Body Snatchers – L’invasion des profanateurs

Et si l’horreur était finalement aussi familière que votre voisin de palier ou votre reflet dans le miroir ? Et s’il suffisait d’un petit quelque chose d’indéfinissable en moins pour que vos proches deviennent de dangereux inconnus ? De quoi peupler vos cauchemars, non ! C’est exactement le postulat de base de Body Snatchers de Jack Finney, un classique de la science-fiction horrifique pour une première fois dans les années 50 puis remanié dans les années 70. Et à l’occasion de sa réédition (dans une traduction toilettée pour l’occasion et avec une couverture très Lovecraftienne) il était temps de le relire.
Ce roman nous raconte l’histoire de Miles Bennett, médecin généraliste dans la petite ville de son enfance, Mill Valley en Californie. Depuis peu, ses patients viennent le voir avec un étrange symptôme : ils sont persuadés que leurs proches ont été remplacés par des doubles. Et s’ils avaient raison ?
De ce point de départ, Jack Finley nous déroule une histoire d’invasion extraterrestre paranoïaque et terrifiante à souhait même si elle ne contient quasi aucune scène sanglante à proprement parler. Toute la tension est dans l’attente et l’incertitude, avec un rythme allant crescendo au fur et à mesure que le protagoniste se retrouve prisonnier de lieux pourtant très familiers.
Adapté de nombreuses fois au cinéma, le roman a une écriture très scénaristique et sa structure rappelle fortement les épisodes de La Quatrième dimension, même si le « happy end » final est un peu trop miraculeux à mon goût. Il est au même niveau que les microbes tueurs de Martiens dans La Guerre des mondes de H.G.Wells, mais sans la logique pseudo-scientifique (n’étant pas xénobiologiste, je ne saurais dire si deux espèces ayant évolué sur deux planètes différentes peuvent agir ainsi l’une sur l’autre). Le style est également vieillot. Notamment l’importance des lignes de téléphone fixes dans l’intrigue ancre bien le livre dans le XXe siècle. Néanmoins, il fonctionne toujours autant, et je vous garantis qu’après l’avoir refermé vous regarderez votre entourage d’un autre œil.

Body Snatchers – L’invasion des profanateurs
De Jack Finney
traduction de Michel Lebrun
Éditions Le Belial’

Et en bonus, la bande-annonce de mon adaptation cinématographique préférée de ce livre. Et vous, laquelle vous plaît le plus ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.