Apocalypse Nyx

Les lectures se suivent et ne se ressemblent pas. Après un roman jeunesse explorant les mœurs de la bonne société londonienne au 19e siècle, Apocalypse Nyx de Kameron Hurley est noir, très noir. Sentant la sueur, la poussière, la lavande et le sang, Apocalypse Nyx est une collection de novellas, ces récits trop gros pour être de simples nouvelles mais trop courts pour être vendus en romans. Ils s’inscrivent dans l’univers de Bel Dame Apocrypha, une trilogie de science-fantasy non traduite en français à ma connaissance. Toutes les novellas ont en commun leur personnage principal : Nyxnissa so Dasheem, mercenaire dans un monde en guerre perpétuelle où la magie se mêle à la biotechnologie de pointe. Chaque histoire relate une mission de Nyx et de son équipe. Chacune met en avant, sur un fond particulièrement graphique et sanglant, leur relation. À tout juste 30 ans, Nyx a déjà survécu à la guerre, à l’incorporation dans un commando d’assassins d’élite, à la prison et à une situation familiale plutôt tordue. Tout ce qu’elle veut c’est boire, manger et forniquer, pas forcément dans cet ordre-là. Et si elle se dit prête à tout pour mener à bien les missions pour entretenir son train de vie, elle a tout de même ses limites morales. Chaque récit va se charger de lui rappeler l’une d’entre elles.
À première vue, Apocalypse N
yx n’est qu’un récit militariste noir de plus. Pourtant ce n’est pas le cas. L’autrice, car oui Kameron Hurley est une femme, a choisi d’inverser les rôles. Sur ce monde perdu dans l’espace et jamais nommé, les femmes sont le sexe fort. Les préjugés vis-à-vis des hommes (faibles et inconstants, devant être guidés constamment dans la bonne direction, bons uniquement pour servir de chair à canon et de reproducteurs) sont un calque avec juste ce qu’il faut de différences pour ne pas tomber dans la caricature de la situation actuelle des femmes dans beaucoup de sociétés. Pourtant, les femmes n’ont pas non plus le beau rôle dans Apocalypse Nyx. Elles y sont veules, alcooliques, droguées, sadiques, égoïstes ou enfermées dans un fondamentalisme militaro-religieux terrifiant. Au milieu de tout ceci, Nyx, désabusée et violente, sert de porte d’entrée au lecteur pour découvrir cet univers. Et j’avoue que Kameron Hurley a réussi son coup. Ces cinq vignettes de la vie de Nyxnissa so Dasheem m’ont rendue curieuse et je tenterai sûrement à l’occasion une plongée dans la trilogie de Bel Dame Apocrypha.

Apocalypse Nix
de Kameron Hurley
Éditions Tachyon