Abimagique

Lucius Shepard est un auteur déroutant. Les livres qu’il écrit se suivent et ne se ressemblent absolument pas, même si ce sont deux novellas parues dans une même collection. Après m’être régalée du classique Les Attracteurs de Rose Street, j’étais particulièrement impatiente de lire Abimagique du même auteur. Et pourtant…
Même si j’ai lu d’une traite Abimagique et que la puissance de la plume de Lucius Shepard m’a une nouvelle fois emportée, arrivée à la dernière ligne, je n’étais pas plus avancée qu’au début. Qu’ai-je lu ? Une histoire d’amour qui finit tragiquement ? Les élucubrations hallucinées d’un étudiant tombé dans la drogue dure et psychédélique ? Ou le récit d’une sorcière cherchant à éviter l’Apocalypse à coup de sexe tantrique? Lucius Shepard laisse la fin ouverte et propose à son lecteur de faire son choix. D’une page à l’autre, les délires du narrateur évoquent tour à tour John Updike, Clive Barker ou même les horreurs d’Innsmouth chères à H.P.Lovecraft. Le choix d’avoir raconté cette histoire à la deuxième personne renforce cette impression qu’il s’agit d’une hypnose guidée, dont le narrateur ou le lecteur serait la victime.
Finalement, faut-il se laisser tenter par Abimagique ? Si vous n’avez pas peur d’être bousculé dans vos convictions et ne craignez pas d’aventurer vos lectures en terre inconnue, pourquoi pas ? Si vous êtes novices dans l’œuvre de Lucius Shepard ou si vous préférez les récits moins décousus, mieux vaut rester sur Les Attracteurs de Rose
Street.

Abimagique
de Lucius Shepard
traduction de Jean-Daniel Brèque

Éditions
Le Bélial’

Natsuko no Sake

À l’occasion d’une soirée découverte sur le saké au Renard doré, le premier volume de Natsuko no Sake est arrivé entre mes mains. Ayant grandi dans les années 80 et 90 en regardant des anime « tranches de vie » comme Jeanne et Serge ou Olive et Tom, le graphisme m’a tout de suite paru familier et je me suis plongée dedans dès mon retour.
Natsuko no Sake est un manga qui a été effectivement été écrit à cette époque, entre 1988 et 1991, mais qui n’avait jusqu’ici jamais été traduit en français. S’adressant de par son thème alcoolique aux adultes, il sortira en six volumes. Ce premier tome s’intéresse au retour au pays de Natsuko Saeki, fille de brasseur de saké partie tenter sa chance à la capitale. Elle revient dans l’exploitation familiale après la mort de son frère, mue mi par la culpabilité d’avoir abandonné les siens, mi par la nostalgie d’une vie à la campagne idéalisée. Et elle va s’atteler à réaliser le rêve de son frère : faire un saké issu d’un riz légendaire qui n’est plus cultivé depuis la Seconde Guerre mondiale.
Sous des dehors très simples et en suivant une trame, avouons le, très convenue dans ce style de manga « découverte d’un univers », Natsuko no Sake aborde une grande variété de thèmes : la misogynie de la société japonaise, l’incompréhension universelle entre ceux qui sont « montés à la ville » et ceux qui sont « restés au pays », mais également l’alcoolisme et le difficile équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Et le saké dans tout ça ? Même si vous n’avez jamais goûté ce vin de riz (et si vous ne buvez pas d’alcool), Natsuko no Sake peut capter votre attention si vous êtes curieux et si vous aimez les documentaires. En effet, le manga est très détaillé sur la fabrication de cette boisson et sur les différentes catégories existantes. L’équilibre entre l’histoire elle-même et le côté explicatif reste toujours très juste jusqu’au bout. Quitte à utiliser certaines informations, comme la nécessité de tremper les grains de riz dans l’eau pendant plusieurs jours avant de les semer comme ressort narratif.
Graphiquement, le style d’Akira Oze est très daté, mais très agréable. Certaines pages, comme Nastuko labourant sous la pluie, sont même magnifiques. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire les presque 500 pages de ce premier volume. Est-ce que j’irai jusqu’au bout de la série ? Il est encore trop tôt pour le dire.

Natsuko no Sake
de Akira Oze
Traduction de Satoko Fujimoto

Éditions
Vega/Steinkis

Soul Kitchen

J’ai découvert Poppy Z. Brite avec ses romans de fantastique gothique (Âmes perdues, Sang d’encre…) qui relèguent aisément Anne Rice, ses vampires et ses sorcières au rang de bluette enfantine. Le choc fut donc grand quand j’entamais Soul Kitchen. À tel point, qu’à la première lecture lors de sa sortie, je l’ai laissé derrière moi à la faveur d’un déménagement sans même le finir. L’ayant retrouvé récemment, j’ai fait une deuxième tentative. Ce fut un vrai régal, très dépaysant.
Je précise qu’avec Soul Kitchen, Poppy Z. Brite signe le dernier volet d’une trilogie, mais que je n’ai pas lu les deux précédents. Ce n’est pas grave, Soul Kitchen se lit très bien tout seul. L’auteur nous y offre une tranche de vie dans le milieu des grandes tables de La Nouvelle-Orléans, pré-Katrina.
Soul Kitchen raconte donc la vie de Rickey et G-Man, co-propriétaires d’un restaurant et couple uni loin des fourneaux depuis seize ans. En offrant une seconde chance dans leur équipe à Milford, un chef noir tout juste sorti de prison après dix ans derrière les barreaux alors qu’il était innocent, le couple
déclenche une suite d’événements qui vont bouleverser son train-train quotidien. Entre enquête policière, addiction aux opiacés et commis de cuisine un peu trop entreprenant, Rickey et G-Man verront leur couple mis à mal avant de retrouver une nouvelle stabilité.
Si Soul Kitchen m’a plu, ce n’est pas tant par l’action assez lente que par ses dialogues percutants, virevoltants et bourrés d’humour et sa galerie de portraits surprenants.
Moi qui n’aime pas lire de la romance, j’ai été touchée par ce couple de restaurateurs tourtereaux. Même si Rickey et G-Man s’aiment depuis presque toujours, ils ont des attentions et des incertitudes l’un envers l’autre dignes des passions adolescentes. Le tout compliqué par le fait qu’ils ont également des problèmes d’adulte et que leurs vies ne sont pas que liées personnellement, mais également professionnellement. D’ailleurs la description des coulisses de la restauration et de la façon dont fonctionne une brigade de cuisine sont l’autre gros atout de ce roman. Vous êtes prévenus, comme pour Les Chroniques de l’étrange de Romain d’Huissier, Soul Kitchen va vous donner faim tout au long de ses 400 pages. Et soif.
Une précision toutefois, si comme moi vous connaissiez le Poppy Z. Brite d’antan, vous trouverez son écriture dans Soul Kitchen assagie. Le sang n’y coule pas à flots, et s’il ne s’embarrasse pas d’euphémisme, l’écriture n’y est pas torride non plus. Par rapport à Âmes perdues, c’est limite reposant, même si j’ai également beaucoup d’affection pour Steve et Ghost. Bonne lecture !

Soul Kitchen
de Poppy Z. Brite
traduction de Morgane Saysana

Éditions
Au Diable Vauvert

Dark Sacred Night

Il est des auteurs qui maîtrisent parfaitement leur genre, et dont on sait qu’ils ne nous décevront jamais. Dans le monde du polar, l’un de ces noms est Michael Connelly. Et j’avoue avoir tendance à prendre en voyage les livres avec son nom en couverture surtout s’ils mettent en scène Harry Bosch, l’un de ses personnages récurrents. Dans Dark Sacred Night, il lui adjoint Renée Ballard, une détective appelée à devenir également récurrente (et déjà présente dans trois romans).
Dark Sacred Night narre la rencontre entre les deux personnages, et peut-être le début d’un passage de témoins entre les deux policiers : Bosch, désormais en semi-retraite à San Fernando et Ballard, ex-étoile montante du LAPD mutée dans un service de seconde zone pour une sombre affaire de harcèlement sexuel. Les deux vont être réunis par un vieil homicide jamais résolu : une f
ugueuse retrouvée morte nue et trempée dans l’eau de Javel neuf ans plus tôt. Outre cette intrigue principale, Dark Sacred Night se révèle très intéressant par ses à-côtés. Et effet, le récit suit tour à tour Ballard et Bosch dans l’enquête, mais également dans leur travail quotidien. Ce qui donne lieu à différentes mini-enquêtes : certaines assez comiques et d’autres finalement plus tragiques. C’est également l’occasion pour Michael Connelly d’aborder certains sujets comme le mouvement #MeToo et ses ramifications dans la police. Parfois avec de gros sabots et parfois par petites touches révélatrices comme la mention des coupes de cheveux des agentes.
Les deux personnages principaux sont toujours aussi attachants l’un que l’autre, avec leurs forces, mais aussi leurs faiblesses comme une tendance partagée à se laisser emporter par leurs émotions. Mais Dark Sacred Night m’a également énormément plu par ses personnages secondaires sur lesquelles Michael Connelly s’attarde un peu plus, il me semble. La pilote d’hélicoptère amie de Renée Ballard est l’une d’entre eux, et j’aimerais bien la revoir prochainement.

Ce ne sera pas le titre phare de la bibliographie de Michael Connelly. Echo Park ou La Défense Lincoln resteront ceux que je conseillerais pour découvrir l’auteur. Mais Dark Sacred Night mérite votre attention si vous aimez les polars, et souhaitez vous plonger au cœur de Los Angeles pour quelques heures.

Dark Sacred Night
de Michael Connelly

Éditions
Orion

Terminus

Le voyage temporel est à la fois l’un des classiques des littératures de l’imaginaire et l’un de ses chemins parsemés d’écueils les plus périlleux à négocier. Entre paradoxe du grand-père et inconsistance dans la logique des dits déplacements, il est facile de se perdre dans l’histoire. Ajoutez-y un bon thriller avec des meurtres tous plus horribles les uns que les autres, et vous mesurerez la difficulté que s’est imposée Tom Sweterlitsch avec son roman Terminus.
Shannon Moss a vu le Terminus au bout du temps : l’instant où l’humanité s’autodétruit dans un suicide collectif. Shannon Moss est l’une des agentes du NCIS (
Naval Criminal Investigative Service—bureau spécialisé dans les enquêtes criminelles impliquant des membres de la marine militaire des États-Unis) et doit enquêter sur le massacre à la hache de la famille d’un marin censément disparu en action des années auparavant. Le tout dans une maison qu’elle a bien connue enfant. Shannon Moss est habilitée à plonger chercher les réponses dans les Eaux profondes du temps. Son enquête actuelle lui permettra-t-elle d’éviter le Terminus ? Tout le roman de Tom Sweterlitsch est le récit d’une course contre la montre pour sauver l’humanité ou trouve l’un des tueurs en série les plus déterminés que Shannon Moss ait jamais rencontrés.
Passant d’une ligne temporelle à l’autre, Terminus n’est pas exempt de confusion. En particulier dans ses dernières pages avant la résolution finale. Cela correspond à la frénésie de la narratrice et du monde qui l’entoure, mais le tout donne parfois l’impressio
n que l’auteur s’est emmêlé les pinceaux dans les différentes périodes et les différents indices avant de retomber sur ses pattes avec une pirouette. En revanche, Terminus reste un roman prenant et particulièrement efficace. Il dose agréablement le futurisme et un certain côté rétro : une grande partie de l’action se situe entre 1985 et 2000, et les vaisseaux temporels disposent certes d’intelligences artificielles, mais aussi de magnétoscopes VHS. Si vous êtes amateurs de voyage dans le temps, ou si vous aimez les bons polars avec une traque palpitante, ajoutez ce Terminus à votre liste de lecture.

Terminus
de
Tom Sweterlitsch
Traduction de Michel Pagel
Éditions
Albin Michel

Children of Blood and Bone

Quand Audrey de New kids on the geek m’avait parlé de Children of Blood and Bone de Tomi Adeyemi, elle n’y était pas allé par quatre chemins : « Lis-le, il va te plaire… » J’avais alors admiré la couverture, mais plongé dans une autre lecture, j’avais laissé le titre de côté. Puis sont arrivés les Hugo 2019. J’avais déjà lu la catégorie du meilleur roman, celle de la meilleure novella, celle du meilleur roman graphique et je suis quasiment à jour de la meilleure série (de Becky Chambers). Il ne me restait donc à découvrir que Jeannette Ng et le meilleur roman jeunesse : Children of Blood and Bone de Tomi Adeyemi. Pas moyen d’y couper, je plonge donc dedans.
Disons-le de suite, les quatre personnages principaux (Zélie, Amari, Tzain et Inan) ont chacun un côté tête à claques bien prononcé tout autant qu’ils peuvent être très attachants. Et j’ai souvent interrompu ma lecture en me disant « Non, mais il/elle est impossible là ». Néanmoins, je ne regrette absolument pas de l’avoir poursuivie, même si ce fut plus lent que d’habitude.
L’histoire de Children of Blood and Bone
se déroule en Orïsha, un pays imaginaire d’Afrique de l’Ouest. La magie y existait jusqu’au Raid, onze ans auparavant. Le roi du pays a alors passé au fil de l’épée tous les mages adultes, coupé le lien entre les dieux et les hommes et fait des enfants de mages des citoyens de seconde catégorie, quasi réduit en esclavage. Menacée, faute d’argent pour payer un nouvel impôt, d’être vendue, Zélie, l’une de ces descendantes de mage devenue adolescente, part à la capitale trouver de quoi payer les dettes de son père. Elle y rencontre Amari, princesse qui s’est enfuie du palais en emportant une précieuse relique. Talonnées par les hommes du roi, les deux filles avec leurs frères respectifs vont se lancer dans une quête pour restaurer la magie dans le royaume.
L’histoire en elle-
même ne manque pas de rebondissement et de surprises de pages en pages. Jusqu’au bout, l’issue est incertaine et le but même des personnages varie d’un chapitre à l’autre. Destiné aux adolescents, Children of Blood and Bone convient aussi aux adultes, notamment car Tomi Adeyemi n’hésite pas à parler de sujets difficiles. À l’échelle du pays, elle y aborde le racisme, le nettoyage ethnique et les différents moyens de lutter contre l’oppression, ainsi que la réaction des différents personnages face à cette situation. D’un point de vue plus intime, elle montre comment survivre et se reconstruire face à la violence. Zélie et Tzain ont vu leur mère torturée et mise à mort sous leurs yeux enfants, et leur père brisé de souffrance, avant de vivre dans un monde qui rejette Zélie en raison de la couleur de ses cheveux. Amari et Inan, ont grandi eux au palais, mais sans amour sous la férule d’un père violent et intolérant dont ils ont toujours cherché désespérément l’approbation et l’amour. Ce sont donc quatre adolescents traumatisés que nous suivons. La quête pour restaurer la magie, ou la paix, dans Orïsha se double d’une tentative pour surmonter ces blessures et devenir adulte. À la différence de nombre de romans d’initiation, cette tentative ne sera pas toujours une réussite pour tous les adolescents. N’eût été la fin trop abrupte, Children of Blood and Bone est, ainsi qu’on me l’avait annoncé, un roman puissant et particulièrement agréable à lire.

Children of Blood and Bone
de Tomi Adeyemi
Éditions Macmillan

Zodiac Station

Quoi de plus isolé qu’une station scientifique au Pôle ? Peu de chose. Et ce ne sont pas les amateurs d’horreur, avec The Thing de John Carpenter en tête ou la version originale de 1951, qui diront le contraire. C’est pourtant ici que Tom Harper a choisi de placer son thriller, Zodiac Station.
Tout commence lorsqu’en pleine tempête, un brise-glace des garde-côtes américains récupère un homme se déplaçant à ski sur la banquise, à moitié mort de froid. Il dit venir de Zodiac Station, un laboratoire de recherche scientifique sur une ile perdue au beau milieu de l’océan Arctique. Et que celui-ci a été détruit dans une explosion criminelle, dont il est le dernier survivant.
Peu à peu, le récit des derniers jours de la station se dévoile, et d’autres rescapés apportent un éclairage différent sur ce qu’il s’est réellement produit. Tout comme le capitaine du brise-glace, vous allez devoir démêler le vrai du faux au fur et à mesure du récit. Simple rivalité sentimentalo-professionnelle, nouvelle évolution de la Guerre froide ou réelle explication du troisième type ? Je ne vous donnerais qu’un indice. Tom Harper connaît sur le bout des doigts le Frankenstein
de Mary Shelley et sait en jouer pour dérouter ses lecteurs. La structure du livre n’est d’ailleurs pas sans rappeler son illustre modèle. Et la fin en est tout aussi abrupte. Si celle-ci conclut assez bien l’histoire du narrateur principal, elle ne répond pas à la question première : pourquoi Zodiac Station a explosé. Ou plutôt elle évacue trop rapidement la réponse en quelques lignes.
Zodiac Station est le premier roman de Tom Harper. On lui pardonnera donc ce défaut de construction, ainsi que les deux ou trois autres pistes lancées en l’air et vite abandonnées. L’action, malgré les multiples changements de narrateurs et de cadre temporel, reste claire tout en gardant un rythme soutenu. Outre Frankenstein et The Thing, Tom Harper a glissé
des allusions à d’autres œuvres cultes du fantastique nettement moins faciles à détecter. Celles-ci laissent planer le doute sur le genre du livre jusqu’à la fin.

Zodiac Station
de Tom Harper
Traduction de Claude Marnier
Éditions Bragelonne

Légendes urbaines, mythes et racontars au pays du Soleil Levant

Ayant eu l’occasion professionnellement de me pencher sur le folklore japonais et les yokaï, je déplorais l’absence de livres sur le sujet dans ma bibliothèque. Une amie, qui connaît ma passion pour les légendes urbaines a eu l’idée de m’offrir Légendes urbaines, mythes et racontars au pays du Soleil Levant de Stéphane L. Gabriel, autoédité chez Amazon Publishing.
Qu’elle en soit remerciée. Le texte souffre de
défauts importants, mais il se dévore et s’avère une mine d’informations.
Commençons par les défauts. C’est tout simple : il n’a pas été édité. Les fautes d’orthographe (principalement de l’inattention) sont nombreuses, de même que les homonymes utilisés à mauvais escient. Cela ne freine pas la lecture, ceci dit. C’est juste très agaçant à la longue. La mise en page semble, elle aussi, conçue pour un format un poil plus haut que le livre papier final. Du coup,certaines histoires commencent parfois dans la foulée de la précédente au lieu de commencer sur une page dédiée.
Ce point réglé,
Légendes urbaines, mythes et racontars au pays du Soleil Levant se révèle très intéressant. Même s’il parle de mythes connus comme le Kappa ou ceux ayant inspiré The Ring et ses suites cinématographiques, il ne s’en contente pas et propose des légendes et rumeurs différentes, ainsi que des jeux à se faire peur propres au Japon et à l’Asie. Même en connaissant bien le domaine, vous y apprendrez toujours quelque chose. À prendre toutefois avec des pincettes puisque Stéphane L. Gabriel retranscrit en prenant pour argent comptant la vieille histoire du contenu satanique de titres rocks réécoutés en sens inverse… Si vous êtes amateur de légendes urbaines, voici qui élargira vos horizons. Et vous incitera à aller plus loin.

Légendes urbaines, mythes et racontars au pays du Soleil Levant
de Stéphane L. Gabriel
disponible via Amazon Publishing

Magnus Ridolph

Jack Vance était un conteur de SF exceptionnel, et surtout un incontournable de mes lectures estivales. Cette année au lieu de relire un des livres présents dans ma bibliothèque, j’ai craqué pour Magnus Ridolph réédité par Mnémos dans sa collection Hélios. Sous ce titre, la maison rassemble dans un format de poche l’intégrale des dix nouvelles mettant en scène le personnage du même nom.
Mélange improbable d’Hercule Poirot et d’Arsène Lupin, Magnus Ridolph est un enquêteur sillonnant la galaxie au gré de ses envies et de ses aventures commerciales. Qu’il soit mandaté par un client ou qu’il tombe sur un cas intéressant totalement par hasard comme dans Coup de grâce la dernière nouvelle,
à chaque enquête il va toujours s’arranger pour retourner la situation à son profit ou malicieusement se moquer de son client.
Avec un personnage principal identique, les dix nouvelles composant ce recueil ont chacune une tonalité qui lui est propre. Certaines comme Les sardines de qualité inférieure sont finalement assez tristes et mélancoliques, d’autres comme La Spa des étoiles ou Raccourcis pour Sanatoris sont plutôt comiques. D’autres comme L’immonde McInch ou Le cycle infernal sont de purs polars avec une résolution
elle typiquement de science-fiction.
Encore une fois avec Magnus Ridolph, Jack Vance prend son lecteur par la main, l’amène au coin du feu ou d’une terrasse ombragé, lui sert un verre (avec ou sans alcool) et lui raconte des histoires. Ici, ce n’est pas le merveilleux qui prédomine, mais l’anecdote et le côté roublard distingué de Magnus Ridolph. Il vous narre les bons tours que le détective a joués à ceux qui se croyaient plus intelligents que les autres, ou qui comptaient tirer profit indûment des autres. Ces nouvelles très courtes sont une excellente introduction au style et à la faconde de Jack Vance.

Magnus Ridolph
de Jack Vance
Traduction de Brigitte Mariot
Éditions Mnémos

La Débusqueuse de mondes

Le prénom choisi par l’autrice a attiré mon regard, la couverture avec sa baleine spatiale proche des Acanti l’a retenu, et le 4e de couverture a achevé de me convaincre. La Débusqueuse de mondes de Luce Basseterre s’est vite retrouvé dans mon panier d’achats lors d’une razzia dans l’une de mes librairies favorites. Disons-le tout de suite : je ne regrette pas l’achat. Ce roman de space opera est un pur régal.
Dans
La Débusqueuse de mondes il n’est pas question de guerre spatiale, mais de commerce et d’écologie. Raconté à trois voix, ce livre met en scène une galaxie multiespèce où la Terre a été abandonnée des millénaires auparavant et d’où les Humains sont partis en ordre dispersé. L’histoire commence quand la débusqueuse du titre, une amphibienne nommée D’Guéba trouve un survivant sur une planète qu’elle comptait terraformer et revendre aux espèces en mal de mondes. Ce survivant, un humain Otton va s’attacher à ses pas et à ceux de son cybersquale, Koba. De monde en monde, ce trio mal assorti va visiter toute la galaxie et débrouiller une arnaque à l’échelle d’un consortium couvrant de multiples planètes et de nombreuses espèces et hybrides.
Si vous aimez l’esprit de
Firefly ou celui de Farscape, La Débusqueuse de mondes est le livre pour vous. Bourré d’humour et d’action, ce roman arrive à surprendre à chaque page. Et il se dévore d’une traite. J’avoue, une fois la dernière page tournée, n’avoir qu’une envie : replonger dans cet univers. Ce sera surement chose faite en septembre avec la sortie de Le Chant des Fenjicks chez Mü éditions.

La Débusqueuse de mondes
de Luce Basseterre
Éditions Livre de poche