Snow, Glass, Apples

Et si dans Blanche-Neige, la Reine n’était pas si méchante ? Et si, au lieu de simplement haïr sa belle-fille en raison de sa beauté, elle tentait simplement de sauver son royaume d’un monstre cruel sous ses dehors innocents ? Loin de l’adaptation Disney enfantine du conte, avec Snow, Glass, Apples, Neil Gaiman et Colleen Doran reviennent aux sources de l’histoire pour en faire un récit érotico-gothique de toute beauté.
Dans Snow, Glass, Apples, avec ses cheveux noirs, sa peau blanche et ses lèvres rouge sang, Blanche-Neige devient une vampire mutique et perverse. La Reine, plus jeune que dans les dernières versions du conte, est une adolescente puis une jeune femme qui utilise ses talents de sorcières pour tenter de sauver son mari, puis le royaume qu’il lui a légué de cette créature.
En nous mettant à la place de la Reine, en nous faisant lire ses pensées, Neil Gaiman entretient jusqu’aux dernières pages le doute. Faut-il croire l’imagerie populaire ou la Reine a-t-elle raison de se méfier de sa belle-fille ? Les dessins de Collen Doran, inspirés l’Art déco et le travail de l’illustrateur et artiste verrier irlandais Harry Clarke, sont somptueux et valent le coup de revenir une nouvelle fois sur ce court roman graphique pour en admirer les images après en avoir lu le texte. Attention, ne le confiez pas aux plus jeunes, mêmes fans de la version de Blanche Neige telle que contée par les frères Grimm. En effet, même si les illustrations érotiques sont finalement assez pudiques dans leur genre, certains des thèmes suggérés peuvent être assez dérangeants pour de jeunes esprits. Gardez pour vous cette merveille, cela évitera en plus aux pages d’être abimées.

Snow, Glass, Apples
de Neil Gaiman (scénario) et Colleen Doran (illustration)
Éditions Dark Horse

Mois de l’imaginaire : lus en passant

Avec la combinaison de la rentrée littéraire et du Mois de l’imaginaire, j’ai reçu et acheté pas mal de livres. Certains sont toujours en cours de lectures, mais deux d’entre eux ont déjà été lus.

I am vampire

Celui-ci m’a été remis en main propre par l’auteur lui-même. Je l’ai donc lu en priorité, le temps d’un aller-retour en transport entre Paris et Brétigny-sur-Orge, soit pour les non-Parisiens grosso modo un peu plus de deux heures. L’auteur explique lui-même écrire en consommant énormément de vodka, peut être que la lecture devrait être elle aussi alcoolisée pour particulièrement apprécier le texte ? I am vampire raconte l’histoire de Bert, artiste « maudit » sans le sou ivrogne et parasite de la société, alors qu’il se rend compte qu’il devient peu à peu vampire. L’individu en question n’est pas particulièrement ni sympathique (mais aucun des personnages ne l’est) ni intelligent. En revanche, il a un égo surdimensionné et ne souffre visiblement pas du syndrome de l’imposteur. Même si j’ai lu I am vampire sobre, la lecture en fut rapide et plutôt agréable dans l’ensemble. L’action n’arrête pas une seconde et part dans tous les sens. C’est enlevé, le style est populaire et oui, j’ai ri devant le grotesque de certaines scènes. Pour autant, l’histoire est très, très décousue et donne l’impression que l’auteur raccroche les fils au fur et à mesure, avec quelques ratés (l’histoire se passe à Paris ou dans une petite ville de province ?), et la fin tombe franchement à plat. Si vous attendez à une histoire de vampirisme solide, passer votre chemin. Si vous aimez ce genre de livre déjanté, foncez.

I am vampire
de Romain
Ternaux
Éditions Aux Forges de Vulcain

La forêt des araignées tristes

Voici un gâchis de 610 pages. L’univers steampunk décrit par Colin Heine est particulièrement intéressant, avec des villes construites à la verticale pour émerger d’une brume couvrant le monde d’où sortent d’étranges et dangereuses créatures. La société qui s’est formée, pompée sur la Révolution industrielle montre bien le contraste entre la classe aisée bourgeoise, ses gargouilles, et ses dirigeables, et les classes populaires industrieuses reléguées au bas des piliers au plus près de la « vape » et de ses dangers. Ajoutez-y une touche d’exploration lointaine et une intrigue policière et vous auriez de quoi faire un excellent roman.
En fait, non. Les personnages sont plats au possible, sauf Agathe la gouvernante, et les diverses intrigues sont inintéressantes. Même le serial killer est fade et sans intérêt. Et les araignées dans tout ça ? Elles apparaissent sans rime ni raison. Et n’ont aucun rapport avec le reste de l’intrigue, si ce n’est sauver la vie du personnage principal à chaque fois qu’il se met tout seul dans un mauvais pas en lui flaquant systématiquement une belle frousse à lui casser les cordes vocales. Du coup, la fin, une version dirigeable du naufrage du Titanic, devient confuse et ne résout même pas l’intrigue principale. Même si l’achat en numérique de ce livre ne m’a coûté que 2,99 € avec la promotion Mois de l’imaginaire, j’avoue songer à demander un remboursement.

La forêt des araignées tristes
de Colin Heine
Éditions ActuSF