L’Homme de la quatrième dimension

« Il est une dimension au-delà de tous les mondes connus, une dimension aussi vaste que l’univers et aussi éternelle que l’infini. Une zone intermédiaire entre la lumière et l’ombre, entre la science et la superstition… » Un monologue d’introduction, un homme fumant une cigarette comme narrateur, des histoires étranges et effrayantes en noir et blanc… La Quatrième dimension (The Twilight Zone en version originale) est un programme TV qui a marqué des générations de fans de science-fiction et de fantastique. Il a ensuite donné naissance à une flopée de programmes anthologiques (Les Contes de la crypte, Chair de poule, Creepshow, voire Black Mirror). Mais qui est à l’origine de cette émission ?
Dans son roman graphique, L’
Homme de la quatrième dimension, Koren Shadmi dresse le portrait de Rod Serling, le scénariste, producteur et narrateur de la série. De son passage dans l’armée au cours de la Seconde Guerre mondiale à l’extrême fin de sa carrière, il arrive à rendre la vie de Rod Serling passionnante. Et au fil des pages, l’on croise des noms connus comme Ray Bradbury, Richard Matheson, Joan Crawford, Robert Redford ou Steven Spielberg. Cette biographie montre bien le processus créatif de Rod Serling et les difficultés qu’il rencontrait aussi bien dans sa vie professionnelle que privée, mais elle ne passe pas sous silence certains aspects moins reluisants de son caractère ou de sa carrière. Notamment une certaine forme d’hypocrisie qui a poussé le jeune homme intransigeant et soupe au lait à mettre tellement d’eau dans son vin, qu’il enchaîne en fin de carrière les spots publicitaires et l’animation de jeux télévisés.
J’ai particulièrement apprécié l’histoire de Rod Serling et la manière dont Koren Shadmi a choisi de la raconter. Notamment les nombreuses références à sa série fétiche aussi bien dans la trame principale du récit que dans certains effets visuels pour montrer les états d’âme de Rod Serling. En revanche, j’ai nettement moins apprécié le style même du dessin trop éloigné de mes goûts personnels. J’ai trouvé les personnages trop plats, même si le choix du noir et blanc est particulièrement adapté à l’époque choisie. En revanche, l’exemplaire que j’ai entre les mains a un défaut d’impression avec un doublon de la planche 107 et l’insertion d’une planche 106 sous forme d’une feuille volante cartonnée. Je ne sais si ce défaut affecte toutes les BD disponibles, à vous de vérifier en librairie.

L’Homme de la quatrième dimension
de Koren Shadmi
Traduction de Simon Hureau
Éditions La Boîte à Bulles

First-Person Singularities

Peu d’écrivains maîtrisent parfaitement  l’écriture sous forme de romans comme sous forme de nouvelles. Peu d’écrivains ont une carrière vieille de près de soixante ans, à l’occasion de laquelle ils ont changé complètement de style, de direction sans jamais perdre le cœur de lecteurs fidèles. Robert Silverberg est de ceux-là. Si vous ne le connaissez pas, ou si vous ne connaissez que quelques romans de lui, First-Person Singularities est une excellente porte d’entrée pour découvrir toute la palette de son talent.
Cette anthologie, parue mi-octobre, rassemble dix-huit de ses nouvelles toutes déjà parues ailleurs et pour huit d’entre elles au moins déjà traduites en français. Toutes ces nouvelles, écrites entre 1956 et 1996, ont pour point commun d’être écrites à la première personne. Que ce narrateur soit humain, dauphin ou extraterrestre, homme ou femme, jeune adolescent ou âgé de plusieurs millénaires, vivant ou machine. Certaines d’entre elles sont écrites en hommage au style d’autres auteurs comme Henry James (The Martian Invasion journal of Henry James) ou Roger Zelazny (Call me Titan), d’autres pour répondre à des contraintes imposées par l’éditeur qui les avaient commandé à l’époque (tels The Dibbuk of Mazel Tov IV ou The Iron Star) ou d’autres encore pour aller à contrepied de ce qu’attends sa cible comme avec Push no more, une histoire d’adolescent puceau écrite pour une anthologie érotique.
Lues l’une après l’autre, ces nouvelles montrent la progression stylistique de Robert Silverberg et sa capacité à émouvoir ou à faire rire d’un paragraphe à l’autre. De plus, étant aussi bon conteur qu’écrivain, le simple fait de lire les introductions qu’il a écrites en 2017 sur des nouvelles écrites bien avant est un pur moment de bonheur. Et comme tous les recueils de nouvelles, celui-ci a l’avantage de se lire d’une traite ou de se picorer suivant ses envies.

First-Person Singularities de Robert Silverberg
Éditions Three-Rooms Press

Urban Enemies

Si la fantasy classique n’est, à quelques exceptions près, pas mon genre de prédilection, j’ai un faible pour les romans d’urban fantasy, en particulier ceux qui mêlent le genre policier et des éléments fantastiques. En revanche, j’ai une profonde détestation pour la bit-lit où la romance prend le pas sur le reste de l’action. Hélas, la bit-lit tend à prendre de plus en plus de place dans les rayons. Comment faire son choix alors ? En mettant le nez dans une anthologie récente, comme Urban Enemies. Choisie parce qu’elle s’ouvre sur un texte de Jim Butcher dans l’univers de ses Dresden Files, celle-ci comprend 17 nouvelles. Toutes s’inscrivent dans des univers plus vastes de sagas d’urban fantasy déjà existantes, et toutes ont pour particularité de prendre des antagonistes et non les héros principaux (ou secondaires) de ces univers.

L’avantage est donc d’avoir des histoires à lire sans accroc, même si l’on ne connaît pas les univers d’origine, et d’avoir une bonne mise en bouche pour faire son choix sur les sagas à lire ou non. Ainsi, même si toutes se lisent très bien et savent accrocher le lecteur, cette sélection m’a permis de faire mon choix. Ainsi The Hellhound Chronicles de Caitlinn Kittredge, Black Magic Outlaw de Domino Finn ou Jill Kismet de Lilith Saintcrow pourront faire partir de mes lectures. Le texte dans l’univers de InCryptid m’a suffisamment intriguée pour que je me penche un peu plus sur l’œuvre de Seanan McGuire et son univers rappelant la série TV Sanctuary. En revanche, l’univers trop « macho » de Lawson Vampire de Jon F Merz, celui trop lu et relu des Horngate Witches de Diana Pharaoh Francis et celui de Kelley Amstrong m’ont laissée de marbre. Outre quelques heures de détente, cette anthologie a donc brillamment rempli sa mission.

Urban Enemies édité par Joseph Nassise
Éditions Gallery Books

Space Inc.

À part mineur d’astéroïdes, membre de la Flotte spatiale, ingénieur, détective privé ou quelques autres professions plus ou moins licites, le monde professionnel présenté dans les œuvres de science-fiction est assez pauvre. Soit il s’agit de personnages sans grand intérêt – le patron du bar où se rencontrent les protagonistes, les assistants et fonctionnaires du spatioport, ou quelques commerçants voire agriculteurs. Autant vous dire quand en 2003, l’anthologie Space Inc. édité par Julie E. Czerneda était une rareté. Elle rassemble en effet 14 nouvelles concernant les métiers du futur, dans l’espace, et au contact d’autres civilisations. Drôles ou particulièrement émouvantes, chaque d’entre elles met en scène des professions longtemps oubliée de la science-fiction : le bibliothécaire, le chef de train sous zéro G (bien différent de celui du Galaxy Express 999), la professeur de danse classique confrontée à des adolescentes dotées de beaucoup trop de tentacules ou même le cuisinier. Vous l’avez compris, toutes les nouvelles présentent un point de vue décalé dans le monde de la science-fiction. Si nombre des auteurs sont toujours peu connus en France, d’autres comme Nancy Kress ou Robert J. Sawyer ont trouvé leurs publics. Comme toute anthologie, certaines nouvelles sont meilleures que d’autres. Certaines sont plaisantes, mais oubliables, mais d’autres comme Dancing in the Dark de Nancy Kress ou The Siren Stone de Derwin Mak m’ont fait une impression durable.

Space Inc. édité par Julie E. Czerneda
Editions DAW