Allez tous vous faire foutre !

Le moins que l’on puisse dire est que l’éditeur Sonatine a le sens du titre et de la couverture qui accrochent le regarde du spectateur. En traduisant The Price To Pay d’Aidan Truhen, le pseudonyme d’un écrivain britannique habitué à un genre plus sérieux, par Allez tous vous faire foutre !, il est sûr que le titre allait accrocher l’œil du lectorat. Et disons-le tout de suite, il correspond assez bien à l’état d’esprit de ce roman même si le langage de son narrateur, Jack Price est nettement plus policé. Du moins au début de son aventure.
Jack Price est en effet le prototype du criminel en col blanc tendance « start-up nation ». Ancien trader spécialisé dans le café, il s’est reconverti dans la distribution de cocaïne en s’appuyant sur un réseau très lâche de coursiers à vélo, d’applications de messagerie, d’indépendant de l’informatique, du graphisme ou du bâtiment. Il se définit comme l’Uber du trafic de drogue… Et mène une petite vie bien tranquille, jusqu’au jour où… Sa voisine du dessous, une vieille mégère qu’il n’apprécie même pas, meurt tuée par balles. Ce qui fait ne bien mauvaise publicité pour ses affaire. Il décide donc d’enquêter et, ce faisant, croise sur son chemin des assassins d’élite, les Sept démons. Sauvera-t-il sa peau ? Comment ? À quel prix ? Voici tout l’enjeu de ce livre.
Le rythme soutenu d’Allez tous vous faire foutre !, la narration — assez décousue — à la première personne et le sujet même du livre font largement penser à la série des John Wick en film. Sauf que Jack Price n’a ni le flegme ni le talent au tir ou en combat rapproché du personnage de Keanu Reeves, mais qu’il a en revanche un bagout de vendeur de voitures et une imagination débordante assortie à une absence totale de sens moral et de loyauté. Le résultat fait du roman d’Aidan Truhen une farce grotesque de violence, bardée de bons mots et de petites piques en passant à se tordre de rire. Sans pour autant, vous infliger une forte réflexion sur la psychologie des personnages ou l’évolution de la société. À noter que si l’auteur ne s’appesantit pas sur les différentes astuces technologiques utilisées par Jack, celles-ci — comme notamment le réseau Poltergeist — restent techniquement assez crédibles sans tomber dans les raccourcis de l’IT magique de nombreux livres, films ou séries TV, à l’exclusion de la série des Laundry Files où l’IT est réellement magique et dangereuse.  Si vous aimez les images outrancières et le style gonzo, ce livre est fait pour vous. Si vous êtes allergique à l’hémoglobine fictive — passez votre chemin.

Allez tous vous faire foutre !
d’Aidan Truhen
Traduction de Fabrice Pointeau
Éditions Sonatine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.