En quête de Jake et autres nouvelles

Halloween est la période idéale pour parler de livres fantastiques et de cauchemars. Et, En quête de Jack et autres nouvelles, le recueil de China Miéville, même s’il ne présente aucun ou presque des monstres classiques, est parfait à ce moment si particulier du calendrier. En treize nouvelles et une novella, il vous ouvre la porte vers des univers étranges, souvent dérangeants, parfois drôles et toujours écrits à l’encre des mauvais rêves.
Commençons par la fin avec Le Tain, qui mériterait presque une chronique à lui tout seul. Ce quasi-roman se passe dans un Londres défait par la guerre. Les forces militaires tiennent encore quelques positions stratégiques en attendant des ordres d’une hiérarchie absente, les civils tentent de survivre avec les moyens du bord tout en échappant aux
attaques de « vampires » et d’autres créatures comme les « colombes », des mains volantes enlacées amatrices de charogne. En effet, Londres n’a pas été vaincue par une puissance extérieure, mais par un ennemi bien plus intime : sa propre réflexion dans les différents miroirs de la ville. Raconté à deux voix — un survivant et un « vampire » particulier, Le Tain se situe aux tout derniers jours de cette guerre quand les armes se taisent, les deux camps comptent leurs morts et pansent leurs blessures. Que faire dans ce nouveau Londres ?
Avant cette pure merveille, En quête de Jack et autres nouvelles livre des textes très différents les uns des autres. Familier, Intermédiaire ou Entrée tirée d’une encyclopédie médicale m’ont laissée sur ma faim tout comme Mort à la faim et sa lutte anarchiste contre une certaine forme de charité en ligne. Un autre ciel et Les détails ont cette intrusion insidieuse du fantastique dans le quotidien qui évoque fortement Lovecraft. Aimant beaucoup le cycle de Bas-Lag (Perdido Street Station, Les Scarifiés et Le Concile de fer), j’ai savouré Jacques qui se passe également à La Nouvelle-Crobuzon, mais il me semble que celui qui n’a pas lu au moins l’un des romans précédents ne peut apprécier pleinement la nouvelle. Chacun à sa façon, la BD Sur le chemin du front, l’horrible Fondations et le satirique De saison, sont les textes les plus politiques du recueil. Ils se lisent néanmoins avec délice. Tout comme De certains événements survenus à Londres et En quête de Jake qui, dans deux genres très différents, semblent pourtant se répondre l’une à l’autre. Mais hormis Le Tain, c’est La piscine à balles coécrite avec Emma Birchan et Max Schaefer qui va vous scotcher et vous dissuader de laisser les plus jeunes enfants fréquenter l’espace jeu d’une célèbre grande enseigne suédoise.
Bonne lecture, bons frissons et bonne Halloween !

En quête de Jake et autres nouvelles
De China Miéville
Traduction de Nathalie
Mège
É
ditions Fleuve
(confinement oblige, le livre est également disponible en numérique, si vous ne pouvez accéder à votre libraire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.