Avis d’invité : Le Baron noir, année 1864

Aujourd’hui, Ludovic, 44 ans, termine l’édition 2017 de ce site et vient nous parler du Baron noir, année 1864, un roman steampunk à la française qu’il a particulièrement aimé :

Paris, 1864. Oui, rien à voir avec la série française télévisée « Baron noir ». Nous sommes encore pendant la vieille Seconde République et Louis-Napoléon Bonaparte en est encore le président. Bizarre ? Pas du tout… Cette histoire entre dans la catégorie de l’uchronie. Vous savez ? Ces histoires où il suffit de replonger dans un passé récent ou beaucoup plus lointain en se demandant « et si… ». En l’occurrence, et si Napoléon Bonaparte n’avait pas survécu à la bataille d’Austerlitz ? Nous voici plongés dans un autre univers où la France, bien après cet événement, domine l’industrie dans tous les domaines et où les sciences et l’ingénierie ont fait un bond en avant, dans les domaines de la mécanique, de l’hydraulique et de la vapeur notamment. Nous sommes bien dans un univers steampunk. Le héros, Antoine Lefort, est un jeune homme brillant, magnat des transports et fabricant d’armes. Mais c’est aussi un héros masqué en armure à pistons : Le Baron noir ! Tremblez espions, voleurs et comploteurs ! Difficile de ne pas faire un parallèle avec Tony Stark/Ironman, me direz-vous ? En effet. Mais, les aventures du Baron noir sont pleines de rebondissements où l’on croise de nombreux personnages historiques et emblématiques de cette époque comme Clément Ader et Victor Hugo. J’avoue avoir dévoré avec plaisir ce livre. L’auteur, Olivier Gechter, ingénieur en mécanique, croisé lors du dernier salon littéraire « Rencontres de l’Imaginaire » à Sèvres, a une plume agréable et riche. J’attends avec impatience le prochain livre !

Le Baron noir: année 1864
d’Oliver Gechter
Éditions Mnémos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *