The Race

Il suffit parfois de peu de choses pour choisir un livre. Pour que j’achète The Race de Nina Allan, ce fut juste le commentaire en couverture d’Alastair Reynolds le qualifiant de « roman de science-fiction superbement étrange. » Et devinez ? Il a parfaitement raison. The Race est si déroutant et inclassable qu’à la fin du livre, le lecteur se demande exactement ce qu’il a lu. Un roman ? Ou plusieurs nouvelles ? En fait, le livre est conçu comme quatre histoires distinctes : celle de Jenna, celle de Christy, celle d’Alex et enfin celle de Maree. À travers ces personnages, The Race nous entraîne à la frontière entre deux mondes. L’un qui semble être inspiré de notre Grande-Bretagne actuelle, et un — ou deux ? – autre post-apocalyptique dans un monde où la guerre des Malouines s’est prolongée durant des années et où la campagne anglaise a été dévastée par la fracturation hydraulique.
Mettant l’accent sur les personnages et sur leurs sentiments, chaque partie du livre semble s’achever là où le lecteur espère un dénouement proche, et là où les échos d’une vie précédente se font plus fort dans la vie suivante. La clé finale du roman n’est livrée que dans les quarante dernières pages. Ou voire dans la nouvelle en annexe, Brock Island. Celle-ci est soi-disante écrite par l’un des personnages, Christy Peller, et met en scène un autre, Maree. De quoi vous perdre encore plus.
Si vous cherchez des combats contre des civilisations extraterrestres ou des pouvoirs dignes de super-héros, passez votre chemin. Si en revanche vous cherchez un roman plus intimiste à la Gabriel Garcia Marquez mâtinée d’un peu de science-fiction, The Race de Nina Allan est fait pour vous.

The Race de Nina Allan
Éditions Titan Books

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *