Eymerich ressuscité

S’il est une série de science-fiction étrange, c’est bien Le cycle de Nicolas Eymerich de Valerio Evangelisti. Alors que le onzième roman, Eymerich ressuscité, est sorti il y a quelques semaines chez La Volte, penchons-nous sur cet ensemble de livres qui fascinent les amateurs du genre tout comme ceux qui y sont farouchement réfractaires.
Au départ du cycle, il y a Nicolas Eymerich, inquisiteur catalan. Le personnage historique a réellement existé et n’était pas un tendre. Il est en effet surtout connu pour avoir écrit le Directorium Inquisitorium, le manuel du parfait inquisiteur qui sera utilisé du 14
e siècle à la fin de l’Inquisition. Son éponyme de fiction s’inspire de sa vie et arrive à être encore plus sanglant et austère. Les romans de Valerio Evangelisti suivent la trame de la vie de Nicolas Eymerich. Mais l’inquisiteur se retrouve à démêler des intrigues politiques souvent entrelacées d’un élément fantastique ou même horrifique, tandis qu’à deux époques ultérieures (l’une qui pourrait passer au début pour notre présent, et l’autre étant un lointain futur), des événements étranges viennent éclairer ce qu’affronte Nicolas Eymerich dans l’histoire principale. Et au fur et à mesure des romans, la trame globale des intrigues secondaires se poursuit.
Dans Eymerich ressuscité, l’enquête principale porte sur l’apparition soudaine d’un agitateur politique en Provence liée à des phénomènes inexpliqués (incendie d’églises, apparitions lumineuses dans le ciel, personnages tantôt vieux tantôt jeunes, etc.), celle dans une variante de notre présent se déroule en Arizona et suit l’arrivée de Marcus Frullifer (un autre personnage récurrent des romans) dans un observatoire bâti sur un cimetière indien. Et celle dans le lointain futur porte sur une mystérieuse expérience scientifico-religieuse dans un laboratoire sur la Lune. Comme d’habitude, les
trois intrigues se rejoignent, et le lecteur aura revisité au passage un moment de l’histoire médiévale, aussi bien dans sa complexité politique et religieuse que dans les détails de la vie quotidienne. Si le Nicolas Eymerich du roman est ascétique, intransigeant et glacial dans ses relations avec ses semblables, des petits détails comme sa peur phobique des insectes ou ses accès de compassion inopinés le rendent humain et donnent envie de connaître toujours plus son histoire. Pour guetter les failles dans son armure inquisitoriale ?

Eymerich ressuscité
de Valerio
Evangelisti
Traduction de Jacques Barberi
(les premiers romans ont été traduits par
Serge Quadruppani)
Éditions La Volte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.