Norse Mythology

Qui a lu Sandman ou American Gods (si ce n’est déjà fait, lisez le avant de vous lancer dans la série TV ou au moins avant la saison 2) sait que Neil Gaiman est un amoureux de la mythologie. Imaginez ma réaction quand patientant à l’aéroport de Los Angeles, je découvre un livre avec « Mythology » et Neil Gaiman sur la couverture. Je ne pouvais que plonger. Et le vol de retour vers la France ne m’a jamais paru aussi court.
À la différence des autres titres cités, dans Norse Mythology, Neil Gaiman invente aussi peu que possible. Il s’est plongé aux racines de la religion nordique. Même si ce n’est finalement pas si loin dans le temps, car les seuls textes fondateurs qui nous sont parvenus ont été écrits durant la christianisation de la Scandinavie. De ces textes, poétiques ou en proses, Neil Gaiman se laisse aller à nous narrer treize contes mythologiques. Certains sont déjà bien connus, car déjà développés mille fois en livres, en dessin animés, en bande dessinée, etc. C’est le cas de Ragnarok : the Final Destiny of the Gods ou The Death of Balder. D’autres comme Freya’s unusual wedding ou The story of Gerd and Frey sont plus obscures. Et d’autres proposent d’étranges parallèles avec la mythologie gréco-romaine comme The Master Builder qui rappelle la fondation des murailles de Troie ou The Apples of Immortality qui ressemblent fortement aux fruits du jardin des Hespérides. Le tout est conté avec un style tout simple, mais entrainant. Comme si Neil Gaiman et son lecteur étaient tous deux au coin du feu et échangeaient des nouvelles de cousins lointains. Prenez une bière fraiche, un thé ou un chocolat chaud suivant vos goûts, et entrez dans la conversation.

Norse mythology par Neil Gaiman
Éditions W.W.W Norton & Company