Lumières noires

Il est des écrivains qui vous plaisent sous tous les formats et d’autres non. Personnellement, j’aime beaucoup la poésie de Victor Hugo, mais je n’arrive pas à lire ses romans. Et quand j’ai tenté de lire la trilogie aux trois Hugo de N.K.Jemisin, Les livres de la Terre fracturée, j’ai lâché le premier tome, La cinquième saison, à mi-parcours bien qu’il soit largement cité comme Incontournable récent de la SFFF selon le bilan de Nevertwhere. Pourtant, un certain chroniqueur m’a convaincue de lui donner une seconde chance. C’est chose faite avec son recueil de nouvelles, Lumières noires qui contient de petits bijoux. Décidément, N.K.Jemisin novelliste me séduit nettement plus que N.K.Jemisin romancière. Et ce, qu’elle écrive dans le genre fantastique, dans différentes déclinaisons de la science-fiction ou de la fantasy pure.
Ce recueil compte vingt-deux nouvelles, toutes très différentes les unes des autres. Certaines m’ont laissé de marbre comme Avide de pierre (dans le même univers que sa trilogie) ou MétrO. D’autres semblent des mises en bouche qui laissent le lecteur sur sa faim, des galops d’essai. C’est le cas de Ceux qui restent et qui luttent, Grandeur naissante ou la Fille de Troie. L’alchimista, Le narcomancien, Cuisine des mémoires et Pécheurs, saints, spectres et dragons — la cité engloutie sous les eaux immobiles ont chacune à leur façon su me toucher par les émotions qu’elles dégagent. La dernière a visiblement été écrite à vif par l’autrice, qui semble y avoir mis beaucoup de sa propre expérience et de son ressenti, tout comme Major de promotion ou La sorcière de la terre rouge.
Le quatrième de couverture parle de « nouvelles sombres et engagées », et il est vrai que N.K.Jemisin est engagée dans son écriture : femme noire vivant aux États-Unis, nombre de ses nouvelles comme Épouses du ciel, Nuages Dragons ou Le moteur à effluents parmi d’autres (y compris des précédentes) parlent de féminisme, de race ou de problème de classe quand ce n’est pas tout à la fois. Mais, elle n’assène jamais de leçon de morale et se contente de proposer une histoire. Au lecteur de réfléchir après coup sur les émotions reçues et de se faire une opinion. En revanche, le qualificatif de nouvelles sombres n’est pas exact. Certes, certaines sont dures ou avec des fins tragiques comme Vigilambule, mais celles optimistes sont
nettement plus nombreuses. Et quelques-unes sont franchement amusantes comme Le moteur à effluent. Que vous l’aimiez en romancière ou non, ou que vous vouliez avoir un bon aperçu de l’étendue de son talent, le recueil Lumières noires est un bon point de départ.

Lumières noires
de
N.K.Jemisin
traduction de Michelle Charrier

Éditions
J’ai Lu

La Cité de l’orque

Encore une fois, voici un livre qui m’a été chaudement recommandé par différentes connaissances, et que j’ai mis du temps à lire. Et pourtant… La Cité de l’orque de Sam J. Miller joue habilement avec les codes du cyberpunk pour conter une histoire à la fois épique et intimiste, plutôt originale. Jugez-en… Nous sommes au 22siècle, la montée des eaux et la course effrénée à l’immobilier ont entraîné un effondrement des grandes puissances comme les États-Unis au profit d’autres acteurs : pays comme la Chine ou la Suède, compagnies ou mystérieux « actionnaires » anonymes. Pour survivre, l’Humanité s’entasse dans des cités flottantes, dont Qaanaaq au cercle arctique, où se déroule le récit. Dans cette ville cosmopolite dirigée par un conglomérat de logiciels (qui ne sont pas des intelligences artificielles, mais des programmes évolutifs conçus par les architectes de la ville), une femme débarque un jour à dos d’orque accompagnée d’un ours blanc encagé.
La Cité de l’orque est à la fois l’histoire d’une révolution contre un système tout aussi oppressif qu’il est impersonnel, que celle de la réunion d’une famille étrange où chacun de ses membres est ressorti meurtri de la violente séparation qui leur a été imposée. Aux éléments classiques du cyberpunk que sont l’utilisation de drones, de systèmes de surveillance par implants ou de nanites, La Cité de l’orque va ajouter des éléments comme les « failles » une maladie donnant accès aux souvenirs et à la conscience des autres malades, la possibilité de partager sa conscience avec un animal ou divers éléments autour des différents genres humains et de la façon dont ils s’envisagent à cette époque.
Non dénué de défaut
s dont quelques longueurs et un choix étrange du pluriel pour faire parler le seul personnage non-binaire du lot, La Cité de l’Orque surprend par son originalité et la force de ses personnages. L’auteur développe un point de vue intéressant qui fait que je me pencherais volontiers sur ses autres romans.

La Cité de l’orque
de Sam J. Miller
traduction de
Anne-Sylvie Homassel
Éditions Albin Michel Imaginaire

Station Metropolis direction Coruscant

Et si la science-fiction, même dans ses œuvres les plus proches de la pop culture que sont les gros blockbusters hollywoodiens, nous en apprenait plus sur le monde d’aujourd’hui ? Si vous lisez régulièrement ce blog, vous saurez que j’en suis convaincue. Et Station Metropolis direction Coruscant d’Alain Musset paru dans la collection Parallaxe consacrée aux essais de Le Bélial’, en est une preuve supplémentaire.
Plus particulièrement, ce livre prend un angle d’étude originale : les villes imaginées par la science-fiction et plus exac
tement, les grandes métropoles tentaculaires comme les fameuses Metropolis (celle de Fritz Lang, celle de Rintaro est superbement ignorée comme, à l’exception de Gunnm et Blame!, la majorité des productions japonaises récentes) et Coruscant du titre. Mais également la Trantor de Fondation, les garennes de Dosadi ou les monades urbaines imaginées par Robert Silverberg. Même la cité d’Avance rapide et les reconstitutions numériques du Samouraï virtuel ont droit à leur mention.
Plus qu’un recensement des différentes formes de ville, Alain Musset passe sans arrêt de la fiction à la réalité et retour, pour montre comme la forme des villes et certaines de ses structures (en particulier les gratte-ciels et les centres commerciaux) formatent les sociétés et l’esprit de ses habitants. À chaque grande partie, Alain Musset va s’attacher à un aspect de ces villes géantes : la géographie même de la ville et son impact sur son
environnement, qu’il soit immédiat ou galactique ; la stratification par classe sociale et par hauteur de lieux de vie ; la géographie de la peur entre bidonvilles, mafia et criminalité ordinaire ; et le contrôle de la ville ou de certains de ses espaces sur ses habitants, nos fameuses « smart cities » mises en avant par les industriels actuels.
Disons-le franchement, Alain Musset n’est pas tendre avec l’habitat urbain, qu’il soi
t actuel ou futuriste. Et encore moins avec les différentes politiques de la ville et tendances économiques en cours ou imaginées dans le futur. En revanche, il arrive à faire d’un sujet a priori plutôt aride un livre passionnant et richement documenté. Et me faire voir la saga Star Wars sous un angle prolétaire relève d’un tour de force pas toujours évident pour cette grosse machine à sous passée dans le giron de Disney. Vous lirez ce livre rapidement d’une traite, même s’il ne s’agit pas d’une fiction, puis vous y reviendrez par petits bouts pour retrouver une idée en particulier ou une référence qui vous donnera envie de reprendre sous un autre angle un livre, une série ou un film. Personnellement, je vais me replonger dans certaines des aventures de Valérian et Laureline en BD.

Station Metropolis direction Coruscant
d’Alain Musset
Éditions Le Bélial’