Terminus

Le voyage temporel est à la fois l’un des classiques des littératures de l’imaginaire et l’un de ses chemins parsemés d’écueils les plus périlleux à négocier. Entre paradoxe du grand-père et inconsistance dans la logique des dits déplacements, il est facile de se perdre dans l’histoire. Ajoutez-y un bon thriller avec des meurtres tous plus horribles les uns que les autres, et vous mesurerez la difficulté que s’est imposée Tom Sweterlitsch avec son roman Terminus.
Shannon Moss a vu le Terminus au bout du temps : l’instant où l’humanité s’autodétruit dans un suicide collectif. Shannon Moss est l’une des agentes du NCIS (
Naval Criminal Investigative Service—bureau spécialisé dans les enquêtes criminelles impliquant des membres de la marine militaire des États-Unis) et doit enquêter sur le massacre à la hache de la famille d’un marin censément disparu en action des années auparavant. Le tout dans une maison qu’elle a bien connue enfant. Shannon Moss est habilitée à plonger chercher les réponses dans les Eaux profondes du temps. Son enquête actuelle lui permettra-t-elle d’éviter le Terminus ? Tout le roman de Tom Sweterlitsch est le récit d’une course contre la montre pour sauver l’humanité ou trouve l’un des tueurs en série les plus déterminés que Shannon Moss ait jamais rencontrés.
Passant d’une ligne temporelle à l’autre, Terminus n’est pas exempt de confusion. En particulier dans ses dernières pages avant la résolution finale. Cela correspond à la frénésie de la narratrice et du monde qui l’entoure, mais le tout donne parfois l’impressio
n que l’auteur s’est emmêlé les pinceaux dans les différentes périodes et les différents indices avant de retomber sur ses pattes avec une pirouette. En revanche, Terminus reste un roman prenant et particulièrement efficace. Il dose agréablement le futurisme et un certain côté rétro : une grande partie de l’action se situe entre 1985 et 2000, et les vaisseaux temporels disposent certes d’intelligences artificielles, mais aussi de magnétoscopes VHS. Si vous êtes amateurs de voyage dans le temps, ou si vous aimez les bons polars avec une traque palpitante, ajoutez ce Terminus à votre liste de lecture.

Terminus
de
Tom Sweterlitsch
Traduction de Michel Pagel
Éditions
Albin Michel

Cartographie du désastre

Continuons notre découverte des éditions L’Alchimiste avec un autre recueil de nouvelles dans le genre science-fiction/fantastique cette fois : Cartographie du désastre de Cyril Amourette. Recueil très court de nouvelles, elles-mêmes plutôt brèves même pour ce genre de récit, Cartographie du désastre présente neuf version de la fin du monde ou de la fin d’un monde. Ou plutôt huit, puisque le dernier texte Le jour où Ballard est mort est plus un compte-rendu de l’état du monde et de l’auteur le jour où J.G.Ballard est mort, à savoir le 19 avril 2009 qu’une véritable histoire.
Des huit désastres présentés, comme souvent dans les recueils il y en a pour tous les goûts. Commençons par d’habitude par celles que je n’ai pas aimées, Sans-Pattes et Bienvenue au centre commercial, que j’ai trouvé inutilement choquantes sans être réellement originales. Et franchement Bienvenue au centre commercial m’a fait l’effet d’une resucée du Jour des morts-vivants, zombification et Georges Romero en moins. Avec un style d’écriture nettement en deçà des autres textes du livre. Le dernier voyage, premier récit assez classique donne bien le ton de ce recueil en racontant un homme qui vient d’expédier le dernier vaisseau de colons humains hors de la terre et se retrouve seul sur la planète. Eva, Nicolina et La nuit où le sommeil s’en est allé sont aussi de bonnes nouvelles à lire avec plaisir, mais qui ne resteront pas marquées dans mon esprit. En revanche dans deux genres différents, La Guerre des arbres et Sainte Maggie des Acides, sont deux petits bijoux que je relirais avec grand plaisir. Même si la trame de La Guerre des arbres fait évidemment songer à JG Ballard (encore lui !) et à Brian Aldiss, j’y ai trouvé des échos d’Italo Calvino et une certaine fin poétique. Quant à Sainte Maggie des Acides, n’importe quel lecteur ayant grandi dans les années 80 et se souvenant de la politique intransigeante de Margaret Thatcher ne peut que glousser en imaginant la Dame de fer plonger dans un grand trip sous acide. Et en voyant Alan Moore lui succéder au poste de Premier ministre anglais, j’avoue avoir eu un très grand éclat de rire. Mission accomplie ?

Cartographie du désastre
de Cyril Amourette
Éditions l’Alchimiste

De bons présages (Good Omens)

S’il est des livres qui font partie du patrimoine culturel de la littérature de genre, De bons présages (Good Omens) de Terry Pratchett et Neil Gaiman mérite largement sa place dans le lot. Écrit à quatre mains par deux des plus grands auteurs de l’imaginaire britannique, ce livre est un petit bijou d’humour et d’ironie qui rassemble les thèmes chers aux deux auteurs. C’est aussi la première apparition de la Mort, qui deviendra par la suite un personnage emblématique du Disque-monde. Tout en étant comme souvent accessible avec autant de bonheur pour les jeunes ados et les adultes, avec tellement de niveaux de lecture que reprendre des années plus tard ce livre reste un plaisir. De quoi s’agit-il ? D’une alliance entre un démon, Crowley, et d’un ange, Aziraphale, tous deux à mi-chemin dans leurs hiérarchies respectives et devenus amoureux de la Terre depuis le temps qu’ils sont stationnés dessus. Alors quand l’heure de l’Apocalypse est venue, quitter leurs petits conforts terrestres (belle voiture pour l’un, librairie de rêve pour l’autre) est devenu impensable. Ils vont donc tout faire pour dérailler la Fin du monde. Ajoutez-y : une erreur à la maternité qui fait que l’Antéchrist n’est pas élevé par la bonne famille ; une prophétesse du 17e siècle aux prédictions parfaitement exactes et précises ; quatre cavaliers de l’Apocalypse qui ne manquent pas de piquants, dont Pollution qui remplace au pied levé Pestilence mis à la retraite par la découverte des antibiotiques… Et vous avez un cocktail détonnant qui provoquera de grands éclats de rire. À la relecture (en VO ce coup-ci), certains passages m’ont paru tirer un peu à la ligne, mais l’ensemble passe toujours aussi bien. Je me suis en revanche énormément amusée à voir les éléments de De bons présages qui ont été repris dans d’autres œuvres, dont la série TV Supernatural avec son Crowley, même si c’est loin d’être la seule. En attendant l’arrivée de la minisérie tirée du livre en 2019 sur la BBC et Amazon Prime, avec Neil Gaiman au scénario, je ne peux que vous encourager à lire ou relire cette merveille. Surtout si vous souhaitez découvrir l’un ou l’autre de ses auteurs. Ce livre est une bonne porte d’entrée vers leurs œuvres respectives.

De bons présages de Terry Pratchett et Neil Gaiman
Traduction de Patrick Marcel
Éditions J’ai lu

En bonus, la première bande-annonce de la série… J’avoue que David Tennant en Crowley et Michael Sheen en Aziraphale forme un casting d’enfer.
(mise à jour du 14 février 2019 : la série sera disponible à partir du 31 mai).