Franny et Zooey

Après quelques livres assez noirs, j’avais besoin d’un peu de légèreté et de me retrouver en terrain connu. En clair, j’avais une envie de relecture. Partie à la recherche d’un John Irving dans ma bibliothèque, je suis tombée sur un J.D.Salinger. Non pas le plus célèbre, L’Attrape-Coeurs, mais un petit roman en deux parties, Franny et Zooey, que j’avais nettement préféré aux aventures d’Holden Caufield à l’époque.
Écrit entre 1955 et 1957, ce très court texte résonne encore avec une belle actualité plus de cinquante ans plus tard. Et pourtant, Franny et Zooey n’a presque pas d’histoire et quasiment aucun rebondissement. Au départ, Frances Glass (dite Franny) est invitée par son petit ami à un week-end autour du premier match universitaire de l’année. Elle fait une crise d’angoisse existentielle mémorable et se réfugie dans l’appartement familial dans les hauteurs de Manhattan. Le gros du roman sera constitué par un dialogue et le plus jeune de ses frères ainés pour la sortir de sa dépression, Zachary Glass (dit Zooey).
Plus que l’histoire elle-même, tout le charme de ce livre réside dans l’écriture de J.D.Salinger et son don pour les dialogues et les descriptions. Cette plongée dans l’univers de la famille Glass est un pur délice pour qui aime les personnages loufoques. Celle-ci est composée d’un couple d’anciennes vedettes de music-hall, Les et Bessis, et de leurs sept enfants, tous d’anciens petits prodiges ayant tour à tour connu la gloire avec l’équivalent radiophonique de Questions pour un Champion.
Cette famille apparaît dans d’autres livres de Salinger comme Seymour, une introduction et Dressez haut la poutre maîtresse, charpentiers. Mais Franny et Zooey se concentre sur trois personnages, les deux plus jeunes enfants et leur mère, Bessie. Le mode de vie et les méthodes peu conventionnelles que la mère et le fils vont déployer pour sortir Franny de sa dépression sont tour à tour tendres, pathétiques, violents ou désopilants, mais ils fonctionnent parfaitement. Au passage, sous couvert de parler de littérature, de vie universitaire américaine ou de mysticisme, J.D.Salinger met dans la bouche de ses personnages quelques réflexions intéressantes sur la perception que l’on a de soi et des autres, la place dans la société et la façon dont on peut ou non faire changer le monde. Si vous avez aimé Daria lorsqu’elle passait sur MTV, ou si vous aimez les comédies acerbes et tendres avec un sens de la répartie affiné, penchez-vous sur Franny et Zooey, vous vous offrirez quelques heures de bonheur.

Avouez que cette réflexion reste largement d’actualité en cette fin d’année 2018, en France comme ailleurs dans le monde.

Franny et Zooey
de J.D.Salinger
Traduction de Bernard Willerval
Éditions Robert Laffont

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.