L’homme qui mit fin à l’histoire

Les récits courts se suivent et ne se ressemblent pas. Après la science-fiction joyeuse de Binti, avec L’homme qui mit fin à l’histoire, Ken Liu signe une histoire de voyage temporel glaçante.
Partant du postulat qu’il serait possible de revoir (à l’état de fantôme décorporé) n’importe quel événement du passé, Ken Liu raconte sur la forme d’un documentaire l’une des pires exactions du conflit sino-japonais : l’unité 731. Et s’interroge sur le rapport au passé des différents pays concernés : République populaire de Chine et Taiwan, Japon, mais également les États-Unis. Ce choix du documentaire avec un récit coupé sous forme d’interviews, de témoignage, de débats en commission sénatoriale ou en extraits de coupure de journaux donne un aspect clinique à
L’homme qui mit fin à l’histoire et aide à prendre un peu de recul. Et le fait d’avoir pris comme personnages principaux, un couple composé d’un sino-américain et d’une nippo-américaine solidaire l’un de l’autre jusqu’au bout apporte un certain équilibre au récit, tout en le terminant sur une note encore plus dramatique. En tant que grande lectrice de science-fiction et de voyages temporels en particulier, j’ai trouvé que le procédé mis au point par les personnages principaux, Ewan Wei et Akemi Kirino, assez intéressant. Et je me demande s’il est possible de le voir réutilisé dans un récit Ken Liu pour une autre période historique.
Pour son ton sobre, mais très humain, pour son approche très personnelle sur une période du passé peu connue en Occident et tout simplement pour son histoire qui vous prend aux tripes et ne vous lâche pas avant la dernière page, je ne peux que vous encourager à lire L’homme qui mit fin à l’histoire de Ken Liu.

L’homme qui mit fin à l’histoire
de Ken Liu
Traduction de Pierre-Paul Durastanti
Éditions Le Bélial’

Celle qui a tous les dons – La part du monstre

N’en déplaise aux amateurs de Walking dead et autres films de Georges Romero, la majorité des histoires de zombies m’ennuient profondément. Pourtant lors de sa sortie en en 2016, The Girl with All The Gifts m’intriguait. Mais comme à mon habitude, j’ai préféré attendre d’avoir lu le livre avant de le voir. Et comme en passant sur le stand de L’Atalante à Livre Paris, j’ai trouvé non seulement Celle qui a tous les dons de M.R.Carey, mais également La part du monstre, son prequel, je les ai pris et lus dans l’ordre préconisé correspondant à l’ordre de parution et non l’ordre chronologique des événements. Vous pouvez faire l’inverse ou lire les deux livres de façon séparée, mais ce choix a certainement influencé l’opinion que vous allez lire.
Celle qui a tous les dons nous place quelques décennies après la contagion. Les affams (comme M.R.Carey appelle ses zombies) ont envahi la Grande-Bretagne. Il ne reste plus qu’eux, des humains revenus à la barbarie en mode Mad Max et quelques ilots de civilisation. Une base militaire fait partie de ces ilots, et l’on y étudie des enfants particuliers. Physiquement ce sont des affams, mais ils ont suffisamment d’intellect pour ne pas se laisser régir que par leur seul instinct les poussant à manger de la viande fraiche.
C’est dans cette base que l’on trouve Mélanie, la fille du titre qui a donc tous les dons. Et si justement ces dons faisait d’elle la clé pour comprendre la maladie à l’origine des affams et sauver l’humanité ? Encore faudra-t-il faire comprendre aux adultes qui l’entourent qu’elle est humaine et qu’elle « ne va pas les mordre ».
De M.R.Carey, je connaissais surtout son œuvre dans les comics (Lucifer et Hellblazer chez DC/Vertigo, X-Men chez Marvel et Vampirella chez Dynamite). Et sa série d’urban fantasy autour de Felix Castor ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable. Autant dire que Celle qui a tous les dons m’a surpris et en bien. Même si l’on retrouve l’attirance de Mike Carey pour la mythologie dans le titre même du livre et dans les goûts de certains de ses personnages, l’histoire elle-même ne s’y attache pas. Elle est plutôt solide et bien ancrée dans une époque moderne et scientifique. Le ton évoque énormément 28 jours plus tard, et les scènes les plus violentes — cannibalisme zombie oblige — ne sont ni esquivées, ni volontairement trop descriptives. Mais un simple détail mentionné est souvent plus effroyable qu’une scène largement décrite. Si le début est un peu lent à se mettre en place, une fois l’action lancée, le livre ne se lâche plus et la fin reste imprévisible jusqu’au bout.

La part du monstre se situe donc dans le même univers, mais commence une dizaine d’années auparavant. Mike Carey y applique la même recette : un huis clos, un enfant étrange et des adultes qui s’entredéchirent au lieu d’assurer leurs propres survies. Sauf qu’ici au lieu d’être un affam, l’enfant est un jeune surdoué de 14 ans dont on ne sait trop s’il est autiste ou s’il souffre de stress post-traumatique sévère. Les adultes sont une troupe hétéroclite de scientifiques et militaires entassés dans un camping-car cuirassé à la recherche d’indices pour comprendre l’épidémie qui ravage la planète.
Dans ce deuxième roman, écrit quelques années après Celle qui a tous les dons, l’effet de surprise ne fonctionne plus. Étant un prequel au précédent, l’on se doute que la fin de La part du monstre ne sera pas heureuse. Et il est fort probable que si je l’avais lu en premier ou seul, je ne l’aurais pas chroniqué, car la partie « militaires contre scientifiques » a un côté mille fois vu et lu, sans être aussi drôle que Rampage. En réalité, La part du monstre fonctionne comme la face B d’un 45 tours qui aurait Celle qui a tous les dons comme face A. Il s’apprécie donc par contraste avec le premier. Et par les réponses que ce livre apporte aux questions du précédent : qu’est devenue l’humanité 1.0, que sait-on sur les affams 1.0 et 2.0, et pourquoi Beacon ne répond plus dans le premier récit.
Malgré son côté fin inéluctable, La part du monstre arrive au fil des pages à surprendre le lecteur. Qui va s’attacher à des personnages a priori peu sympathiques, quitte à pleurer leurs disparitions avant la fin de l’ouvrage.
Avec ses deux romans, Mike Carey aura réussi un tour de force personnel. Me faire avaler près de 900 pages de récit post-apocalyptique, ou des zombies font partie des personnages principaux, et non simplement les monstres du jour pour faire avancer l’action. Le tout sans m’ennuyer un seul instant. Chapeau bas !

Celle qui a tous les dons
La part du monstre
de M.R.Carey
Traduction de Nathalie Mège
Éditions L’Atalante.

Ceux des profondeurs

Au-delà du Cycle des épées, Fritz Leiber est un écrivain américain que j’apprécie, car il passe aussi bien d’un ouvrage à l’autre de la fantasy à la science-fiction pure ou au fantastique. En changeant à chaque fois de tonalité et de style, mais le plus souvent avec un égal talent. Logiquement donc, lorsque j’ai vu ce très court texte dans les allées de Livre Paris, et que je me suis rendu compte que c’était un inédit, j’ai craqué et acheté Ceux des profondeurs.
Avant toute chose, si vous ne connaissez pas bien l’univers de Lovecraft, reposez ce livre immédiatement et choisissez un autre livre de Fritz Leiber à lire : Demain les loups, Ballet de sorcières, Le Vagabond ou Epées et Démons par exemple. Fritz Leiber est un fin connaisseur de la mythologie de Cthulhu et s’amuse beaucoup avec l’œuvre du reclus de Providence dans ce texte. Si dans ses premiers récits, Fritz Leiber était fasciné par Lovecraft, cette nouvelle plus tardive peut se lire comme un pastiche du genre et une critique déguisée de ses travers.
Ceux des profondeurs met en effet en scène un homme encore jeune, mais déjà coupé du monde moderne vivant dans sa maison étrange aux portes du désert californien. Malade et difforme, il raconte comment toute sa vie il a rêvé d’étranges souterrains courant sous la colline. Ses rêves attirent l’intérêt d’Albert Wilmarth, professeur à l’université de Miskatonic et fin connaisseur de la mythologie de Lovecraft (qui dans la nouvelle est un écrivaillon qui base ses récits sur les mésaventures de ses voisins bien réels d’Arkham). Forcément leur rencontre va mal se finir, mais ceci nous le savons dès la première page.
J’ai apprécié Ceux des profondeurs en tant qu’exercice littéraire finement joué par Fritz Leiber, mais il ne restera pas dans ma mémoire comme une œuvre absolue à lire de lui. C’est une incursion intéressante dans l’univers de Cthulhu avec l’originalité de créer un lien souterrain avec le dieu endormi marin. Mais la trame de l’histoire reste très classique et sera vite oubliable. En revanche, le côté ironique de certaines descriptions de personnages ou de remarques en passant est un vrai régal pour les amateurs de fantastique et de Lovecraft lui-même. De quoi se délasser les neurones avec bonheur lors d’un voyage en train ou d’une soirée tranquille.

Ceux des profondeurs
de Fritz Leiber
Traduction de Jacques Van Herp
Éditions Mnémos

Space opéra

Parmi les conteurs de la science-fiction, il y a Jack Vance. Même si ses histoires s’appuient le plus souvent sur une structure classique, son style varie suffisamment au fil des ans pour séduire, inviter à la lecture et à la relecture. Space opéra n’est pas son livre le plus connu, mais l’histoire se laisse agréablement découvrir ou redécouvrir pour qui a envie d’une comédie spatiale légère.
De quoi s’agit-il ? D’une tournée d’une troupe d’opéra, orchestre symphonique compris, en tournée dans l’espace pour faire découvrir la musique humaine aux oreilles extra-terrestres. Entre des mélomanes méprisants pour les autres genres musicaux voulant porter la « bonne parole » musicale aux sauvages des étoiles, et une collection d’extra-terrestres et de Terriens ayant quitté la planète mère hauts en couleur comme Jack Vance en a le secret, les différentes rencontres sont explosives et provoquent leur lot de quiproquos comiques. Jack Vance y ajoute des ressorts classiques de la comédie théâtrale avec une jeune première manipulatrice au cœur pur, un capitaine de vaisseau vénal, et un jeune premier un peu benêt vivant aux crochets de sa riche parente caractérielle.
Le tout fait un texte court, très plaisant à lire, même si la fin est un peu précipitée. Pour l’occasion, j’ai ressorti ma vieille édition Presse Pocket avec une peinture de Wojcieck Siudmak magnifique en couverture, même si celle-ci n’a que peu de rapport avec le texte intérieur. Et j’avoue que la manipulation de l’objet papier a fait aussi partie du plaisir pris à ma lecture. Si vous ne l’avez pas, sachez que Jack Vance est régulièrement réédité comme ici.

Space opéra
de Jack Vance
Traduction d’Arlette Rosenblum
Éditions Presse Pocket

L’Outsider

Impossible de passer à côté du dernier livre de Stephen King. Entre la publicité sur les bus et dans les couloirs du métro et les commentaires sur les réseaux sociaux, L’Outsider est partout. Autant faire alors comme Oscar Wilde et céder à la tentation pour mieux y résister et éviter d’avoir l’intrigue divulguée avant de l’avoir ouvert.
Si Stephen King fait partie des écrivains qui j’achète facilement, car je sais que son histoire me distraira, il m’a également apporté son lot de déception y compris avec certains de ses romans les plus connus.
Heureusement L’Outsider ne fait pas partie de cette dernière catégorie. Il reprend les classiques qui font la force des Stephen King : une petite bourgade, un mal mystérieux, des victimes enfantines. Et il joue sur les deux registres que maîtrise à la perfection l’écrivain : l’horreur bien sûr, mais également le polar.
La première partie débutant avec l’arrestation de Terry Maitland pour le meurtre atroce du jeune Franck P. n’est qu’un pur thriller. Est-il innocent ou coupable alors que des preuves solides plaident en faveur d’un côté ou de l’autre de la balance. Du jour de la mise en accusation, le récit bascule peu à peu dans le fantastique tout en gardant de solides bases policière. Qui est derrière la mort de l’enfant ? Fera-t-il d’autres victimes ? Comment l’arrêter.
Les connaisseurs de Stephen King pourront s’amuser à trouver les références plus ou moins importantes au reste de son œuvre littéraire. Et elles sont nombreuses. À mon avis, le parallèle entre Ça et L’Outsider est tellement évident qu’on devine la confrontation finale arriver à des kilomètres… À se demander si les deux créatures ne sont pas apparentées.
En revanche, si vous aimez le Stephen King auteur de polar, finissez la trilogie de Mr Mercedes avant de lire ce livre. Reposez immédiatement L’Outsider et allez vous procurer les suites : Carnets noirs et Fin de ronde. L’un des personnages de ces livres joue un rôle majeur dans la seconde moitié de L’Outsider et dévoile des éléments clés sur la trilogie et le destin des personnages. Revenez à L’Outsider quand vous serez à jour.
Dans mon palmarès personnel, L’Outsider ne sera pas un grand Stephen King : il reprend trop les vieilles recettes de ses livres plus anciens, et si je trouve la créature dégoutante, elle n’est pas si terrifiante que Ça. Peut-être parce qu’à la différence du clown tueur, les enfants n’ont qu’un rôle négligeable dans l’histoire. Ce sont des adultes expérimentés, et souvent entrainés qui affrontent cet Outsider. Une fois passée l’incrédulité, l’issue de l’affrontement est prévisible. En revanche, Stephen King reste un maître de l’écriture qui happe sa lectrice de la première ligne à la dernière. Et j’avoue que quitter le Maine pour l’Oklahoma est un changement bienvenu. À noter qu’à l’occasion de la sortie de ce livre, Albin Michel a fait traduire Laurie, la nouvelle écrite par Stephen King pour son anniversaire, et l’a mise à disposition gratuitement sur les e-librairies.

L’Outsider
de Stephen King
Traduction de Jean Esch
Éditions Albin Michel

L’Alchimie de la pierre

Un roman steampunk de plus ? Eh oui, mais un roman différent. L’Alchimie de la pierre met bien en avant des automates, de la vapeur et un certain nombre de créatures magiques à commencer par les gargouilles, mais le livre d’Ekaterina Sedia se place d’un point de vue très différent des autres.
Premier détail différent, L’Alchimie de la pierre n’est pas une dystopie présentant un Londres, une Amérique, un Paris ou un Moscou différent où la vapeur et la magie règneraient en maître. Il se situe dans une ville sans nom dont on sait juste que les humains qui la peuplent n’en sont pas les créateurs. Des créatures fantastiques, comme des lézards de trait ou des salamandres vivantes dans les flammes, la traversent même si elles ne sont guère plus qu’une touche dans le décor où s’agitent les personnages.
Mais surtout, la narratrice, l’automate émancipée Mattie n’est qu’une spectatrice — certes privilégiée de par sa position au sein de la société de la ville — des événements en cours. Contactée en tant qu’alchimiste pour résoudre les problèmes qui transforment les gargouilles vivantes créatrices de la ville en statues de pierre, elle va se retrouver prise dans les remous d’une révolution et d’un affrontement entre les deux classes dirigeantes économiques : les Mécaniciens dont elle dépend en tant qu’automate, et les Alchimistes qui sont ses collègues.
Femme et machine, elle cherche à se faire sa place dans un monde de sang et de pierre, à sa façon, selon ses propres convictions. Est-elle réellement libre de ses actes et de ses pensées ? Ou le carcan des traditions et les manipulations de son créateur sont-ils des entraves plus ou moins visibles à son action ?
Sur un fond de fantasy, avec L’Alchimie de la pierre, Ekaterina Sedia raconte en fait le récit d’une révolution comme il y en a eu tant depuis le 18e siècle, sans prendre parti pour un côté ou l’autre des belligérants, mais en montrant au final que les victimes et les bourreaux ne sont pas toujours ceux que l’ont imaginent. Et en s’interrogeant sur la place de chacun au sein de cette société en proie au racisme et à la misogynie la plus abjecte sous des dehors d’une politesse inégalée. Son écriture fluide est plutôt précieuse, même quand elle explique les pires atrocités de la ville comme la création des « araignées » des mines ou des homoncules. En choisissant de nous faire suivre Mattie, une automate qui se pense femme, mais qui n’est que ferraille, et qui pense agir sur des événements dont elle n’est que spectatrice privilégiée, Ekaterina Sedia apporte la touche de cruauté raffinée qui permet d’apprécier ce roman. Qui pour le coup plaira aux amateurs de littérature de l’imaginaire, comme à celles et ceux qui y sont réfractaires.

L’Alchimie de la pierre
d’Ekaterina Sedia
Traduction de Pierre-Paul Durastanti
Éditions Le Bélial’

2312

Lire un livre de Kim Stanley Robinson est toujours, pour moi, un jeu de quitte ou double. Soit j’accroche de suite comme avec Chroniques des années noires et je me laisse porter, quelle que soit la difficulté du texte ; soit j’y suis totalement hermétique comme avec Mars la rouge. Autant dire que quand je me suis lancée dans les 624 pages de 2312, je ne savais pas de quel côté allait pencher la balance.
Finalement, l’histoire de Swan m’a happée et scotchée jusqu’à la toute dernière ligne du récit. À la fois space opera, enquête policière à l’échelle du système solaire, et réflexion sur le devenir de l’humanité et des espèces animales ou informatiques qui lui sont associées, j’ai dévoré ce pavé avec délectations.
Certes il y a certains passages qui tirent en longueur où les personnages sont coincés à attendre une solution. Du coup, la lectrice que j’étais sentait presque ligne par ligne le décompte des heures écoulées durant ces chapitres. Mais 2312 recèle également de morceaux de poésie pure : le surf sur les anneaux de Saturne ou le parachutage des animaux sur Terre.
L’intrigue elle-même semble très simple. C’est un classique cas de « whodunit », à savoir qui a cherché à détruire Terminateur, la ville roulant autour de Mercure ? L’enquête va avoir des ramifications complexes sur la politique au sein du système solaire et de ses différents habitats, sur la restauration de l’écosystème terrien ou sur la vie sentimentale de Swan, personnage principal de l’histoire.
Cette bascule incessante de l’épique à l’échelle spatiale ou planétaire à l’intime et au quotidien le plus terre-à-terre m’a particulièrement plu dans ce roman. Et le fait que, comme souvent dans les romans de Kim Stanley Robinson, les personnages ne sont pas à priori, ni particulièrement aimables (Swan a souvent un comportement odieux avec ses proches), ni particulièrement héroïques. Malgré toutes les évolutions et modifications génétiques faites en deux siècles, les acteurs de 2312 sont des gens très ordinaires plongés dans des situations qui le sont moins. Ils essaient juste de reprendre la main sur un quotidien qui leur échappe. Ici, juste après avoir chamboulé tout un système solaire.

2312
De Kim Stanley Robinson
Traduction Thierry Arson
Éditions Actes Sud

Moi quand je me réincarne en slime

« Tu aimes les jeu de rôle ? Lis-le, ça va te plaire… » Décidément mes proches trouvent tout et n’importe quel prétexte pour augmenter ma pile de livres à lire pourtant déjà bien assez longue… Mais bon, quand c’est la famille, on se laisse plus facilement tenter. Surtout quand une amie m’en parle en plus et m’en dit du bien. Et me voici donc près de six mois plus tard à prendre Moi, quand je me réincarne en slime en cherchant quelque chose de léger à lire.
Bonne pioche ! Le manga de Taiki Kawakami adapté d’un roman de Fuse est plutôt léger, drôle et bien vu. Comme Koro Quest! il détourne les codes du jeu de rôle et de la fantasy classique, mais ici sans en plus reprendre la trame d’une histoire connue (Assassination Classroom) racontée dans un autre univers. Ici, l’histoire commence par la mort Satoru, salaryman sans réelle vie hors du bureau. Poignardé, il se retrouver réincarné dans une boule de gelée sans autre sens au départ que celui du goût et deux compétences : « prédateur » et « grand sage ». Le voici dans un jeu de rôle non pas comme un personnage joueur, mais comme un monstre de premier niveau : une boule de slime baptisée Limule Tempest. Au fil des tomes, il va découvrir le nouvel univers qui l’entoure, bouleverser quelque peu l’équilibre monstres (pnj pour personnages non joueurs)/joueur, se faire des amis et compagnons, trouver une quête à accomplir, etc..
On y retrouve quelques clichés du manga pour jeunes adolescents, mais Moi, quand je me réincarne en slime n’est pas le pire du genre — loin de là — et convient à un public à partir de 10 ans. En revanche, si les lecteurs ne sont pas joueurs, ils perdront une partie du sel de cette histoire. Limule est l’incarnation idéale du lecteur : sans muscle et avec juste deux capacités attribuées un peu au hasard, il n’aurait même pas dû sortir vivant de la grotte où il s’est réincarné. Et pourtant à force d’intelligence, de gentillesse et d’humour, il va finir par s’imposer à la tête de son coin de forêt. Sa méthode pour acquérir de nouvelles capacités — avaler tout rond l’adversaire — n’est certes pas ragoûtante, mais elle est efficace. Au fur et à mesure des tomes, on se demande même s’il y a quelque chose qu’il ne sait pas faire. Mais l’humour, la variété des espèces représentées — et j’avoue un grand coup de cœur pour les loups-tempêtes — et la qualité des dessins font qu’on s’y attache assez vite pour lire les tomes au fur et à mesure de la sortie.
À l’heure où j’écris ces lignes, la série est toujours en cours au Japon, et en France les six premiers tomes sont sortis. Il existe également une version anime si vraiment vous êtes allergique au format manga. Petit plus, chaque tome comprend un court récit -non illustré – de l’auteur du roman original. Attention, si le manga se lit de droite à gauche, ce récit est écrit dans le sens européen de gauche à droite. Avoir les deux sens de lecture dans un même volume est un peu perturbant au début.

Moi, quand je me réincarne en slime
de Taiki Kawakami d’après Fuse
création des personnages Mitz Vah
Traduction de Erica Moriya
Éditions Kurokawa

 

Je suis la reine

Six nouvelles. Six textes froids à la mécanique parfaitement huilée. Avec son recueil, Je suis la reine, Anna Starobinets propose un fantastique à la fois innovant et pétri de traditions.
Ici vous ne trouverez aucun monstre, aucune créature hantant ordinairement les pages d’un récit fantastique. Nul vampire, nul fantôme et encore moins de goules, de loup-garou de zombies ou autres créatures tentaculaires. À peine un domovoï, localisation en Russie oblige, est mentionné dans la dernière nouvelle, L’Éternité selon Yacha, mais ce n’est qu’à titre de comparaison. Et pourtant, les nouvelles d’Anna Starobinets dégagent une certaine familiarité pour qui aime Kafka ou Buzatti. Il y a une progression naturelle dans l’histoire qui bascule dans le fantastique presque par surprise pour le lecteur. Les thèmes de ces six nouvelles sont également très familiers. Elles parlent de la famille ou de son absence, de l’identité, de ce que c’est qu’être humain ou tout simplement être vivant. Elles sont toutes douces-amères, et malgré leurs impressions de familiarité toutes surprenantes. De toutes, il n’y a guère que L’Agent que je n’ai pas apprécié. Elle est, à mon goût, à la fois trop froide et trop confuse, comme si cette version n’était qu’un premier jet pas retouché par la suite.
N’ayant jamais été en Russie, je ne sais si l’univers moscovite que décrit Anna Starobinets est typique, mais il y a un désenchantement certain dans ses personnages qui les poussent à prendre avec philosophie l’inacceptable. Comme la mère de famille de Je suis la reine, l’une des nouvelles fantastiques les plus dérangeantes que j’ai lu depuis longtemps. Et pourtant le monstre est une créature bien ordinaire qui ne fait que quelques millimètres à peine.

Je suis la reine
de Anna Starobinets
Traduction de Raphaëlle Pache
Éditions Folio SF

Allez tous vous faire foutre !

Le moins que l’on puisse dire est que l’éditeur Sonatine a le sens du titre et de la couverture qui accrochent le regarde du spectateur. En traduisant The Price To Pay d’Aidan Truhen, le pseudonyme d’un écrivain britannique habitué à un genre plus sérieux, par Allez tous vous faire foutre !, il est sûr que le titre allait accrocher l’œil du lectorat. Et disons-le tout de suite, il correspond assez bien à l’état d’esprit de ce roman même si le langage de son narrateur, Jack Price est nettement plus policé. Du moins au début de son aventure.
Jack Price est en effet le prototype du criminel en col blanc tendance « start-up nation ». Ancien trader spécialisé dans le café, il s’est reconverti dans la distribution de cocaïne en s’appuyant sur un réseau très lâche de coursiers à vélo, d’applications de messagerie, d’indépendant de l’informatique, du graphisme ou du bâtiment. Il se définit comme l’Uber du trafic de drogue… Et mène une petite vie bien tranquille, jusqu’au jour où… Sa voisine du dessous, une vieille mégère qu’il n’apprécie même pas, meurt tuée par balles. Ce qui fait ne bien mauvaise publicité pour ses affaire. Il décide donc d’enquêter et, ce faisant, croise sur son chemin des assassins d’élite, les Sept démons. Sauvera-t-il sa peau ? Comment ? À quel prix ? Voici tout l’enjeu de ce livre.
Le rythme soutenu d’Allez tous vous faire foutre !, la narration — assez décousue — à la première personne et le sujet même du livre font largement penser à la série des John Wick en film. Sauf que Jack Price n’a ni le flegme ni le talent au tir ou en combat rapproché du personnage de Keanu Reeves, mais qu’il a en revanche un bagout de vendeur de voitures et une imagination débordante assortie à une absence totale de sens moral et de loyauté. Le résultat fait du roman d’Aidan Truhen une farce grotesque de violence, bardée de bons mots et de petites piques en passant à se tordre de rire. Sans pour autant, vous infliger une forte réflexion sur la psychologie des personnages ou l’évolution de la société. À noter que si l’auteur ne s’appesantit pas sur les différentes astuces technologiques utilisées par Jack, celles-ci — comme notamment le réseau Poltergeist — restent techniquement assez crédibles sans tomber dans les raccourcis de l’IT magique de nombreux livres, films ou séries TV, à l’exclusion de la série des Laundry Files où l’IT est réellement magique et dangereuse.  Si vous aimez les images outrancières et le style gonzo, ce livre est fait pour vous. Si vous êtes allergique à l’hémoglobine fictive — passez votre chemin.

Allez tous vous faire foutre !
d’Aidan Truhen
Traduction de Fabrice Pointeau
Éditions Sonatine