Garth Nix

J’avais déjà vu passer le nom de Garth Nix, mais dans mon esprit celui-ci était associé à de la fantasy jeunesse classique, genre que je goûte peu. Puis un article sur Tor.com m’a donné envie de lire son dernier roman et du coup de lire l’une de ses nouvelles qui dormait dans un coin de ma liseuse. Deux œuvres différentes…

The Left-Handed Booksellers of London

Dernier roman en date de l’auteur, il s’agit d’un livre dit « young adult » (catégorie marketing fourre-tout pour grands adolescents et jeunes adultes quel que soit le genre avec parfois du gore, mais rarement des scènes explicites) d’urban fantasy de la variété britannique (bien que l’auteur soit australien avec une bonne connaissance de l’Angleterre). A priori, la trame en est on ne peut plus classique. Arrivant à l’âge adulte, une jeune fille part à la ville en quête du père qu’elle n’a jamais connu. Elle y rencontrera une famille de libraires magiciens gardiens de la frontière entre l’Ancien et le Nouveau Monde. Et elle est le nouvel enjeu d’une très vieille lutte. Sauf que… Nous sommes en 1983, que la jeune fille en question est une petite punkette qui ne se laisse pas facilement démonter, et que la famille de libraire est assez loufoque et peut-être plus dangereuse que protectrice. Ajoutez-y un système de magie bien pensé, une utilisation d’un patchwork de créatures issues des mythes britanniques, celtes et nordiques et d’autres créations originales, un soupçon de romance, de l’action à revendre et vous obtiendrez un livre très agréable à lire à défaut d’être inoubliable.

The Left-Handed Book
de 
Garth Nix
Éditions Katherine Tegen Books

Dislocation Space

Cette nouvelle s’adresse, elle, à un public adulte et relève de la science-fiction. Elle est disponible gratuitement sur le site de Tor.com. Nous sommes dans l’URSS, quelques années après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Staline a fait déporter dans un camp en Sibérie son ex-sniper privée. Devenue la prisonnière KH112, elle va être rappelée pour une mission scientifique où ses talents loin des armes à feu seront nécessaires.
À travers cette courte histoire à la chute légèrement optimiste, Garth Nix arrive en peu de mots, et aussi peu de personnages, à dresser un portrait terrifiant du stalinisme et de ses pires errements. KH112 est une
femme blessée et usée jusqu’à perdre quasiment toute émotion. Et pourtant, au fond du trou, elle saura trouver une minuscule porte de sortie. Ce Dislocation Space me marquera plus que le roman précédent. Bien joué !

Dislocation Space
de Garth Nix
Disponible sur Tor.com

Alice au pays des morts-vivants

C’est curieux… Je ne suis pas particulièrement fan de Lewis Carroll même si Alice au pays des merveilles fait partie des rares films Disney que j’apprécie. De même, les zombies ne sont pas mes monstres favoris, contrairement aux vampires ou aux loups-garous. Alors, pourquoi diable lire un livre intitulé Alice au pays des morts-vivants ? Et surtout en parler ? Tout simplement parce qu’il m’a intriguée. En effet, j’ai lu de l’imaginaire venu d’un peu partout dans le monde, mais hormis les anciens récits mythologiques, jamais venu d’Inde.
Or l’auteur de ce roman qui n’est que le premier tome d’une trilogie (suivron
t De l’autre côté du mouroir et Qu’on leur coupe la tête pour des titres filant la métaphore tout en finesse) est indien. Fils d’un écrivain célèbre dans son pays et cadre dirigeant le jour dans une grande société, il mène une double vie en écrivant ce que d’aucuns appellent de la littérature de gare ou du « mauvais genre » : technothriller, science-fiction ou comme ici horreur principalement. Parfait pour une lecture détente non ?
Que vaut donc cet Alice au pays des morts-vivants ? Déjà, sachez que vous n’échapperez pas à certains clichés de la littérature marquetée « young adult ». L’héroïne est une tête brûlée avec un défaut majeur (elle ne sait pas lire correctement) et une capacité quasi surnaturelle pour son âge. En effet, à 15 ans, c’est déjà une tireuse d’élite et tacticienne hors pair capable d’affronter des troupes d’élite et des militaires de carrière. Elle fait l’objet d’une prophétie en rapport avec le livre de Lewis Carroll (qu’elle n’a pas lu donc),
et les retournements de situations sont assez classiques dans ce genre d’ouvrage. Notons également que même si l’action se passe en plein milieu de l’Inde (et une bonne partie du temps à Delhi et sa banlieue), l’héroïne est blonde comme les blés et… Américaine !
Oui mais l’histoire ? Alice au
pays des morts-vivants nous projette dans ce qu’il reste de l’Inde, désormais appelée Pays des morts, quelques années après le Réveil. Une arme bactériologique a échappé au contrôle de l’armée américaine. Celle-ci transforme par morsures ses victimes en morts-vivants. Pour tenter d’éradiquer la propagation, la Chine et les USA se sont livrés à une guerre nucléaire. Dans les ruines du monde où grandit Alice, un mystérieux Comité Central dirige le monde. En suivant un jour dans son terrier un « mordeur », Alice va découvrir l’envers de son monde déjà pas très rose, et la prophétie qui la concerne…
Et côté plaisir de lecture ? Mainak Dhar ne m’a pas franchement impressionnée par son style. Il ne s’embarrasse pas franchement de subtilité ni dans les péripéties de ses personnages ni dans ses descriptions. Mais il est efficace. Les pages se tournent rapidement et l’histoire se termine sur un twist hollywoodien bienvenu. Ou plutôt Bollywoodien vue la débauche de figurants et de matériels utilisés dans la scène finale. J’avoue d’ailleurs me demander dans un monde en ruine comme celui-ci où le Comité central trouve l’argent et la maintenance nécessaires pour sacrifier autant d’hélicoptères et de drones… Pour autant, Alice
au pays des morts-vivants n’est pas qu’une dystopie de zombie comme il en sort chaque année beaucoup trop. La critique en filigrane sur les excès du capitalisme et la façon dont les tensions politiques, avant et après le Réveil, sont montrées sont intéressantes. D’autant plus qu’elles abordent un point de vue radicalement différent de celui habituellement présenté par les auteurs occidentaux. Au final, Alice au pays des morts-vivants est une lecture sans prétention, mais plus fine qu’il n’y paraît de prime abord et plutôt plaisante. Pour amateur de zombies.

Alice au pays des morts-vivants
de
Mainak Dhar
traduction de
Sophie Bernar-Léger
Éditions
Fleuve

Lucide — T.1 : Initiation

Quelquefois, il est bon de lire un livre léger et sans prétention. Ayant particulièrement apprécié Le Collectionneur chez Alter Real, j’ai voulu tester un autre livre chez cet éditeur et ai porté mon choix sur Lucide de Soraya Doye. Même si je ne suis pas franchement le cœur de cible marketing pour de la littérature young adult, la couverture m’a attirée. J’avoue un faible pour les améthystes. Ce sont des petits détails dans ce genre qui font parfois pencher la balance…
Si Lucide — T.1 Initiation est une bonne surprise, ce livre n’est pas exempt de quelques défauts comme une romance très convenue avec un retournement final évident, et un équilibre assez étrange entre trop de détails (a-t-on réellement besoin de savoir les moindres détails du mascara ou de la tenue de A. ?) et des incohérences (Depuis quand on peut démarrer en trombe en plein Paris pour aller en voiture au lycée ? Et où Maya trouve-t-elle la place de garer son véhicule en arrivant à l’heure en cours ?). Malgré tout, et si vous n’êtes pas Parisien ces réflexions ne vous viendront pas forcément à l’esprit, Lucide se lit très
bien et raconte une version originale de l’adolescente qui découvre que le monde qui l’entoure n’est pas celui qu’elle connaît et qui va devoir apprivoiser ses nouveaux pouvoirs.
Le jour de ses 18 ans, A.
découvre une étrange marque sur son épaule et rencontre des problèmes de sommeil qui n’ont rien à voir avec l’arrivée du bac dans quelques semaines. Elle va apprendre que, comme sa mère disparue lorsqu’elle avait douze ans, elle fait partie des Lucides, une catégorie d’humain capable d’avoir des rêves conscients et de vivre dans le monde du sommeil comme dans le monde de l’éveil. Certains de ces Lucides ont des pouvoirs dignes de superhéros (dont, ô surprise, A.) et suscitent l’envie d’une mystérieuse faction, les Quartz, qui les fait disparaître. Cette faction s’intéresse très vite à A. et celle-ci va devoir s’allier avec des Lucides sans jamais être sure de pouvoir leur faire confiance tout en n’éveillant pas les soupçons de sa famille et de ses amies.
L’ensemble écrit à la première personne donne une aventure à dévorer très vite, où peu à peu l’on s’attache aux personnages, même si leurs défauts apparaissent de plus en plus flagrants. Ce qui les rend plus réels ? Comme le titre l’indique, Lucide — T.1 Initiation, ce livre est le premier d’une série. Pour ne pas laisser le lecteur sur sa faim, Soraya Doye a justement un peu trop précipité la fin de ce volume. Celle-ci aurait mérité un ou deux chapitres de plus pour être moins embrouillée pour le lecteur. Histoire à suivre au tome 2 ?

Lucide — T.1 Initiation
de Soraya Doye
Éditions Alter Real