Luna New Moon/Luna Wolf Moon

Même si ce sont deux livres indépendants, j’ai acheté Luna New Moon et Luna Wolf Moon d’Ian McDonald en même temps. Et ce fut une très bonne idée, vu le suspense sur lequel termine le premier. Une fois passé le premier quart d’exposition de Luna New Moon, le lecteur se retrouve pris dans l’action et avale le total de près de 700 pages sans même les voir passer.
Souvent présentés comme une version SF Hard de Games of Throne, Luna New Moon et Luna Wolf Moon tiennent plus d’une version spatiale de Dallas ou Dynastie si les aventures des Ewing ou des Carrington avaient eu droit à une diffusion sur le câble sans censure concernant la violence ou le sexe. La Lune est en effet devenue le territoire que se partagent cinq grandes familles qui détiennent également les cinq grandes compagnies industrielles du satellite. Le seul droit qui s’applique est le droit civil des contrats. Tout s’achète et se vend, y compris les quatre denrées indispensables que sont l’eau, l’air, le carbone et les données. Et tout se négocie, quitte à régler les conflits devant une chambre de compensation, voire dans un duel rituel au couteau entre avocats.
S’il y a des impératifs scientifiques qui sous-tendent l’intrigue, comme le fait de vivre dans un environnement confiné pour bannir les armes à feu ou la gravité moindre et ses conséquences sur la physiologie des Luniens de souche, la force de ces livres tient plus à la façon dont les différentes cultures d’origine des familles se sont retrouvées adaptées à la Lune et mêlées entre elles. Est-ce parce que Ian McDonald est britannique ? Pour une fois, nous avons un univers hautement technologique et spatial où ni les États-Unis ni le Japon n’ont un rôle de premier plan à jouer. À peine est-il mentionné qu’un des personnages secondaires est une « Norte », venue d’Amérique du Nord. Les cinq familles elles-mêmes sont d’origines brésilienne, australienne, chinoise, russe et ghanéenne. On retrouve ainsi des références à l’umbanda, religion syncrétique afro-brésilienne, au droit coranique des mariages (le nikah servant d’alliance entre les différentes grandes familles) et à la sous-culture gothique des années 80 et 90.
Loin d’être brouillon, le résultat est un feuilleton spatial dense et haletant, mais plutôt aisé à lire. Même si dans un premier temps, vous passerez beaucoup de temps à regarder à la fin du livre qui est qui par rapport à qui dans la liste des personnages.

Luna New Moon
Luna Wolf Moon
de Ian McDonalds
Éditions Gollancz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.