Chine, retiens ton souffle

Parmi les enquêteurs récurrents que j’ai beaucoup de plaisir à retrouver, l’inspecteur-poète Chen Cao créé par Qiu Xiaolong est l’un des plus originaux. Dans Chine, retiens ton souffle, il se retrouve plongé dans une enquête policière d’une actualité troublante en ces temps de masques « fortement recommandés » pour tous.
Écrit en 2018, Chine, retiens ton souffle se passe en effet alors que la ville de Shanghai étouffe sous un nuage de pollution. L’inspecteur Chen et son assistant Yu sont appelés en renfort pour arrêter un meurtrier en série. Et dans le même temps, venu tout exprès de Pékin, un haut cadre du Parti va demander à Chen de se pencher sur les agissements d’une activiste écologiste, dont le policier fut très proche il y a quelques années.
Comme souvent Qui Xialong, qui a quitté la Chine pour les États-Unis après les événements de Tian’Anmen, se sert de cette enquête pour dresser un tableau féroce de la situation politique dans son pays d’origine. Sans pour autant verser dans le pamphlet et en oublier l’attrait essentiel d’un bon polar : l’enquête elle-même.
Plus exactement, nous allons suivre ici deux histoires en parallèle : les recherches de Yu et de son épouse sur les traces du serial killer, et la façon don
t Chen va se débrouiller pour contenter le cadre du Parti sans pour autant mettre en danger son ancienne amante. Les deux hommes se tiennent réciproquement aux courants de leurs progrès et se donnent des conseils mutuels pour avancer dans leurs enquêtes. Et à la fin, ils trouveront le moyen de lier les deux pour obtenir une résolution satisfaisante à tout le monde. Et comme souvent les connaissances littéraires et les talents de poète de l’inspecteur Chen contiendront les germes du succès.
Chine, retiens ton souffle
fait de nombreuses références à d’autres enquêtes de l’inspecteur Chen, mais rassurez-vous, il peut se lire de manière indépendante. Outre l’intrigue elle-même et la critique sociale et politique, Chine, retiens ton souffle montre une Chine entre modernité et tradition avec comme souvent de nombreuses allusions à la nourriture locale. Si comme moi vous aimez la cuisine asiatique, attention, certaines scènes risquent de vous mettre l’eau à la bouche.

Chine, retiens ton souffle
de
Qui Xiaolong
traduction d’
Adélaïde Pralon
Éditions
Points

Nouvel horizon

Les salons littéraires sont toujours une occasion en or pour découvrir de nouvelles plumes, notamment en auto-édition. C’est toujours le cas du Salon Fantastique, où j’avais découvert lors d’une précédente édition 1974 d’Arnaud Codeville. Cette fois-ci, je me suis laissée tenter par Nouvel horizon de Yann-Cédric Agbodan-Aolio. Perdue dans des allées consacrées particulièrement cette année consacrées à la fantasy et au fantastique, je cherchais un roman de pure SF. Je ne fus pas déçue.
Court, Nouvel horizon
se passe à la fin du 21e siècle au cœur du continent africain. Il part d’un double postulat : le dérèglement climatique et l’accession à la conscience des intelligences artificielles. En 2088, après avoir été éreintée par un réchauffement climatique d’origine humaine, la Terre a subi une deuxième catastrophe : la perte de puissance du Soleil qui la fait passer désormais dans une ère glaciaire. Guidé par une intelligence artificielle ayant pris la tête du successeur de l’ONU, ce qui reste de l’humanité se préparer à migrer pour Vénus au prix de grands sacrifices. Sauf que de méchants capitalistes leur mettent des bâtons dans les roues.
Même s’il a été écrit en 2017 par un auteur bien trop jeune pour y avoir participé,
Nouvel Horizon a un côté « âge d’or de la collection Anticipation » qui n’est pas déplaisant. Chaque camp est clairement défini, et au final le Bien triomphe du Mal, avec en guise de conclusion une description de Vénus en nouvelle planète bleue de l’humanité, digne d’un prospectus d’agence de voyages.
Dans la forme, les notes de bas de page à chaque explication technique ont un peu freiné ma lecture. En revanche, sur le fond, Nouvel Horizon tient toutes ses promesses : pendant quelques heures, je me suis pleinement détendue en rêvant de conquêtes spatiales et d’une humanité augmentée. Bravo ! Du coup, je me risquerais surement à découvrir les aventures de ces personnages dans d’autres univers parallèles comme le propose
Yann-Cédric Agbodan-Aolio en variant les genres à chaque livre.

Nouvel Horizon
de
Yann-Cédric Agbodan-Aolio
www.yanncedric-agbodanaolio.com

 

Fil rouge 2018 : Dune

En ce mois de juin orageux, la thématique du fil rouge apparaît un peu décalée. Ce n’est pas grave, arpentons le sable pour nous sécher avec une saga mythique de la science-fiction : Dune de Frank Herbert.
Comment parler d’un livre qui vous a fait découvrir un genre littéraire entier ? Comment aborder une série de romans qui vous tient tellement à cœur que vous les avez lu une bonne vingtaine de fois pour les plus anciens ? C’est l’exercice difficile auquel je me livre dans ces lignes, soyez indulgents. Vous l’aurez compris, Dune et ses suites écrites par Frank Herbert (Le Messie de Dune, Les Enfants de Dune, L’Empereur-Dieu de Dune, Les Hérétiques de Dune, La Maison des Mères) occupent une place à part dans ma bibliothèque et dans mon cœur de lectrice. Je l’ai découvert à 10 ans avec la première édition de poche en français. La couverture de Suidmak et ce visage aux yeux bleus sur bleus m’a attirée et je me suis laissée happer par l’écriture. Depuis, je le relis régulièrement, en redécouvrant à chaque fois quelque chose de neuf au creux de ses lignes. Grâce à Dune, j’ai découvert la littérature russe, les tragédies grecques, je me suis sensibilisée à l’écologie et à la politique. Et j’ai surtout entamé avec ce livre ma longue histoire d’amour avec la science-fiction grâce à laquelle vous lisez ces lignes.
Dune, le premier roman, est l’histoire d’une tragédie (un duc trahi sur une planète hostile) et de la vengeance menant son fils adolescent au trône de l’Empire galactique. Le deuxième roman, Le Messie de Dune, narre la fin d’un règne et montre comment lorsqu’on mêle politique et religion, tout s’emballe et mène au désastre. Le tout au milieu d’intrigues de Palais n’ayant rien à envier à Shakespeare. Chaque livre, chaque cycle de cette série aborde des thèmes forts : l’écologie, la survie de l’espèce, l’addiction aussi bien au niveau de l’individu que de la structure économique (il suffit de remplacer « Épice » par « pétrole » ou « nucléaire » pour reconnaître dans les problèmes de l’Empire des échos de notre monde actuel), la prédestination face au libre arbitre, la place de l’éducation, etc. Pour autant, Dune et les autres romans écrits par Frank Herbert ne sont pas des pensums. Les personnages sont tous – à l’exception notable du baron Harkonnen et de Wensicia Fenring – très attachants, même les plus effrayants ou les plus tordus d’entre eux. L’action est également bien présente, même dans le livre le plus intimiste de la série (L’Empereur-Dieu de Dune), au point que je ne m’y ennuie jamais que ce soit en relisant en français ou en anglais. J’aime aussi beaucoup les Appendices (à la fin de Dune et du Messie de Dune) qui expliquent le monde où l’histoire commence : lexique et glossaire des personnages, mais également écologie de Dune et place de la religion dans l’Empire.
Si vous lisez les six romans (sept en français, car Dune a été divisé en deux tomes), vous vous embarquez pour 15 000 ans d’histoire, avec parfois de grands sauts temporels d’un livre à l’autre. Et pourtant, vous ne serez jamais déstabilisés. Mon seul regret est que la mort a interrompu Frank Herbert alors qu’il donnait une nouvelle direction à sa saga. Et les livres écrits par son fils et Kevin Anderson, me direz-vous ? Faites-vous votre propre opinion. Personnellement, j’ai lu les deux premiers, et je n’ai pas reconnu les personnages que Frank Herbert m’avait fait aimer ni retrouvé la puissance évocatrice de la saga originale. Je préfère considérer qu’ils n’existent pas, ce que d’autres font très bien avec les films (déjà sorti ou à venir) et la minisérie.
Dune n’est pas un livre facile à aborder. Soit on entre dedans et on se laisse porter, soit on reste hermétique à la lecture des premiers chapitres. Dans ce deuxième cas, faites l’effort d’aller un peu plus loin. Comme le plus précieux des joyaux, Dune dévoile tout son éclat et sa richesse après quelques efforts.

Dune de Frank Herbert
Éditions Berkley
Traduction de Michel Demuth
Éditions Presse Pocket*

*Il y a de nombreuses autres éditions du livre tant en français qu’en anglais, certaines nettement plus récentes, mais j’ai préféré indiquer celles en ma possession.