses fois au cinéma, le roman a une écriture très scénaristique et sa structure rappelle fortement les épisodes de La Quatrième dimension, même si le « happy end » final est un peu trop miraculeux à mon goût. Il est au même niveau que les microbes tueurs de Martiens dans La Guerre des mondes de H.G.Wells, mais sans la logique pseudo-scientifique (n’étant pas xénobiologiste, je ne saurais dire si deux espèces ayant évolué sur deux planètes différentes peuvent agir ainsi l’une sur l’autre). Le style est également vieillot. Notamment l’importance des lignes de téléphone fixes dans l’intrigue ancre bien le livre dans le XXe siècle. Néanmoins, il fonctionne toujours autant, et je vous garantis qu’après l’avoir refermé vous regarderez votre entourage d’un autre œil.

Body Snatchers – L’invasion des profanateurs
De Jack Finney
traduction de Michel Lebrun
Éditions Le Belial’

Et en bonus, la bande-annonce de mon adaptation cinématographique préférée de ce livre. Et vous, laquelle vous plaît le plus ?

 

My Heart Is a Chainsaw

Depuis Galeux, Stephen Graham Jones est un auteur que je suis et qui ne m’a jamais déçu. Mélangeant discours social et horreur, son style pourtant purement américain parle à l’Européenne fan de films de genre que je suis. Autant dire que lorsque son dernier livre en date est vendu sur la couverture (enfin la page rouge derrière) comme « un hommage aux films d’horreur classique », il fallait que je me le procure.
Et donc My Heart Is a Chainsaw s’annonce comme le premier livre de la trilogie d’Indian Lake. Il pose d’entrée de jeu des bases familières à tout fan de Vendredi 13 : un lac perdu au milieu des bois, un ancien camp de vacances, une petite ville moribonde et un nouveau quartier en construction de l’autre côté du lac pour servir de résidence secondaire à des milliardaires. Très vite, les cadavres vont surgir. Dans un premier temps, ces crimes seront vus comme de simples accidents. Sauf pour Jennifer Daniels, dite Jade, paria de la ville et du lycée et fan absolue des films de slashers, qui veut croire que les événements de ses divertissements favoris se produisent chez elle, le dernier été de son enfance.
Comme dans Night of the Mannequins, Stephen Graham Jones écrit l’histoire du point de vue d’un de ses personnages, comme si nous étions au cœur d’un film d’horreur. Jusqu’au bout, Jade se voit comme l’une des acolytes de l’héroïne : elle est celle qui sait, qui veut avertir du danger, mais que personne ne croit comme Crazy Ralph dans Vendredi 13 ou le Dr Loomis dans le premier Halloween. Jusqu’à la dernière page, le doute règne sur son rôle véritable, mais également sur l’identité du (ou des ?) tueur.
En filigrane, comme souvent dans les très bons films d’horreur comme ceux de Georges Romero ou de Wes Craven (entre autres), Stephen Graham Jones donne un fondement sociétal à son récit. Ici, il s’incarne surtout dans le personnage de Jade, métisse suicidaire et laissée aux « bons soins » d’un père ivrogne et maltraitant tandis que le reste de la ville détourne le regard et ne s’en inquiète pas préférant la classer comme « ado à problèmes. » En revanche, l’auteur ne fait pas dans le pathos et, comme son héroïne qui s’évade de sa réalité glauque dans les films d’horreur, il nous en dit juste assez pour apporter du contexte sans nous faire tomber dans le voyeurisme malsain.
Plus qu’un énième récit d’horreur somme tout ultra-classique dans son déroulé et son dénouement, My Heart Is a Chainsaw est une histoire d’amour aux films d’horreur et à leurs différents rôles : formateurs, cathartiques, ludiques, etc. Comme Scream, premier du nom, démontait les mécanismes du film d’horreur tout en incarnant l’essence même des slashers, ce roman va s’appuyer sur tous les poncifs du genre pour les sublimer, les retourner et finir en une apothéose sanglante (le fameux troisième acte qui voit la « Final girl » vaincre le monstre) particulièrement jouissive.
Et, pour offrir des pauses à son lectorat, Stephen Graham Jones inclut entre les chapitres les essais que Jade envoie à son professeur d’histoire, véritables introductions aux bases des films d’horreur.
En résumé, si vous aimez l’horreur et le cinéma des années 80, ce livre est fait pour vous. À tel point que certaines ont même listé tous les films cités dedans, si vous voulez vous offrir quelques séquences de rattrapage. Et, bien qu’il soit le premier d’une trilogie, il se tient tout seul sans avoir l’impression d’un manque à la fin. Du coup, soyez rassurés et direction Indian Lake pour une bonne dose de frisson ! En attendant, je pars pré-réserver le tome 2 : Don’t Fear The Reaper.

My Heart Is a Chainsaw
de Stephen Graham Jones
Éditions
Saga Press

American Vampire

Jusqu’en 2011, à la question « quel est ton vampire préféré ? », ma réponse aurait surement été Dracula ou peut être Lestat de Lioncourt (mais uniquement les trois premiers livres des Chroniques des Vampires). Depuis, les créations de Bram Stoker ou d’Anne Rice ont été supplantées dans mon cœur par un sale gosse sans foi ni loi : Skinner Sweet, vampire américain de son état.
Alors que son histoire s’est achevée récemment avec American Vampire 1976, revenons un peu sur l’une des meilleures séries d’horreur récentes en comics, et qui, contrairement à Clean Room, a été jusqu’au bout de son histoire.
De quoi parle American Vampire ? De Skinner Sweet donc, outlaw du Far West accédant à l’immortalité par accident à la fin du XIXe siècle et de Pearl Jones, jeune actrice qu’il transforme à sa ressemblance dans les années 20. Et à travers leurs aventures, nous découvrirons l’histoire des États-Unis dans sa splendeur, mais également ses horreurs ; ainsi que l’histoire occulte des monstres qui se cachent au sein de l’humanité. Qu’est-ce qu’un vampire américain ? Une sous-espèce de l’homo abominum hématophage et propre au continent américain, dont Skinner Sweet est le principal représentant. Ne craignant pas la lumière du soleil, cette variante du vampire voit sa puissance varier en fonction des phases de la Lune et n’a que l’or comme véritable faiblesse.
Des premières histoires centrées sur Skinner et Pearl, le récit prend vite une ampleur plus globale en y intégrant les VMS (Vassals of the Morning Star), organisation secrète qui a longtemps combattu toutes les formes d’homo abominum pour finir par passer quelques alliances avec certains d’entre eux (dont Pearl et parfois Skinner) pour repousser un mal plus ancien et plus profond.
Avec American Vampire, vous trouverez plusieurs niveaux de lecture. Au premier plan, il s’agit de bandes dessinées mêlant action et horreur avec une grande diversité de créatures et de nombreux hommages aux références de l’imaginaire vampirique (mythe, littérature, cinéma ou série télé, tout y passe). Au deuxième niveau, une histoire occulte des États-Unis se dessine qui réjouira les fans de James Ellroy ou de X-Files, avec des luttes de pouvoirs entre créatures, mais également entre agences fédérales ou entre grandes puissances, avec même une incursion dans l’espace. Le tout en maintenant d’un bout à l’autre des 55 épisodes de la série principale et des 13 numéros spéciaux (rassemblés en neuf albums grands formats en VO et traduits chez Panini puis Urban Comics) une qualité égale tant dans le scénario que dans le dessin. Les deux créateurs, Scott Snyder (scénario) et Rafael Albuquerque (dessin) ont en effet assuré l’essentiel des récits. Des invités comme Stephen King ou Dustin N’Guyen infusait du sang frais dans l’œuvre sans en dénaturer ce qui faisait la saveur.
Et la conclusion, American Vampire 1976, rassemble tous les fils laissés en suspens (certains depuis la genèse du récit) pour proposer un final grandiose là où tout a commencé. Comme dirait Skinner Sweet : « Off we go ! »

American Vampire
créé par Scott Snyder (scénario) et Rafael Albuquerque (dessin)
Éditions DC Comics

La Chose

Approchez… Plus près… Installez-vous confortablement au coin du feu et venez lire cette histoire terrifiante… Laquelle ? Vous la connaissez, voyons… Celle de l’expédition partie au pôle Sud et qui n’est jamais revenue : hommes et chiens confrontés à l’inconnue, à l’horreur radicale. John Carpenter vous l’a déjà racontée en 1982 dans The Thing, à moins que ce ne soit la version de 1951 de Christian Nyby, The Thing from Another World… Ici, revenez à la source et découvrez la toute première version de l’histoire : La Chose, signée par John W. Campbell sous le pseudonyme de Don A. Stuart en 1938 dans les pages de son magazine, Astounding. Un récit culte. Séminale s’il en est. Une pierre de touche dans l’histoire de la SF mondiale.

Délicieusement rétro avec ses grands gaillards adultes parlant de « zoziaux  » ou son poêle à charbon pour chauffer la base, La Chose est finalement très moderne dans son histoire. Et si la lecture superpose les images des films aux mots du texte (l’adaptation de Carpenter s’avérant très fidèle), elle apporte également sa propre scénographie. L’origine extraterrestre de la chose est détaillée, son vaisseau localisé, et son apparence initiale présentée. Le tour de force opère : que le lecteur connaisse par cœur l’histoire qui va se dérouler au fil des pages ou qu’il la découvre complètement, la tension montera petit à petit, jusqu’au climax final. Même si celui-ci est, par une belle pirouette, plus optimiste que les films, et finit par un beau cadeau scientifique pour l’humanité. Si un récit a mérité le nom de la collection qui le publie, c’est bien celui-ci : dès les trois premiers mots, impossible de le lâcher. D’autant que le texte est suffisamment ancien et court pour que l’auteur n’ait pas eu le temps d’exposer ses théories les plus nauséabondes sur l’esclavage, le racisme, les femmes ou la sexualité. Autant en profiter sans remords ni mauvaise conscience, donc.

Le livre terminé, il reste tout de même une question : comment diable des vaches ont-elles été acheminées dans le sous-sol de l’Antarctique pour répondre aux besoins en viande et en lait des scientifiques américains ? Ce à quoi le traducteur précisa : « Par bateau, comme tout le reste, ainsi que l’a fait l’amiral Byrd en 1933 avec trois têtes de bétail qui seront même ramenées aux États-Unis en 1935, ce dont Campbell, curieux et documenté, avait forcément connaissance. »

La Chose
de John W. Campbell
traduction de Pierre-Paul Durastanti
Éditions Le Bélial’

(critique initialement parue dans Bifrost n°101)

Quantum of Nightmares

Suite directe de Dead Lies Dreaming, Quantum of Nightmares se situe toujours du côté civil des histoires de The Laundry Files, mais attention, il est nettement plus saignant et… carné… que le précédent roman.
L’histoire commence comme une parodie de Mary Poppins avec une supervilaine se faisant passer une nounou chargée d’enlever quatre enfants de 10 à 5 ans, pour faire chanter les parents, pense-t-elle. Sauf que les gamins sont particulièrement capricieux, ne tiennent pas en place et sont eux-mêmes dotés de superpouvoirs… Dire que l’enlèvement va mal se passer est un euphémisme, et un tyrannosaure et une authentique momie figureront parmi les victimes des mômes et de leur pseudo-gouvernante. Et pendant ce temps dans un supermarché bien ordinaire, succursale d’une grande chaine de l’île, des choses bien peu ragoûtantes se passent dans les coulisses du rayon boucherie tandis que la responsable des ressources humaines a trouvé une solution radicale pour réduire les charges salariales des employés. Comment ? En retirant le facteur « humain » de l’équation. Les personnages du précédent roman vont se retrouver mêlés à ces deux intrigues tout en se battant eux-mêmes contre un culte particulièrement zélé, pratiquant entre autres la divination boursière dans les entrailles de jeunes vierges.
Si encore une fois, Charles Stross a ici la dent dure vis-à-vis du capitalisme effréné et du traitement des salariés sans qualifications et du personnel de la « gig-économie », l’auteur se lâche aussi dans le trash, et pourtant il y a du niveau quand on crée un univers où son pays est dirigé par l’une des incarnations du Chaos Rampant, et où vampires, sorciers et licornes cannibales sont régulièrement utilisés pour le maintien de l’ordre. Soyez-en averti si vous avez découvert son œuvre avec Dead Lies Dreaming et non les autres romans de The Laundry Files. Moins surprenant que le précédent roman, Quantum of Nightmares est pourtant un très bon cru, avec encore une fois des ajouts très intéressants côté personnage comme Amy qui commence du côté des antagonistes, mais qui finalement se révèle particulièrement attachante, et pas uniquement en raison de ses talents de dessinatrice.

Quantum of Nightmares
de Charles Stross
Éditions Orbit

Sur la route d’Aldébaran

Auteur prolifique, Adrian Tchaikovsky n’est pourtant pas un de mes auteurs de prédilections même si j’ai apprécié Children of Time et Children of Ruin (tous deux parus en français chez Denoël et désormais en poche). Pourtant, quand un de ses textes sort dans la collection Une Heure-Lumière, je suis suffisamment intriguée pour le lire. A priori, comme pour les deux autres livres lus, avec un tel titre, la lecture pourrait s’annoncer comme un space opera d’exploration. Raté ! Certes, le récit est truffé d’extraterrestres aux formes et aux mœurs étranges, mais Sur la route d’Aldébaran est surtout une comédie horrifique drôlement grinçante.
Alors qu’un corps céleste mystérieux a été détecté aux confins du système solaire, une équipe d’astronaute est envoyée en exploration pour découvrir de quoi il retourne. Toute l’histoire nous est contée par Gary Randell, le membre anglais de l’équipage et, nous le découvrons vite, le seul survivant errant à moitié fou dans les Cryptes de l’artefact. Dans son récit, Adrian Tchaikovsky va alterner entre deux époques : un « présent » où Gary Randell s’adresse à Toto, un compagnon imaginaire tandis qu’il arpente à pied les couloirs de l’astéroïde en cherchant la sortie qui le ramènera chez lui, et un passé où Gary raconte comment l’expédition a été montée (avec les différents tiraillements internationaux intraeuropéens ou externes) et comment elle s’est tragiquement terminée. Le tout jusqu’au retournement final. Doté d’un solide sens de l’humour sarcastique lui permettant de surmonter toutes les épreuves, Gary est un narrateur bien sympathique malgré les horreurs qui l’entourent à défaut d’être particulièrement fiable.
Si vous avez le cœur bien accroché — car il est parfois conduit à des extrémités peu ragoutantes — et si vous aimez rire autant que frémir, pourquoi ne pas découvrir Adrian Tchaikovsky avec ce court récit ?

Livre lu dans le cadre du défi Winter short stories of SFFF

Sur la route d’Aldébaran
D’Adrian Tchaikovsky
Traduction d’Henry-Luc Planchat
Éditions Le Bélial’

Avant 7 jours

Quand une autrice aussi fan de films d’horreur que moi écrit un roman reprenant nombre des classiques du genre, et y mêle des mythes celtes, je ne pouvais que me pencher sur l’ouvrage en question. Celui-ci, Avant 7 jours est donc le dernier livre de Nelly Chadour. Il vous propose un huis clos sur Unscilly, une petite île au large de l’Irlande. Là, la communauté qui s’y trouve se limite strictement à 999 membres (nourrissons et vieillards compris). Tout changement dans le nombre des habitants doit être rectifié par l’éviction ou l’ajout de nouveaux habitants en provenance « des grandes iles » dans un délai de sept jours sous peine d’une catastrophe… Laquelle ? Pour Siofra, Agnès, et les autres ados coincés sur l’île, le mystère reste entier. Cette catastrophe et les autres rituels que les adultes leur imposent comme passer la nuit de la Samain enfermés tous ensemble dans le gymnase, ne leur seront expliqués qu’à leur majorité, mais ils seront alors coincés sur l’île et forcés de prendre la relève de leurs parents. Quand la fille du Fossoyeur revient sur l’île, les forces en présence vont être déséquilibrées et les ados devront passer outre les mensonges et omissions des adultes pour garantir leurs propres survies.
Croisement improbable entre The Demon-Bear Saga de Chris Claremont et Bill Sienkiewicz et de n’importe quel film d’horreur mettant en scène une communauté religieuse refermée sur elle-même (comme Midsommar, Apostle ou The Wicker Man), Avant 7 jours est un pur livre fantastique. Raconté principalement du point de vue de Siofra, adolescente extrêmement émotive de 16 ans et souffre-douleur des autres gamins de l’île en raison — croit-elle — de son hypersensibilité, Avant 7 jours nous dévoile peu à peu les éléments surnaturels de l’île, jusqu’au crescendo final. Et à l’épilogue qui rebat les cartes et renverse finalement les points de vue sur le rôle des uns et des autres dans l’histoire. En « final girl », Siofra semble un choix totalement improbable au début du livre avec ses phobies et ses crises de larmes. Pourtant, au fil des pages (comme dans un bon film d’horreur), elle s’affirme. Et même si elle commet des erreurs et en découvre plus que prévu sur l’île, ses habitants et son propre passé, elle sera l’un des atouts majeurs pour la survie et l’élimination des monstres… J’avoue, j’ai eu du mal à m’attacher à elle au départ, lui préférant la punkette de service, Jodie. Mais à peu près à mi-parcours, l’intérêt pour les deux protagonistes s’est inversé. Et le livre s’est lu d’une traite, jusqu’à la dernière page. Qui, comme toute bonne œuvre d’horreur, laisse la porte ouverte à une suite…

Avant 7 jours
de
Nelly Chadour
Éditions
Les Moutons électriques

Dylan Dog – Le point de vue des zombies

Si vous avez connu le personnage de Dylan Dog par un malheureux navet au hasard de vos pérégrinations dans les services de vidéo à la demande, oubliez tout et revenez aux sources : les bandes dessinées originales. En France, celles-ci sont peu à peu éditées par les Éditions Mosquito. Indépendant des autres, Le point de vue des zombies est une bonne porte d’entrée dans l’univers du détective à la chemise rouge.
Scénarisé par Tiziano Sclavi, le créateur du personnage, et magnifiquement mis en image par Gigi Cavenago, cet album est un court recueil d’histoires ou plutôt de vignettes dans l’univers où évolue Dylan Dog. Si celui-ci et Groucho sont bien présents, vous n’aurez pas besoin d’en savoir énormément sur eux pour comprendre l’intrigue. Tout commence le jour où Dylan Dog entre chez un antiquaire pas tout à fait de ce monde et y achète un livre, Les Contes du Lendemain (ce qui est d’ailleurs le titre original de l’album : I raconti di domani). Ces histoires parlent de ce qui arrivera peut-être : un jeune homme paniqué par la normalité du monde extérieur, un autre invoquant le diable sans succès ou un zombie qui décide de lancer sa propre révolution.
Plus que les histoires elles-mêmes, douces-amères et grinçantes à souhait, je vous conseille de vous laisser porter par la beauté des cases et par l’atmosphère qu’elles dégagent. Très coloré et avec un parti pris graphique fort, qui plait ou non, cet album arrive à la fois à dégager l’atmosphère psychédélique du Londres des années 70 et les inquiétudes de ce début de 21siècle. Et après avoir lu et relu cet album, peut être aurez-vous envie d’en découvrir plus ?

Dylan Dog – Le point de vue des zombies
de Tiziano Sclavi (scénario) et Gigi Cavenago (illustration)
Traduction de
Michel Jans
Éditions Mosquito

Harrow the Ninth

Après avoir dévoré Gideon the Ninth, le premier roman de Tamsyn Muir, j’attendais avec impatience et crainte sa suite, Harrow the Ninth. En effet, les deuxièmes épisodes d’une trilogie sont toujours des moments délicats où il est si facile de se reposer sur ses lauriers en accentuant les points forts du premier roman et en laissant doucement l’intrigue évoluer vers sa conclusion.
Ce n’est pas du tout la voie choisie par l’autrice bien au contraire. Là où le premier était un mélange entre le huis clos psychologique et l’horreur avec la découverte d’un palais mortel pour ses visiteurs, le second plonge plus clairement dans le space opera, mais également l’étude de caractère et une bonne vieille énigme policière.
Fin du tome un oblige, nous changeons de narratrice. Nous changeons également d’époque et l’histoire commence quelques semaines ou mois après la dernière page du livre précédent, même si elle ne manquera pas de flashbacks vers un passé récent ou nettement plus lointain. Et, pour ajouter à la confusion vécue par la narratrice, certains chapitres sont racontés à la deuxième personne tandis
que s’intercalent d’autres qui semblent revisiter les événements passés le sont à la troisième personne. Et l’histoire y est différente notamment avec un changement important dans le duo cavalier/nécromancienne de la IXe maison. Cette confusion est entretenue pour le lecteur jusqu’au milieu de l’ouvrage où à la fin d’un chapitre, deux petites lettres fournissent un éclairage totalement différent pour comprendre tout ce qui vient de s’écouler : « me ».
Ce qui ne semblait être que le deuil délirant d’une jeune nécromancienne ayant perdu/absorbé son âme sœur et plongée dans une guerre spatiale (avec des fantômes de planètes !) dont elle ne maîtrise pas les règles va alors prendre tout son sens. Il s’agit en réalité d’une arnaque d’une profondeur rarement atteinte pour déjouer les plans de Dieu lui-même, à savoir un empereur nécromant du nom de John Gaius grand amateur de thé et de biscuits au gingembre. Ajoutez y que les plans de notre chère Harrow, la nécromancienne de l’histoire, vont se retrouver mêlés à une intrigue politico-sentimentalo-familiale qui prend ses origines 10 000 ans dans le passé et vous serez sûr d’être accrochés jusqu’à la dernière page tout en allant de surprise en surprise.
Et si Harrow n’a pas la fougue et la verve de Gideon, Tamsyn Muir fait toujours preuve d’une écriture brillante dans ce deuxième tome. Elle mêle intimement les références les plus incongrues, les scènes de la vie ordinaire (comme Harrow s’essayant à la cuisson d’une soupe de légumes) et la débauche d’os, de sang et de revenants qui se justifient pleinement dès que des nécromanciens veulent vider leurs querelles. Elle y fournit également ce qui, à mes yeux, manquait dans le premier : une explication semi-rationnelle sur la façon dont la magie fonctionne dans ce futur galactique avec deux puissances opposées (thanergy et thalergy) q
ui peuvent se compléter et un ancrage génétique à la magie du sang. À dévorer d’urgence en attendant le tome 3 : Alecto the Ninth prévu en 2022.

Harrow the Ninth
de Tamsyn Muir
Éditions Tor

Dead Lies Dreaming

Actualité britannique oblige, le dernier volume de la série The Laundry Files de Charles Stross n’est pas une suite à The Labyrinth Index, mais un épisode concomitant aux événements racontés dans les derniers livres. Dans Dead Lies Dreaming en effet, nous ne suivons plus les aléas d’espions au service de l’administration qu’elle soit ancienne ou nouvelle aux ordres du Pharaon Noir, mais de citoyens presque ordinaires de Londres qu’ils soient voleurs à la petite semaine, ancienne inspectrice de police recyclée dans le secteur privé ou bras droit d’un multimillionnaire aux ambitions démesurées.
Sauf que… Ces citadins ordinaires n’en sont pas et ont des superpouvoirs liés à la résurgence de la magie. Certains en sont conscients et savent les risques encourus à trop l’utiliser (à savoir une forme particulièrement sévère de démence précoce) et les autres non et se révèle très créatifs avec. Partant de trois directions différentes, ils vont se lancer dans une quête pour mettre la main non pas sur le Necronomicon, mais sur son index tout aussi redoutable, croisant au passage la route de Jack L’Éventreur, de Peter Pan et de la Fée Clochette et d’une version de 007 qui ne brille pas par son intelligence.
Même si l’on n’y retrouve pas Bob Howard ni aucun des personnages habituels de la série, Dead Lies Dreaming reprend le cocktail qui fait le succès de The Laundry Files : de l’action, une critique de la société britannique assez féroce, un mélange improbable entre informatique, comptabilité et magie (avec l’une des démonstrations les plus claires qui soient du moteur de recherche Shodan et des dangers des outils connectés non sécurisés) et des personnages qui sont loin d’être parfaits, mais qui sont tous très attachants. Le jeune Game Boy avec sa passion pour les jeux vidéos, sa façon de chercher l’affection de sa famille choisie pour oublier les exigences de sa famille d’origine en particulier m’a émue et fait trembler alors qu’il est loin d’être l’un des moteurs de l’action. Sans oublier, comme souvent avec Charles Stross, une bonne dose de sarcasme, d’ironie et de comique de situation qui fait que même en plein cœur d’un roman fantastique tirant sur l’horreur, vous allez éclater de rire au milieu d’une page ou de la nuit…

Dead Lies Dreaming
De
Charles Stross
Éditions
Orbit