Black Sun

À lire les pages de ce blog, vous vous en êtes peut-être aperçus, la fantasy épique n’est pas mon genre de prédilection. Mais quand la nouvelle saga d’une autrice dont j’ai apprécié l’urban fantasy post-apocalyptique est recommandée par un auteur que je lis régulièrement, il est probablement temps de se pencher dessus non ?
Remontons donc ce Black Sun de Rebecca Roanhorse du fin fond de ma liseuse et regardons ensemble ce qu’il vaut. Premier bon point, il ne s’agit pas d’un énième livre de fantasy s’inspirant plus ou moins vaguement de l’Europe médiévale en saupoudrant ses péripéties de créatures de types orcs, trolls, elfes, nains ou fées, même si les noms sont différents. L’univers choisi par l’autrice s’inspire des Amériques (du Nord et surtout du Sud), mais des populations des îles du Pacifique. Pour une lectrice européenne, le dépaysement est assuré. Non seulement, les systèmes de magie et les règles en place sont différents, mais même les créatures présentes se distinguent par leur originalité : corbeaux géants et bavards, mais également araignées d’eau utilisées comme bêtes de trait, avatars divins et
pseudo-sirène aux joyaux en guise d’yeux, le tout est varié.
Côté histoire, en revanche, nous sommes dans une trame classique de vengeance et de querelles politico-religieuse. Et ce d’autant plus qu’il s’agit du premier volume d’une trilogie et qu’il se termine sur un cliffhanger plutôt frustrant. Heureusement le tome 2, Fevered Star, est déjà disponible pour qui veut enchaîner les deux romans à la suite.
Le ferais-je ? Je pense bien. Black Sun souffre peut être d’un
léger défaut de rythme comme l’histoire est éparpillée entre quatre points de vue avec en prime des flashbacks, mais les personnages sont particulièrement intéressants, car pas du tout manichéens. La violence de Serapio s’explique par celle qu’il a subie et le destin qu’on lui a imposé. Xiala la paria Teek ne se révèle que peu mais ses pouvoirs et son caractère curieux m’attirent. Seule la prêtresse du Soleil, Narampa, m’a agacé par sa naïveté tellement importante qu’elle confine souvent à la stupidité. Peutêtre se réveillera-t-elle par la suite, comme semblent le suggérer ses actions dans les derniers chapitres ? À bientôt pour la suite…

Black Sun
de Rebecca Roanhorse
Édition
s Saga Press

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.