Entretien avec un vampire

Peut-on relire un livre et le redécouvrir ? C’est l’expérience étrange que j’ai faite récemment en relisant, plus de trente ans après l’avoir découverte, la version française d’Entretien avec un vampire d’Anne Rice. Il faut dire que j’ai une tendresse particulière pour les trois premiers volumes des Chroniques des vampires qui sont parmi les tout premiers livres que j’ai lus (et relus) en VO. Je n’avais lu la VF qu’une fois et entre temps, le livre a été retraduit ce qui m’a laissé une impression étrange de familiarité mâtinée de découverte : comme rencontrer pour la première fois, le jumeau d’une personne que vous connaissez très bien.
Pour les gens n’ayant jamais lu Entretien avec un vampire, ce roman est l’un des premiers à nous raconter l’histoire du point de vue du vampire. Ou plus exactement de Louis de la Pointe du Lac, un riche créole né au temps où la Louisiane faisait encore partie du royaume de France. Nous le retrouvons presque deux siècles plus tard dans une chambre d’hôtel à raconter sa mort et la vie qui s’en est suivie à un jeune journaliste. Son récit envoutant nous parlera de ses amours et de ses haines, de la façon dont sa famille s’est formée et celle dont elle a été détruite. Le tout avec des descriptions abondantes et une grande place accordée aux sensations et aux sentiments des différents personnages. Louis, Lestat, Armand, Claudia et les autres hanteront longtemps vos rêves une fois ce livre terminé avec un mélange intéressant de fascination et de répulsion. Particulièrement Claudia dont le comportement de femme adulte coincé pour l’éternité dans le corps d’un très jeune enfant peut être dérangeant (c’est d’ailleurs pour ça que chaque adaptation au cinéma ou à la TV la vieillit systématiquement et modifie significativement ses relations avec ses deux « pères »). Et même si Anne Rice rend ses vampires charmants et séducteurs, et les humanise en nous les présentant du point de vue d’un des leurs, elle n’oublie pas que ce sont avant tout des prédateurs et que, chaque nuit, ils font des victimes. Le poids de l’éternité est un fardeau bien cher payé, mais à la fin de l’histoire de Louis, ferez-vous comme le reporter et partirez-vous en quête pour en savoir plus ?

Entretien avec un vampire
dAnne Rice
Traduction de
Suzy Borello et Cyrielle Ayakatsikas
Éditions Pocket

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.