Rivers of London

En dehors des livres, j’aime beaucoup les films impliquant le duo Simon Pegg et Nick Frost. Et donc quand j’ai lu que leur maison de production voulait adapter une série de romans d’urban fantasy, Rivers of London, le nom m’est resté en tête. Quelque temps plus tard, je tombe à nouveau sur Rivers of London avec une promotion sur les livres en numérique (2,45 € l’un pour les titres les plus anciens), je saisis l’occasion de découvrir donc la prose de Ben Aaronovitch en achetant les deux premiers : Rivers of London et Moon Over Soho.

Comme beaucoup d’histoires d’urban fantasy récentes, il s’agit à chaque fois d’une enquête policière à laquelle se mêlent des éléments surnaturels. Sauf que… Ici, l’histoire se passe à Londres et non aux États-Unis. La bureaucratie de la Met ne permet pas certaines libertés et certains dérapages que peuvent se permettre les détectives privés ou les policiers américains, du moins dans les œuvres de fiction. Sauf que… Le personnage principal, Peter Grant, vient de terminer sa formation initiale de policier et ne sait pas s’il poursuivra sa carrière à patrouiller en uniforme, parmi les détectives ou en gratte-papier dans l’administration. Sauf qu’enfin… Il n’a aucune prédisposition pour le surnaturel, jusqu’à ce qu’un soir il assiste à un meurtre sur Covent Garden, et le principal témoin est un fantôme. Le premier roman, Rivers of London, va introduire Peter Grant à l’univers de la magie telle qu’elle est pratiquée dans les forces de police de Sa Majesté. Il devra résoudre le meurtre de Covent Garden et gérer les rivalités entre deux avatars locaux de la Tamise et leurs descendances. Le deuxième, Moon Over Soho, le montre déjà plus installé dans son rôle d’apprenti sorcier officiel de la police. Il va devoir là se pencher sur de vieilles affaires criminelles du Soho des années 60 et dévoiler un pan du passé de personne qui lui sont proche : son père, ancien jazzmen, et son mentor, bien plus vieux qu’il n’en a l’air.
J’avoue que Rivers of London est une excellente surprise. Le livre est suffisamment original dans son explication de la magie et dans la description des différentes divinités et créatures surnaturelles vivant dans Londres. Et j’avoue que l’écriture de Ben Aaronovitch, très
british avec pas mal d’argot local, se dévore très bien. En revanche, même si j’ai apprécié Moon Over Soho, certains clichés apparaissent, notamment celui du héros amoureux de celle qui ne devrait pas, et j’ai peur qu’au final, l’histoire de Peter Grant s’enlise dans des complications de vie privée au détriment des enquêtes. D’autant que Rivers of London est prolifique : outre les romans principaux (sept à ce jour), l’histoire se décline également en comics (six) et une multitude d’histoires courtes éparpillées entre les différentes éditions et le web. De quoi s’y perdre ou se préparer à des heures de lectures intenses. En attendant, j’ai entamé le troisième de la série : Whispers Underground.

Rivers of London
de Ben Aaronovitch
Éditions
Gollancz

The Dark Phoenix Saga

Le passage des pages à l’écran est toujours hasardeux. Si fin mai, Good Omens a montré qu’il était possible de faire une adaptation filmée fidèle et modernisée d’un classique,  en début juin la Fox s’est, semble-t-il, ratée avec X-Men : Dark Phoenix, deuxième adaptation et deuxième échec d’une saga culte des X-Men. Autant revenir aux fondamentaux et relire plutôt l’original non ? The Dark Phoenix Saga, scénarisée par Chris Claremont et dessinée par John Byrne est l’une des premières grandes sagas des X-Men, parue de janvier à octobre 1980 dans Uncanny X-Men. C’est également l’un de mes tout premiers souvenirs de bande dessinée quand je l’ai lue enfant au moment de sa parution en français. Et c’est une madeleine que j’ai relue dès que possible adulte en version originale. Avec toujours autant de bonheur et d’émotion.
De quoi s’agit-il ? Après une mission dans l’espace avec le reste de l’équipe de super-héros mutants, Jean Grey a été exposée à un vent solaire trop fort
et pour survivre a du libéré son plein potentiel télépathique et télékinésique. Sauf que la jeune femme n’a même pas 25 ans et qu’elle a bien du mal à contenir une telle puissance. Et que d’autres acteurs (comme le Hellfire Club) essaient de détourner ses pouvoirs à leurs profits, quitte à réveiller le monstre qui dort en elle !
Enfant, cette histoire m’avait présenté l’univers des X-Men, et par extension des superhéros à l’américaine, par le biais de Kitty Pride (Shadowcat), une jeune mutante capable de traverser les surfaces solides et qui se retrouve embarquée dans cette aventure bien malgré elle. J’adorais les pouvoirs des différents héros, et la façon dont venus d’horizons divers (l’Afrique, l’Europe, l’URSS, l’Amérique, etc.), ils ont reconstitué une famille autour de Jean Grey.
Le tout en passant d’une histoire d’espionnage et d’infiltration à une aventure spatiale peuplée d’extra-terrestres aux looks et pouvoirs impressionnants. De plus, à la différence des histoires de superhéros classiques, The Dark Phoenix Saga est une tragédie. Elle se termine mal donc. Si la fin de cet arc narratif a eu un impact durable — au moins durant quelques années — sur l’histoire des X-Men, elle a aussi eu un impact assez fort sur la jeune lectrice que j’étais, l’aidant complètement à sortir d’un monde de fiction ou les « gentils » gagnent toujours à la fin.
Adulte, même si le style est très daté, et
même si Chris Claremont est très bavard par rapport à un scénariste de comics moderne en rappelant notamment sans cesse les capacités de personnage, The Dark Phoenix Saga se lit toujours aussi bien. C’est après tout une version modernisée et adaptée au monde des comics d’un scénario connu depuis au moins la mythologie gréco-romaine : la chute d’un héros devenue trop puissant qui se veut à l’égal des dieux. À l’exception notable qu’il s’agit ici d’une héroïne, Jean Grey, et non de Jason ou de Bellérophon, et que c’est elle qui reprendra en main son destin dans les dernières cases. C’est elle qui décide de rester humaine au lieu de vivre comme une déesse, et d’en payer le prix.
De plus, le style particulier de John Byrne donne une ampleur flamboyante à l’action quitte à passer à une version épurée pour faire ressortir les émotions. Au fil des ans, The Dark Phoenix Saga a été réédité plusieurs fois tant en français qu’en version originale, et mis en image avec plus ou moins de succès (la version
réalisée pour X-Men : The Animated Serie est la meilleure ou la moins pire suivant votre point de vue). Ne vous privez pas de la lire ou de la relire, ou tout simplement d’en admirer l’esthétisme des pages.

The Dark Phoenix Saga
Scénario de Chris Claremont et John Byrne
Dessin de John Byrne
Éditions Marvel

Apocalypse Nyx

Les lectures se suivent et ne se ressemblent pas. Après un roman jeunesse explorant les mœurs de la bonne société londonienne au 19e siècle, Apocalypse Nyx de Kameron Hurley est noir, très noir. Sentant la sueur, la poussière, la lavande et le sang, Apocalypse Nyx est une collection de novellas, ces récits trop gros pour être de simples nouvelles mais trop courts pour être vendus en romans. Ils s’inscrivent dans l’univers de Bel Dame Apocrypha, une trilogie de science-fantasy non traduite en français à ma connaissance. Toutes les novellas ont en commun leur personnage principal : Nyxnissa so Dasheem, mercenaire dans un monde en guerre perpétuelle où la magie se mêle à la biotechnologie de pointe. Chaque histoire relate une mission de Nyx et de son équipe. Chacune met en avant, sur un fond particulièrement graphique et sanglant, leur relation. À tout juste 30 ans, Nyx a déjà survécu à la guerre, à l’incorporation dans un commando d’assassins d’élite, à la prison et à une situation familiale plutôt tordue. Tout ce qu’elle veut c’est boire, manger et forniquer, pas forcément dans cet ordre-là. Et si elle se dit prête à tout pour mener à bien les missions pour entretenir son train de vie, elle a tout de même ses limites morales. Chaque récit va se charger de lui rappeler l’une d’entre elles.
À première vue, Apocalypse N
yx n’est qu’un récit militariste noir de plus. Pourtant ce n’est pas le cas. L’autrice, car oui Kameron Hurley est une femme, a choisi d’inverser les rôles. Sur ce monde perdu dans l’espace et jamais nommé, les femmes sont le sexe fort. Les préjugés vis-à-vis des hommes (faibles et inconstants, devant être guidés constamment dans la bonne direction, bons uniquement pour servir de chair à canon et de reproducteurs) sont un calque avec juste ce qu’il faut de différences pour ne pas tomber dans la caricature de la situation actuelle des femmes dans beaucoup de sociétés. Pourtant, les femmes n’ont pas non plus le beau rôle dans Apocalypse Nyx. Elles y sont veules, alcooliques, droguées, sadiques, égoïstes ou enfermées dans un fondamentalisme militaro-religieux terrifiant. Au milieu de tout ceci, Nyx, désabusée et violente, sert de porte d’entrée au lecteur pour découvrir cet univers. Et j’avoue que Kameron Hurley a réussi son coup. Ces cinq vignettes de la vie de Nyxnissa so Dasheem m’ont rendue curieuse et je tenterai sûrement à l’occasion une plongée dans la trilogie de Bel Dame Apocrypha.

Apocalypse Nix
de Kameron Hurley
Éditions Tachyon

City of Ghosts

De mes différentes pérégrinations, j’aime rapporter des livres en lien avec les lieux visités. De Chicago, c’était The Devil in The White City de Erik Larson, d’Édimbourg le mois dernier ce fut City of Ghosts de Victoria Schwab. Oui, la même V.E.Schwab qui m’avait donné tant de mal à entrer dans sa trilogie Shades of Magic.
Il s’agit ici d’un livre classé en jeunesse. La plume de Victoria Schwab y est nettement plus à son aise et gagne en fluidité. Les personnages sont brossés rapidement, mais suffisamment précis pour ne pas être de simples marionnettes dans un théâtre d’ombres.
L’autrice nous plonge directement dans l’action sans se perdre dans trop de descriptions. Fille d’un couple d’enquêteurs du paranormal (comme Ed et Lauren Warren, mis en films dans la saga The Conjuring) Cassidy Blake est hanté depuis sa noyade par l’adolescent qui lui a sauvé la vie. Depuis, elle peut passer des deux côtés du Voile séparant les fantômes des vivantes. Quand ses parents l’entraînent de l’autre côté de l’Atlantique, à Édimbourg, ville peuplée de revenants, sa vie va devenir nettement plus compliquée. Non seulement elle devra se frotter à la cuisine britannique et aux différences de vocabulaire d’un pays à l’autre, mais en plus, étant dans une ville où les spectres sont plus nombreux, plus anciens et plus expérimentés, elle va devenir la proie du plus redoutable d’entre eux : la Corneille en rouge.
City of Ghosts est une histoire de hantise originale, qui se poursuit en ligne droite avec un rythme soutenu. Peut être est-elle pour une adulte habituée du genre un poil prévisible, mais ce n’est pas déplaisant. Qui ne connaît pas Édimbourg peut s’y laisser surprendre. Ceux qui ont déjà joué les touristes dans la capitale écossaise trouveront au fil des pages des figures connues comme Bobby le terrier, les soldats du château ou un certain jeune sorcier souvent vêtu de rouge et or.
Même si les adultes peuvent prendre beaucoup de plaisir à lire ce court roman, la cible idéale semble être les collégiens de l’âge de l’héroïne. En effet, la structure grammaticale du texte est simple, sans être trop simpliste,
et le vocabulaire clair (ou expliqué comme les « closes », ruelles si particulières de la vieille ville d’Édimbourg). Un livre idéal pour se plonger dans une première lecture en anglais.

City of Ghosts
de Victoria Schwab
Éditions Scholastic

The Murder Pit

La Grande-Bretagne victorienne et ses crimes est une époque plutôt fascinante. Qu’ils s’agissent de fictions comme les histoires de Sherlock Holmes ou de cas réels comme Jack l’Éventreur et ses victimes, je me laisse facilement convaincre par les livres sur cette thématique. Quand j’ai trouvé The Murder Pit de Mike Finlay à l’aéroport d’Édimbourg, je n’ai pas résisté (surtout que j’en ai profité pour récupérer une nouvelle édition de Good Omens). Un vol chaotique et quelques heures plus loin, je ne regrette pas mon choix.
The Murder Pit est le deuxième roman dans la série des Arrowood Mysteries. Et même s’ils ont tout deux été traduits en français, je ne connaissais pas du tout cet univers. Heureusement, celui-ci peut se lire de manière indépendante.
Le livre met en scène William Arrowood, un détective privé londonien qui se voit comme un rival de Sherlock Holmes, mais dont la clientèle est nettement plus pauvre, et la réputation nettement moins glorieuse. Engagés par un couple dont la fille, handicapée mentale, refuse tout contact avec eux depuis son mariage avec un fermier, Arrowood et son assistant vont se plonger dans les ho
rreurs de l’exploitation des aliénés et autres imbéciles, comme on les appelait à cette époque. Et découvrir au passage quelques cadavres.
À la différence de Sherlock Holmes, William Arrowood n’est pas un bon détective. S’il sait lire les émotions de ses interlocuteurs et tirer des déductions stupéfiantes du moindre détail, il n’a aucun contrôle sur ses propres sentiments, et ses décisions impulsives sont parfois de vrais freins à la poursuite de l’enquête. Quand elles ne sont pas purement et simplement odieuses.
Malgré cela, et surtout parce que ce n’est pas Arrowood le narrateur, mais son assistant, Mike Finlay sait rendre ses personnages attachants. Il fournit un récit très bien documenté sur des aspects assez méconn
us de l’ère victorienne comme le travail à la ferme et la vie dans la banlieue de Londres. Il fait également le choix d’utiliser la terminologie de l’époque au risque de choquer le lectorat moderne, mais ni lui ni ses personnages ne la cautionne non plus que l’eugénisme et le racisme qu’elle sous-entend. Au final, si tout n’est pas parfait dans ce récit policier, l’histoire se termine plutôt bien pour les « gentils ». Mon seul regret est qu’il n’était pas très difficile de mettre un nom sur le coupable. The Murder Pit reste une lecture plaisante et légère, malgré le thème abordé.

The Murder Pit
de Mike Finlay
Éditions HQ Stories

The Murderbots Diaries: All Systems Red & Artificial Conditions

Après Binti, un autre titre de novella était en promotion sur la boutique de ma liseuse (et sans DRM, car également publié par Tor books) : le premier tome de la série de The Murderbots Diaries de Martha Wells : All Systems Red.
Ni homme, ni femme, ni robot, ni humain, le protagoniste de cette histoire est un SecBot : un cyborg chargé par leur compagnie d’assurance de garantir la sécurité d’un groupe de scientifiques sur une planète inconnue. Véritable machine à tuer et maître d’armes accompli, il n’est pas censé avoir plus de personnalité qu’un tableur ou un traitement de texte. Sauf que… Un contrat précédent a mal tourné et il a massacré tous les humains sous sa protection. Pour éviter qu’une telle catastrophe ne se reproduise, il a désactivé son module de contrôle. Quand la mission actuelle prend un tour similaire à la précédente, MurderBot va devoir lâcher ses chères séries TV et effectuer son travail en toute indépendance. Comble de l’horreur, il va devoir interagir avec des humains sans filtre ni possibilité de se cacher derrière les instructions d’un tiers.
All Systems Red fonctionne comme un huis clos policier (à l’échelle d’une planète) avec MurderBot à la place de Sherlock Holmes ou d’Hercule Poirot, les petites cellules grises en moins et les muscles en plus. J’ai apprécié ma lecture, mais j’étais frustrée de ne pas en savoir plus sur la condition des cyborgs et des robots dans cet univers. Frustration en partie comblée avec Artificial Conditions où notre MurderBot enquête sur ses actions passées et essaie de comprendre comment le massacre a pu se produire. En cours de route, il croisera un vaisseau de transport intelligent (imaginez l’USS Entreprise avec la curiosité et l’humour d’un enfant de 10 ans) et quantité de cyborgs et robots en tout genre. Avec à nouveau au milieu des humains ayant besoin de son aide ?
Lirais-je la suite des Murderbots Diaries ? Certainement, je veux comprendre ce qui est arrivé à ce MurderBot, et j’apprécie son côté acerbe. La façon dont Martha Wells s’interroge à chaque livre sur un aspect de la frontière entre le vivant et l’artificiel me plaît. Où se trouve la limite ? Qu’est-ce qu’être humain ? Qui doit être considéré comme une personne de plein droit ? Comment interagir dans un tel univers ? Le tout sans faire de longs discours philosophiques, mais en l’intégrant à des histoires policières spatiales plus que distrayantes.
Si vous ne lisez pas en anglais, sachez que L’Atalante a entamé la traduction de cette série et vient de publier le premier tome sous le titre de Défaillance système – Journal d’un AssaSynth et que le tome 2 est prévu pour juin.

The Murderbots Diaries: All Systems Red & Artificial Conditions
de Martha Wells
Éditions Tor

Tiamat’s Wrath

Alors que nous attendons encore la date de sortie de la saison 4 de The Expanse, la série TV, The Expanse la série de romans s’achemine elle vers la fin. Le huitième roman, Tiamat’s Wrath, est censé être l’avant-dernier de la série. Il démarre quelque temps après Persepolis Rising. Sur Laconia, James Holden est retenu prisonnier de l’empire galactique de Winston Duarte, et des intrigues de palais déstabilisent le pouvoir en place ; ailleurs, Naomi, Bobbie et Alex résistent chacun à leur manière face à l’hégémonie militaire des Laconiens ; les portes spatiales deviennent de plus en plus instables et Amos est porté disparu. Si comme moi vous vous êtes attachés au fil des romans aux différents membres du Rocinante, dès la première ligne, Tiamat’s Wrath va vous briser le cœur et se révèlera au fil des pages une véritable montagne russe émotionnelle. Les deux écrivains derrière le pseudonyme James SA Corey sont passés par l’école Georges R.R. Martin (avec nettement plus de talent dans l’écriture elle-même à mon avis) et aucun personnage n’est à l’abri de la mort. Pour autant quand celle-ci survient, aussi douloureuse qu’elle soit à lire, elle est logique et n’enlève rien à l’intégrité des personnages. Tiamat’s Wrath n’est pas qu’un véhicule à émotions, c’est également la suite directe de Persepolis Rising : comment finir une guerre. Ou plutôt comment mener une guérilla face à un empire puissant, sans y perdre trop de plumes et sans laisser de vieilles rancœurs couver pour que le conflit renaisse plus tard ? Ici, les méthodes de Naomi et de Bobbie semblent s’opposer avant finalement de se rejoindre. Et si la guerre était menée sur deux fronts : entre humains d’un côté, mais également avec les entités ayant détruit les créateurs de la protomolécule ? Comment se battre contre des créatures dont on ne sait rien, capables de manipuler des systèmes solaires à leurs guises ? Comment survivre face à elles ? Si à la fin de Tiamat’s Wrath un nouveau statu quo est restauré, le roman ouvre la porte sur de nombreuses questions vis-à-vis de ces mystérieuses entités et toujours sur les pouvoirs de la protomolécule. Notons au passage comme les auteurs arrivent à raccrocher au récit principal, le thème évoqué dans leur nouvelle Strange Dogs avec un retour inattendu des personnages de celles-ci. Et je me demande vraiment si les auteurs pourront répondre à toutes ces questions en un seul roman. Et surtout quand aurons-nous la suite ?

Tiamat’s Wrath
de James SA Corey
Editions Orbit

Binti

Quand un récit est recommandé par des écrivains que j’admire (Neil Gaiman, John Scalzi), j’ai tendance à leur faire confiance. Ayant vu une promotion sur Binti, la novella de Nnedi Okorafor, je l’ai donc lu…
Et je suis partagée. D’un côté, le ton fluide, passionnant rend un récit court très facile à lire. Presque trop facile même, et surtout beaucoup trop court. De l’autre côté, l’histoire en elle-même est tellement condensée que cela en devient frustrant. Ce serait une vignette dans un ensemble beaucoup plus vaste comme le sont The Churn et Strange Dogs dans la série The Expanse de James SA Corey, je ne n’aurai aucun problème avec cette brièveté. Ce n’est pas le cas ici. Binti est présentée comme la première partie d’une trilogie (suivi de Binti: Home et Binti: The Night Masquerade guère plus longs). Du coup, je me suis retrouvée plongée dans un récit où il me manquait des informations essentielles : quelle est la relation entre les Himba et les Khoush ? Comment les Khoush ont rencontré les Méduse ? Ou même tout simplement Comment cet empire ou fédération galactique a pu se créer ? Et à quelle époque sommes-nous ? Sans parler de Third Fish, le vaisseau vivant qui m’a immédiatement fait penser aux baleines de l’espace de Marvel ou aux vaisseaux de Farscape. Comment a-t-il été conçu ? Est-il conscient d’héberger des passagers ?
Ces frustrations mises à part, j’ai découvert avec Binti, la plume de Nnedi Okorafor et je pense que j’en lirai plus d’elle. Certainement dans un format plus long. J’avoue que sa manière de mélanger science-fiction et traditions africaines m’a beaucoup plus.

Binti
de Nnedi Okorafor
Editions Tor

The Five — The untold lives of the women killed by Jack the Ripper

J’avoue, j’avoue. L’histoire de Jack l’Éventreur (ou Jack the Ripper en anglais) m’a toujours fascinée. L’enquête elle-même avec le mystère toujours non résolu 130 ans plus tard sur son identité, les histoires qu’il a inspirées, du From Hell d’Alan Moore au Anno Dracula de Kim Newman, tout m’intrigue. Et pourtant, plus mystérieuses encore que l’identité du tueur est la personnalité des victimes. Polly Nichols, Annie Chapman, Elizabeth Stride, Kate Eddows, Mary Jane Kelly : si leurs noms sont connus, leur vie avant de rencontrer en 1888 le couteau du tueur l’est moins. C’est cette lacune qu’a voulu réparée l’historienne Hallie Rubenhold dans son livre, The Five — The untold lives of the women killed by Jack the Ripper. Extrêmement bien documenté, avec même des photos d’époque, ce livre se lit comme un roman. Ou plutôt comme cinq longues nouvelles retraçant l’histoire de chacune de ses femmes.
Hallie Rubenhold ne s’attarde pas sur les meurtres et ne les décrit même pas. Ce qui l’intéresse c’est le parcours de ses femmes et comment il les a guidés jusqu’à Whitechapel et ses bas-fonds. Vous pensiez que les cinq victimes avaient en commun leurs professions ? Détrompez-vous ! Sur les cinq, seules deux étaient des prostituées avérées (Elizabeth Stride alors qu’elle était encore en Suède, et Mary Jane Kelly) et rien n’indique que les trois autres aient, même occasionnellement, vendu leurs charmes. En revanche, à l’exception de Mary Jane Kelly morte dans son lit, elles avaient toutes la particularité de n’avoir pas d’endroit où dormir ce soir-là. Et toutes, sans exception, n’avaient pas la « protection » d’un homme au moment des faits. Plus qu’une supposée profession ou un mode de vie douteux, ce qui a précipité leur fin se résume en deux choses : elles étaient nées femmes et dans un milieu où le moindre accident de parcours (une maladie, un compagnon qui vous quitte, des grossesses trop nombreuses, un emploi perdu) peut vous entraîner dans une spirale descendante sans possibilité de remonter.
The Five est surtout un témoignage de la vie à l’ère victorienne bien loin des fantasy steampunk, des enquêtes de Sherlock Holmes ou de l’histoire mettant souvent en scène la noblesse ou la haute bourgeoisie. Avec chacune des victimes, Hallie Rubenhold s’intéresse à une nouvelle facette de la vie des classes pauvres et moyennes de la société, qu’elles soient originaires de Londres, menant une vie nomade dans toute la Grande-Bretagne ou issue de l’immigration. Vous y apprendrez énormément de choses sur le mode de vie et les habitudes alimentaires de l’époque, sur le type d’éducation prodigué aux uns et aux autres et même sur la récolte du houblon ! Que vous soyez comme moi fasciné par ces crimes anciens, ou simplement amateur d’histoire intéressé plus par le quotidien que par les grandes dates, ce livre est indispensable. Et une fois entamé, vous ne le lâcherez plus de sitôt.

The Five — The untold lives of the women killed by Jack the Ripper
de Hallie Rubenhold
Editions Doubleday

Clean Room

Et si X-Files, Project Blue Book, V et autres histoires d’enlèvements par des extraterrestres n’étaient que de gentilles fables destinées à nous rassurer sur ce que veulent réellement les « aliens » ? Avec Clean Room, une série écrite pour DC Vertigo, Gail Simone au scénario et Jon Davis-Hunt puis Walter Geovani au dessin, lèvent le voile sur ces entités : démons, anges, extraterrestres ou créatures extradimensionnelles ? Celles-ci s’attachent à l’humanité depuis des millénaires, attirées par la mort et la douleur. Elles s’infiltrent parmi nous en possédant des corps, les remodèlent et s’en servent pour infliger encore plus de peine autour d’elle. Invisibles pour les humains, sauf pour les personnes ayant vécu une expérience de mort imminente, elles vont trouver Astrid Mueller sur leurs routes. Sous couvert d’une organisation quasi sectaire de développement personnel, celle-ci a mis au point une façon de les combattre et de sauver une partie de l’humanité.
Quand Philip, le fiancé de Chloé Pierce se suicide après avoir suivi les enseignements d’Astrid, la journaliste enquête prête à faire tomber toute l’organisation. À moins que…
Clean Room fait partie des séries sacrifiées lors de la remise à plat de Vertigo, la collection adulte de DC Comics. Du coup, la série s’est arrêtée au bout de 18 numéros (soit trois grands formats). Heureusement, Gail Simone a eu le temps de conclure de façon satisfaisante l’histoire qu’elle voulait raconter, même s’il reste des questions annexes sans réponse.
Si vous avez aimé X-Files et La Malédiction, si pour vous l’horreur en BD ou ailleurs ne se limite pas à l’accumulation de scènes gore, n’hésitez pas à vous jeter sur Clean Room. Les différentes protagonistes sont fortes, têtues et prêtes à tout pour arriver à leurs fins. Sauveuse de l’humanité, Astrid Mueller est tout sauf une sainte. De mon côté je peux même dire que les deux seules choses bonnes en elle sont sa préférence pour le thé Earl Grey et sa passion pour les échecs. Les entités monstrueuses ne ressemblent à rien de connu et se révèlent pourtant effroyables. Notons quelques clins d’œil de leur part, comme la pire d’entre elle, le Chirurgien, qui adopte comme apparence humaine, un corps très proche de L’Homme à la Cigarette dans X-Files.
Attention, Clean Room est libellée comme une série « suggested for mature readers » c’est-à-dire « à réserver aux adultes ». Ou je dirais plutôt à réserver aux personnes ayant l’estomac bien accroché. L’avertissement est largement justifié. Certaines images vous hanteront longtemps, comme le Ponyman pour moi. Et la thématique sous-jacente a de quoi faire frémir. Malgré tout si vous commencez, vous ne pourrez plus arrêter de le lire. Et vous refermerez la dernière page avec un mélange de soulagement pour les personnages survivants et de satisfaction. Celle d’avoir lu une excellente histoire d’épouvante moderne, originale, humaine et horriblement terrifiante.


Clean Room
Scénario de Gail Simone
Dessins de Jon Davis-Hunt et Walter Geovani
Éditions DC/Vertigo