Journal des années de poudre

Certains auteurs sont connus pour un genre littéraire particulier et du coup se retrouvent systématiquement classés dans les collections dédiées à ce genre, même lorsque l’ouvrage n’y correspond pas du tout. Le dernier exemple en date est Journal des années de poudre de Richard Matheson. Auteur et scénariste américain connu pour ses récits de science-fiction ou fantastique (Je suis une légende, L’Homme qui rétrécit, Le Jeune homme, la Mort et le Temps…), il a également écrit de la littérature généraliste dont ce Journal des années de poudre qui se retrouve dans la collection Lunes d’encre des éditions Denoël, spécialisée dans la SF et la fantasy. Et pourtant, malgré la couverture avec peu de rapport avec l’histoire, Journal des années de poudre est un western pur et dur. De la tendance désabusée que produisait le cinéma hollywoodien dans les années 1970. Richard Matheson y dresse le portrait de Clay Halser, jeune homme démobilisé à la suite de la Guerre de Sécession et qui s’ennuyant dans sa petite ville de l’Est décide de tenter sa chance dans l’Ouest sauvage. De garçon de salle dans un saloon à marshall et pistolero légendaire en quelques années, en passant par gibier de potence et évidemment cow-boy, Richard Matheson nous narre la gloire et la déchéance de Clay Halser avec ses propres mots. En effet, il choisit de présenter l’histoire de Clay Halser à travers ses journaux intimes de 1864 à 1876, assemblés, commentés et édités par un journaliste ami du pistolero. Et comme dans tout bon western, l’histoire se termine de façon tragique dans le sang et le bourbon, ce que nous savons depuis les premières pages du livre. Si comme moi, vous avez été bercé aux vieux westerns qu’ils soient Américains ou spaghetti version Sergio Leone, vous y retrouverez l’ambiance, la poussière et la violence pratique des films. Loin d’un Ouest idéalisé à La Petite maison dans la Prairie, Richard Matheson nous présente à travers les yeux d’un adolescent trop vite grandi comment l’Ouest américain s’est construit en forgeant ses propres lois au gré des circonstances et des hommes. À lire absolument, même s’il n’est pas habituellement dans votre genre de prédilection.

Journal des années de poudre de Richard Matheson Traduction de Brigitte Mariot Éditions Denoël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.