Sept redditions

Et une demi-teinte… Comme toute suite d’un livre exceptionnel, Sept redditions d’Ada Palmer donne l’impression d’être un cran en dessous de Trop semblable à l’éclair. Principalement parce que l’effet de surprise provoqué par le style très inspiré par la philosophie des Lumières d’Ada Palmer n’agit plus.
D’autant que dans cette seconde partie du rapport de Mycroft Canner sur les sept jours qui mirent fin à l’organisation du monde telle qu’elle perdure depuis trois siècles, le narrateur n’est plus aussi fiable. Et il n’est pas le seul. Les masques tombent de plus en plus vite. Sous le maquillage et les froufrous des lumières, la poudre, le stupre et le sang réapparaissent. Et la lecture implique de sans cesse revoir ses a priori sur les différents personnages.
Les deux missions de Mycroft Canner se sont rejointes. Désormais, il assiste en spectateur à la chute des Ruches plus qu’en acteur de ce qu’il va se passer, du moins pour cette partie. Et là où Ada Palmer avait réussi le tour de force de mêler la SF intimement à la philosophie des Lumières dans le volume précédent, dans Sept redditions le liant est moins solide. Il est vrai que les innovations technologiques de ce monde (celle des Utopistes, le rêve transhumaniste des Brillistes, ou tout simplement les systèmes de traceurs intégrés dans les individus ou les modes de transports) prennent une part plus importante durant ces derniers jours. Et nous retrouvons un roman, certes haletant et plein de rebondissements, de SF plus traditionnel.
Si dans Trop semblable à l’éclair, Ada Palmer avait décrit le monde au bord de l’effondrement par le prisme des mœurs et de la Raison en convoquant les philosophes de son époque fétiches phares sur le sujet, Sept redditions s’attaque plus à la morale, l’éthique et la religion. L’avertissement donné lors du premier tome est toujours plus d’actualité. Si cet aspect là de la ph
ilosophie vous ennuie, vous n’allez pas du tout apprécier ce volume. Personnellement, même si les mythes autour des différentes religions me fascinent, l’adoration mystique de Mycroft Canner et d’autres pour JEDD Maçon et Bridger m’a assez agacée pour avoir plus de sympathie pour Sniper que pour le reste des personnages.
Sept redditions remplit largement son contrat : il clôt le diptyque en apportant des réponses satisfaisantes aux questions nées de la lecture de Trop semblable à l’éclair. Un troisième volume est déjà annoncé (et paru en anglais) pour l’an prochain, mais il s’ouvrira quelques mois plus tard et portera sur la transition entre le monde qui s’est effondré et le suivant. Vous pourrez vous arrêter ici ou poursuivre la découverte du monde Mycroft Canner sans frustration.

Sept redditions
d’
Ada Palmer
traduction de Michelle Charrier

Éditions
Le Bélial’

Neuromancer

Certains livres vous marquent plus que d’autres. Et certains sont même tellement marquants qu’ils sont à l’origine de mots passés dans le langage courant. C’est le cas de Neuromancer de William Gibson, qui nous a donné le cyberespace ou la matrice au sens informatico-culturelle du terme (Matrix en VO comme les films de la fratrie Wachowsky). Ayant découvert un bout de la nouvelle traduction dans le Bifrost n°96 (elle paraîtra normalement cet automne chez Au diable vauvert), je me suis replongée à la source dans le texte en VO.
Si vous ne connaissez pas Neuromancer, sachez qu’il s’agit d’un des premiers livres de science-fiction estampillés « cyberpunk ». Et certainement le plus connu du genre. De quoi parle-t-il ? De Case, un cowboy habitué à faire des casses dans les systèmes informatiques des grandes entreprises. Un braquage qui a mal tourné l’a laissé sur le carreau incapable physiquement de se reconnecter au réseau et errant, suicidaire, dans les bas-fonds d’une grande métropole japonaise. Un homme mystérieux, Armitage, le soigne et le recrute pour sa prochaine grosse opération. Il sera associé à une tueuse avec des verres-miroirs en guise d’yeux et à un autre cow-boy déjà décédé et réduit à l’état de conscience virtuelle sur une barrette mémoire. Et évidemment, comme dans toutes les histoires d’arnaque, rien ne se passera comme prévu…
Écrit en 1983 et publié en 1984 (1988 pour la première publication française), Neuromancer a sur un plan technique vieilli. Heureusement pour l’informatique actuelle, les interfaces homme/machines même quand elles font appel à la réalité augmentée ou virtuelle, sont nettement moins invasives anatomiquement parlant que dans le livre. Et Microsoft n’est toujours pas devenue un mot commun pour désigner un support de stockage. En revanche, ses thématiques sont toujours intéressantes en 2020. La lutte contre les grandes corporations, une certaine déshumanisation de la société liée à l’intégration technologique et à l’ultracapitalisme, ou la réflexion autour de l’intelligence artificielle, sont des sujets qui alimentent toujours la science-fiction actuelle. Et le point de vue soutenu par William Gibson en 1983 reste d’actualité en 2020, malgré l’obsolescence technique de certaines idées. Sans parler de ses descriptions du cyberespace ou des différents habitats urbains qui hanteront longtemps l’imaginaire de ses lecteurs.

Neuromancer
de William Gibson
Éditions ACE (Penguin)