Les Enfants du passé

Avant ses romans La Débusqueuse de mondes et sa préquelle Le Chant des Fenjicks, Luce Basseterre s’était déjà essayée au space opera avec Les Enfants du passé. Sept ans après sa première parution, le livre ressort dans une version révisée d’abord en livre de poche puis en mai en numérique chez Argyll. Ayant particulièrement aimé les deux autres romans de l’autrice, je ne pouvais que vouloir lire celui-ci. Et si j’y ai retrouvé énormément de choses que j’avais appréciées dans les deux autres, j’ai trouvé celui-ci plus intimiste et plus chargé en émotions.
Dans Les Enfants du passé, nous retrouvons des éléments qui seront repris plus tard les deux autres livres que j’ai déjà lus : un mélange de races extra-terrestres bariolées, mais encore une fois basées sur les primates, les félins ou les insectes, des voyages dans des vaisseaux improbables (l’Ombre et son passager immatériel valent bien un cybersquale) et toute une galerie de personnages rapidement, mais très finement croqués. Mais la comparaison s’arrête ici. En effet, ce roman adopte déjà un point de vue résolument humain. Même si nous sommes dans un univers pluriespèces, se remettant d’un conflit entre une espèce insectoïde et les autres espèces de la galaxie, les protagonistes sont quasiment tous humains (ou au pire des hybrides d’humain vivant parmi eux). Du coup, nous nous retrouvons dans un univers à la Star Trek où les problèmes du futur font échos à notre monde actuel (racisme, syndrome du survivant des guerres, esclavagisme et exploitation des plus fragiles, éthique médicale) ou jouent sur des classiques de la SF (clonage, manipulation génétique aboutissant à une quasi-immortalité de certains).
Du coup, le ton du roman est plus mélancolique que dans les longs formats suivants de Luce Basseterre. Celle-ci s’y attarde en effet plus sur les sentiments et les relations interpersonnelles de ses personnages. Rassurez-vous, l’action reste au rendez-vous et vous ne verrez pas passer les plus de 500 pages du livre. Si ce blog ne vous a pas encore donné envie de découvrir cette plume, la version révisée de ce roman est un bon endroit pour commencer.

Les Enfants du passé
de Luce Basseterre
Éditions Livre de poche

Leviathan Falls

Voilà, c’est fini ! Après dix ans, neuf romans et bon nombre de récits plus courts, la saga de The Expanse s’achève avec Leviathan Falls.
Si vous n’êtes pas à jour de votre lecture ou si vous voulez savoir pourquoi cette série est une des plus belles réussites récentes du space opera, allez d’abord lire le premier article qui en parlait sur le blog en guise d’introduction puis reportez-vous aux derniers paragraphes de cette chronique. Sinon ? C’est parti…

 

 

Dans Leviathan Falls, nous sommes quelques mois après les événements de Tiamat’s Wrath. Trois trames vont s’entremêler. La première est celle de Tanaka, colonel chargée d’une seule mission : retrouver coûte que coûte Winston Duarte, l’empereur-dieu de Laconia ayant mystérieusement disparu et au passage mettre la main sur son héritière de quinze ans, Teresa Duarte. La deuxième suit le Dr Elvi Okoye et son équipe de scientifiques qui étudient la protomolécule et ses interactions dans notre univers aussi bien pour Laconia que pour la résistance. Et enfin celle de l’équipage du Rocinante, hébergeant Teresa, coordonnant les efforts de la résistance et cherchant à garantir la sécurité des voyages à travers les portes. Les choses ne se dérouleront évidemment pas comme prévu, mais derrière les drames humains se cachent une autre guerre entre entités extra-terrestres : la protomolécule et feux ses créateurs d’un côté et l’autre race qui les a éradiqués et qui maintenant tient à s’en prendre à ses successeurs, l’humanité. Et si pour survivre, celle-ci devait renoncer à ce qui fait son unicité ? Ou à renoncer à ses rêves d’expansion ?
Les auteurs derrière le pseudonyme, James S.A. Corey, ne l’ont jamais caché : Leviathan Falls sera le dernier roman de la série, il n’y aura pas d’autres romans dans cet univers ni après ni avant l’histoire principale. Il reste certes de la place pour des histoires connexes en BD ou en format court, mais ils ne semblent pas décidés à s’y atteler. En tout cas, en finissant Leviathan Falls, la lectrice que je suis en a retiré une sensation d’achèvement. Elle a été entrainée de Leviathan Wakes à Leviathan Falls dans une histoire épique durant toute une vie, mais le voyage est enfin arrivé à destination. Chaque personnage, qu’il meure ou non dans ce récit, va jusqu’au bout de son parcours en restant à la fois fidèle à lui-même, mais également changé par les événements qu’il a vécus. Seul bémol pour les lecteurs qui veulent absolument avoir réponse à tout : les extra-terrestres qui s’affrontent à travers l’humanité restent largement non dévoilés. Ce qui est logique, car ces entités sont largement hors du champ de compréhension des personnages, même de ceux qui ont été changés par elles, et donc du lecteur. Préparez néanmoins vos mouchoirs au moment de quitter un univers et des personnages si attachants.

Retour pour ceux qui n’ont pas lu toute la série… Lisez là !

Certes tous les neuf romans n’ont pas la même puissance (j’avoue ainsi que malgré son importance dans l’histoire, Cibola Run n’est pas mon favori en raison de son rythme différent). Néanmoins cette saga space opera arrive à être cohérente d’un bout à l’autre en mélangeant le « sense of wonder » (ou sens de l’émerveillement en bon français) qui vous promet un récit vous emmenant toujours plus loin dans les étoiles à la rencontre de situations toujours plus étranges et un côté terre-à-terre en s’attachant aux personnages et aux différents conflits auxquels ils sont mêlés (personnels, familiaux, économiques, mais également stratégie sociopolitique des différentes forces en puissance). C’est en effet l’un des rares space operas qui offre à la fois une perspective globale des événements, mais également aussi terriblement proche des individus, quelle que soit leur importance dans l’histoire ou leur classe sociale. C’est également l’un de ceux ayant les personnages les plus touchants, même si au final, à une ou deux exceptions près, aucun n’est foncièrement bon ou profondément mauvais. Alors que la série TV du même nom (mais dont l’intrigue diffère néanmoins des livres) s’achèvera avec la sortie de la sixième saison le 10 décembre prochain, pourquoi ne pas lire ou relire The Expanse ?

Leviathan Falls
D
e James S.A. Corey
Éditions Orbit

Les Employés

Vous connaissiez les OVNI, voici un OLNI, objet littéraire non identifié, signé Olga Ravn, une poétesse danoise qui s’essaie ici à la prose. De quoi parle Les Employés ? Du travail d’une commission d’enquête au sein du six millième vaisseau. Celui-ci a quitté la Terre pour explorer La Nouvelle-Découverte sans espoir de retour. À son bord d’étranges incidents se produisent après l’observation prolongée de certains « objets » qui ont été trouvés sur la planète. La commission va donc interroger l’ensemble de l’équipage, humains comme ressemblants, pour tenter de comprendre ce qu’il se passe et prendre une décision sur la poursuite ou non de la mission.
L’histoire elle-même des
Employés se dévoile par petites touches, plus par des impressions sensorielles, des rêves, des hallucinations et des réminiscences du passé que par un enchaînement linéaire de faits. Nous ne rencontrons jamais les membres de ladite commission, mais nous ne lisons qu’une série de dépositions numérotées très courtes. Certaines ne font que quelques lignes, la plus grande ne dépasse pas quatre pages. Peut-être certains employés témoignent-ils plusieurs fois, et peut-être que non. Certains sont clairement identifiés comme humains, d’autres comme ressemblants (des androïdes immortels similaires à ceux de la série Äkta människor – Real Humans), d’autres restent dans un entre-deux flou vis-à-vis du lecteur, de la commission et pour certains d’eux-mêmes.
En remontant dans les souvenirs et les sensations des anonymes faisant ces dépositions, Olga Ravn nous dresse le portrait d’une société oppressive et interroge l’humanité de ses employés. Son écriture fluide est également très organique. Sons, images, goûts et odeurs sont convoqués pour montrer son coin d’univers. Les objets, inspirés des installations et sculptures de
Lea Guldditte Hestelund, n’ont qu’un rôle de catalyseur pour les frictions qui vont apparaître au sein de l’équipage. Et pourtant, ils sont si graphiquement restitués que le lecteur les sent presque palpiter au bout des pages.
Ai-je aimé ce livre ? Je ne saurais le dire après une première lecture. Il m’a intrigué, touché et me donne envie de le redécouvrir. Peut-être cette fois-ci en lisant les dépositions par ordre croissant des numéros et non au fil du texte ?


Les Employés
d’Olga Ravn
traduction de Christine Berlioz et Laila Flink Thullesen
Éditions
Pocket Imaginaire