Avis d’invité : Un gars et son chien à la fin du monde

Ce blog s’ouvre parfois à d’autres lecteurs. Aujourd’hui, c’est Nicolas dit Bakaniko, ayant un âge réel de 39 ans mais ressenti de 8 ans, qui vient nous parler d’un récit post-apocalyptique qui l’a touché. Laissons lui la parole…

Un gars et son chien à la fin du monde est un roman écrit par C.A. Fletcher, un auteur écossais. Ce roman post-apo a été publié en 2019 en anglais sous le titre A Boy and his Dog at the End of the World aux éditions Orbit. Il a été traduit en 2020 par les éditions J’ai lu dans la collection Nouveaux Millénaires.
Que dire d’abord ? Parlons de son titre. A Boy and his Dog at the End of the World Il peut paraître plat comme ça, mais il y avait comme une certaine résonance avec ma situation au moment où j’en ai entendu parlé. Je vis seul avec son chien au milieu d’une pandémie de COVID-19. Ce genre de résonance.
Pour la petite histoire, c’est une amie qui l’a trouvé dans un magasin de livres d’occasion et m’a demandé si le livre m’intéressait. J’ai dit banco ! Sans aller plus loin. Il faut parfois prendre des risques dans la vie.
Alors ça raconte quoi ? L’Humanité a subi la Castration, un phénomène inexpliqué qui rend les humains majoritairement infertiles. Près de 150 ans après le début de celle-ci, il resterait moins de 10 000 humains au monde. Autant vous dire que les infrastructures se sont cassées la gueule et que les gens sont passés en mode survie rapidement. Ils vivent maintenant en petites communautés. C’est le cas de Griz, qui vit avec sa famille sur une île au large de l’actuelle Écosse. Griz a deux chiens, un mâle et une femelle. La population de nos fidèles compagnons est aussi fortement réduite. Devenus rares alors que tellement précieux dans ce monde redevenu sauvage et hostile. L’histoire, telle que la raconte Griz dans le journal de ses péripéties, commence quand un inconnu s’enfuit avec sa chienne Jess. Griz part donc à sa poursuite avec Jip, son deuxième chien. Le journal relate les rencontres et les embûches de Griz dans un monde dévasté et vidé de sa population. Nous découvrons à travers ses yeux les restes de notre civilisation où se battent pour leur survie des communautés humaines éparses. Contrairement à Mad Max, l’humanité a appris à se passer du pétrole et de l’électricité. Comme tout bon récit post-apo, la vie est difficile et les rencontres souvent périlleuses. C’est dingue comme la disparition de la civilisation fait ressortir le mauvais côté des gens.
Le style de C.A. Fletcher est simple et on s’attache rapidement à Griz et Jip. Le rythme alterne temps forts et temps plus calmes. Les rebondissements s’enchaînent bien et suscitent l’envie de savoir ce qui se passe la page d’après, le chapitre d’après. Avec toujours cette question : est-ce que Griz va finalement récupérer son cabot ? Ne vous attendez pas à un récit épique à la Dune, Griz ne part pas à la conquête du monde connu, mais à la recherche de son chien. Toutefois, l’histoire nous tient en haleine et le récit contient des rebondissements pas piqués des hannetons. Si vous aimez le post-apo, les chiens, ou les trois, achetez ce livre. Volez-le à une famille de survivants, empruntez-le à la bibliothèque ou à un ami, mais lisez-le. Vous passerez un bon moment en compagnie de Griz et Jip.

Un gars et son chien à la fin du monde
de C.A. Fletcher
traduction de Pierre-Paul Durastanti
Éditions J’ai Lu

La Boîte en os

La folie est-elle contagieuse ? L’amour idéal est-il la fusion entre deux personnes ? Si oui, jusqu’où pousser cette fusion ? À partir de ces deux thèmes, la poétesse Antoinette Peské a écrit en 1941 un très court roman gothique (ou une novella de taille normale suivant la nomenclature actuelle). Disponible depuis peu en version numérique, il m’a accompagné dans une nuit d’insomnie.
Tout commence lorsqu’un Français de passage à Londres tombe sur un vieil ami à lui qu’il a croisé étudiant en Écosse. L’homme vient tout juste de sortir de l’asile et se met à lui raconter comment il y est arrivé.
En changeant sans cesse d’époque et de narrateur, Antoinette Peske signe avec La Boîte en os un roman qui mêle habilement le roman sociétal à la française et les romans gothiques que les écrivains anglo-saxons du 18e et du 19siècle affectionnaient tant, la sensualité en plus. La lisière entre le fantastique et la réalité est toujours tenue. Suivant la sensibilité du lecteur, l’histoire prendra une tournure surnaturelle assez proche de certaines histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe ou sera le récit d’un malheureux concours de circonstances où la folie de l’artiste écossais contamine tout son entourage jusqu’à son ami français, devenu vieillard. En ayant eu l’explication du titre en lisant le résumé, je m’attendais à une fin assez prévisible et plutôt gore. J’ai été très agréablement surprise de voir que l’histoire était plus développée, et j’ai apprécié ce récit très macabrement poétique.

La Boîte en os
d’
Antoinette Peské
É
ditions Libretto

City of Ghosts

De mes différentes pérégrinations, j’aime rapporter des livres en lien avec les lieux visités. De Chicago, c’était The Devil in The White City de Erik Larson, d’Édimbourg le mois dernier ce fut City of Ghosts de Victoria Schwab. Oui, la même V.E.Schwab qui m’avait donné tant de mal à entrer dans sa trilogie Shades of Magic.
Il s’agit ici d’un livre classé en jeunesse. La plume de Victoria Schwab y est nettement plus à son aise et gagne en fluidité. Les personnages sont brossés rapidement, mais suffisamment précis pour ne pas être de simples marionnettes dans un théâtre d’ombres.
L’autrice nous plonge directement dans l’action sans se perdre dans trop de descriptions. Fille d’un couple d’enquêteurs du paranormal (comme Ed et Lauren Warren, mis en films dans la saga The Conjuring) Cassidy Blake est hanté depuis sa noyade par l’adolescent qui lui a sauvé la vie. Depuis, elle peut passer des deux côtés du Voile séparant les fantômes des vivantes. Quand ses parents l’entraînent de l’autre côté de l’Atlantique, à Édimbourg, ville peuplée de revenants, sa vie va devenir nettement plus compliquée. Non seulement elle devra se frotter à la cuisine britannique et aux différences de vocabulaire d’un pays à l’autre, mais en plus, étant dans une ville où les spectres sont plus nombreux, plus anciens et plus expérimentés, elle va devenir la proie du plus redoutable d’entre eux : la Corneille en rouge.
City of Ghosts est une histoire de hantise originale, qui se poursuit en ligne droite avec un rythme soutenu. Peut être est-elle pour une adulte habituée du genre un poil prévisible, mais ce n’est pas déplaisant. Qui ne connaît pas Édimbourg peut s’y laisser surprendre. Ceux qui ont déjà joué les touristes dans la capitale écossaise trouveront au fil des pages des figures connues comme Bobby le terrier, les soldats du château ou un certain jeune sorcier souvent vêtu de rouge et or.
Même si les adultes peuvent prendre beaucoup de plaisir à lire ce court roman, la cible idéale semble être les collégiens de l’âge de l’héroïne. En effet, la structure grammaticale du texte est simple, sans être trop simpliste,
et le vocabulaire clair (ou expliqué comme les « closes », ruelles si particulières de la vieille ville d’Édimbourg). Un livre idéal pour se plonger dans une première lecture en anglais.

City of Ghosts
de Victoria Schwab
Éditions Scholastic