Le Cœur perdu des automates

Il est des livres dont le résumé annonce une histoire somme toute classique, et qui se révèlent de pures petites merveilles de déconstruction. L’exemple parfait le plus récent est Le Cœur perdu des automates de Daniel H Wilson (à paraître le 13 septembre). S’il est connu comme roboticien, Daniel H Wilson s’intéresse ici aux ancêtres des robots conçus avant l’apparition de l’informatique, les automates.
Vivant depuis l’aube des temps au milieu de l’humanité, ceux-ci sont toujours à la recherche de leurs concepteurs originaux, ceux qui ont conçu l’anima qui leur donne une conscience et les distingue des jouets mécaniques classiques. Faute d’entretien régulier, leur nombre diminue et une guerre interne ravage leurs rangs. June, chercheuse spécialisée dans l’histoire de la mécanique, se retrouve sans le vouloir mêlée à l’acte final de cette tragédie, et pourrait être la clé de la survie des automates, voire de leurs renaissances. Si la courte-vie qu’elle est arrive à s’imposer face aux préjugés des longues-vies.
Chaque chapitre de ce roman est situé à une époque différente : Stalingrad en pleine Seconde guerre mondiale, l’Oregon du XXe siècle, la Chine antique ou la Russie des Tsars… Les narrateurs également alternent. On passe de June à son grand-père ou à Pierre, un automate amnésique qui retrouve au fil des décennies son passé. Si le titre français choisi, Le Cœur perdu des automates, peut faire penser à une romance (eh non) ou à un livre nostalgique (ce qu’il est d’une certaine façon), le titre originel — The clockwork dynasty — a un côté steampunk inexistant, mais également un côté grande saga qui correspond mieux à l’histoire.
Quel que soit le point de vue, quelle que soit l’époque, le lecteur s’attache aux personnages de chair et de sang, comme ceux de laiton et d’engrenage. Si l’action commence lentement et permet de prendre son temps pour savourer ce roman, elle prend vite du rythme et la fin, malgré les sauts temporels très étendus, se dévore d’une traite. Je crois que j’ai trouvé mon coup de cœur de la rentrée.

Le Cœur perdu des automates
de Daniel H Wilson
Traduction de Patrick Imbert
Éditions Fleuve

Fil rouge 2018 : Une porte sur l’été

« Comme Pete est le plus authentique des chats, il préfère sortir. Il n’a jamais abandonné la conviction que  si l’on essaye toutes les portes, on doit, obligatoirement, trouver celle qui donne sur l’été. » Écrit en 1957, Une porte sur l’été a une place à part dans mes lectures personnelles. C’est en effet l’un des premiers livres de Robert Heinlein que j’ai lu, et c’est mon bouquiniste favori qui me l’a offert avec un simple : « tiens, lis, tu vas aimer. » Le fait qu’en 2018, je relise cet ouvrage prouve qu’il avait raison. Et pourtant… On y trouve tout à la fois ce que Robert Heinlein a fait de meilleur et de pire condensés en un tout petit roman.
Commençons par le pire. Aux yeux d’une lectrice du XXIe siècle réel, et non fictif, Robert Heinlein est un incurable macho aux idées bien arrêtées. Ses personnages féminins adultes sont au mieux de ravissantes idiotes (y compris cette pauvre Ricky une fois devenue majeure) et au pire des manipulatrices odieuses et n’aimant pas les chats. Au fur et à mesure de son œuvre, Robert Heinlein étoffera ces personnages, mais ici nous sommes encore très loin de Maureen Johnson de To Sail Beyond the Sunset et Hazel Stone de The Cat who Walks through Walls. Quant à ses idées générales, disons que c’étaient celles d’un libertarien américain bon teint de l’époque.
Et le meilleur ? Nous avons avec Une porte sur l’été un récit attachant de voyage temporel et de vengeance. Tout simple à suivre malgré des allers-retours entre les époques, il est très bien raconté, très drôle et particulièrement ingénieux dans ses différentes méthodes de voyages dans le temps. Notons d’ailleurs que malgré les progrès incessants de la robotique et de l’intelligence artificielle, les robots actuels sont encore très loin des Robots universels de 2001 voire 1970 tels qu’ils sont décrits dans ce roman.
En revanche, quelles que soient les époques traversées, les chats de Robert Heinlein tout comme ceux de la vie quotidienne sont toujours obstinés par cette recherche de « porte sur l’été », et par leur bonheur personnel. En l’occurrence, il s’agit de rester coûte que coûte avec leur humain de prédilection. Cette touche sentimentale entre le héros, Danny, et son compagnon, Pétronius le Sage, n’est pas qu’une simple anecdote cosmétique. Elle ajoute une couche de profondeur à une histoire qui sans elle, ne serait qu’un récit un peu dépassé. Avec, Une porte sur l’été prend la forme d’un récit de SF classique toujours plaisant à lire ou relire.

Une porte sur l’été de Robert Heinlein
Traduction de Régine Vivier
Éditions J’ai Lu

Pour le #100defislecture2018 de Dame Ambre : 23 points avec celui-ci.