Prayer

De Philip Kerr, je ne connaissais que sa série mettant en scène Bernie Gunther, l’inspecteur de police berlinois. Pourtant l’auteur écossais s’est essayé à bien des genres. Avec Prayer (paru en France sous le nom de Pénitence), il propose un thriller ésotérique au cœur des États-Unis, traumatisés par le 11 septembre et marqués par les différentes fractures autour des croyances au sein même de la population.
Ayant quitté adolescent son Écosse natale, Gil Martins a depuis intégré le FBI. Par amour pour sa femme Ruth, il a rejeté sa foi catholique pour le protestantisme évangélique que celle-ci pratique. Mais après des années de vie commune et autant à traquer la lie de l’humanité, il a tout simplement perdu la foi et penche de plus en plus pour un athéisme militant. En vivant au plein cœur du Texas à Houston, ce n’est pas forcément une bonne idée. D’autant que différents meurtres à connotations religieuses se produisent. Et si l’explication de ces crimes n’était pas humaine ?
Avec Prayer, Philip Kerr livre deux romans en un, et la liaison de l’un à l’autre n’est pas forcément évidente. La première partie suit Gil dans ses différentes enquêtes et dans la fin de son couple, jusqu’à ce qu’il comprenne que son athéisme est peut-être erroné, et que le monde est plus vaste que la simple logique. La seconde partie est sa lutte contre l’ennemi surnaturel et ses revirements intérieurs, jusqu’à une fin en demi-teinte et particulièrement pessimiste. Que vous soyez croyant prosélyte ou athée militant, Prayer a de quoi vous fâcher. Philip Kerr présente en effet les uns comme les autres sous un jour particulièrement peu reluisant, hormis peut-être Helen Caruso, la coéquipière de Gil. Si vous êtes en revanche indifférent à la religion, ou capable de séparer vos croyances personnelles et vos loisirs ; ce roman, bien que déséquilibré entre les deux parties et avec quelques longueurs par endroit ou des raccourcis étranges par d’autres, se lit tout seul et, sans être le meilleur de cet auteur, reste parfait comme compagnon polar pour la plage. Mais sur le fond, le post-apocalyptiques Les Somnambules de Chuck Wendig m’ a plus convaincue avec une thématique similaire.

Prayer
de
Philip Kerr
Éditions
Querçus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.