Le Bureau des affaires occultes

Vous reprendrez bien un peu de polar historique ? Pour celui-ci, partons dans le Paris de 1830 alors que Louis-Philippe vient d’accéder au trône. Toutes les administrations subissent alors un nettoyage en profondeur, y compris la Préfecture de Police ou le célèbre Vidocq a été débarqué. Dans Le Bureau des affaires occultes, nous suivons un jeune inspecteur féru de science, Valentin Verne, qui se voit confier une enquête sensible concernant le fils d’un député alors qu’il pourchasse depuis des années un ecclésiaste tortionnaire d’enfants surnommé le Vicaire. Ce roman va donc se présenter comme le récit longtemps disjoint de ces deux histoires, avec notamment des entrées de journal semblant se rapporter à des événements passés. Avant que les deux ne se rejoignent en fin de récit. En effet, Le Bureau des affaires occultes peut se lire comme une histoire indépendante, mais il est avant tout l’amorce d’une série policière. La partie concernant le député et son fils sera résolue dans ce volume, mais celle concernant le Vicaire se poursuivra dans le volume suivant, intitulé… Le Fantôme du Vicaire. Et il faut bien reconnaître qu’une bonne partie de ce premier livre est dédié à la mise en place des personnages récurrents et de leurs univers. Ce dont le rythme de l’histoire pâtit quelque peu.
En revanche, en mêlant une période historique pas si souvent utilisée en fiction (où la Révolution et le Premier Empire d’un côté, et la toute fin du XIXe siècle de l’autre ont bien plus de succès) avec un angle original (une explication rationnelle à des crimes qui semblent soit ne pas en être, soit être surnaturel
s), Éric Fouassier propose un polar solide qui, malgré les longueurs dues à la mise en place du cadre, se dévore littéralement (avec des pauses dont une nuit de sommeil, il s’est écoulé moins de douze heures entre son achat et la fin de sa lecture). Plus que le personnage principal, j’avoue avoir particulièrement apprécié certains seconds rôles comme Aglaé, Félicienne ou ce vieux brigand de Vidocq. À l’occasion je replongerais bien dans la suite.

Le Bureau des affaires occultes
d’Éric Fouassier
Éditions
Livre de poche

Une réflexion sur « Le Bureau des affaires occultes »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.