Wombs, suite et fin ?

Couverture du dernier tome de Wombs paru chez AkataJe vous ai déjà largement parlé de Wombs, le manga de science-fiction militaire de Yumiko Shirai. Disponible depuis juin dernier, il s’est achevé sur un cinquième tome le 28 avril dernier. Si vous hésitiez encore à lire la série par peur de rester sur votre faim, ne craignez rien. La guerre entre les First et les Seconds arrive à sa conclusion avec son lot de trahison et de revirements, et les nibas, ces créatures étranges dont les auxiliaires de transfert porte des fœtus pour accéder à leurs pouvoirs psychiques, interviennent à leur tour dans la bataille.
Plus mystiques et s’éloignant du récit de guerre vu de la ligne de front, ces deux derniers tomes s’oriente plus vers un récit d’espionnage et un morcellement des luttes. En effet, la force brute et la stratégie ne suffiront pas à mettre fin au conflit. Non plus que d’envisager le contrôle global des populations sans tenir compte de leurs individualités. C’est d’ailleurs l’individualisme de Mana Oga et de la sergente instructrice Almare qui vont trouver chacune à leur façon le bon moyen pour arrêter les hostilités, quitte à se replonger dans des épisodes douloureux de leur passé respectif. Et les nibas ? À la différence des récits classiques du genre, ces entités non humaines endémiques à Jasperia ne sont pas les ennemis. Au contraire, pacifiques et étant guidées par les émotions, elles vont montrer aux humains que la voie vers la paix passe par l’expression des sentiments.
Est-ce la fin de l’aventure ? Pour les protagonistes de Wombs, c’est tout à fait possible. Pour les lectrices et les lecteurs, non. La mangaka a écrit un
e préquelle en deux volumes, Wombs Cradle, centrée sur Almare. Nous sommes quelques années après le début du premier conflit entre les First et les Seconds, et la technologie permettant d’implanter un embryon extra-terrestre dans un corps humain en est à ses débuts. Alors qu’une trêve fragile existe, les Wombs sont qualifiées de terroristes à tel point que toute femme enceinte doit en permanence porter une tenue identifiant sa grossesse comme autorisée au risque d’être éliminée à vue par les droïdes. Ancienne militaire, Almare est devenue résistante et poursuit un but qui lui est propre.
Notons que l’éditeur français, Akata a choisi de suivre la même voie que pour Boys of the Dead. En attendant une sortie papier prévue courant 2023, il prépublie en numérique un chapitre par mois environ soit à l’achat, soit avec l’abonnement sur la plate-forme Manga.io.

Premier chapitre de Wombs Cradle

Wombs
Wombs Cradle chapitre 1

de Yumiko Shirai

traduction d’Alexandre Goy
Éditions Akata

Suivi de mangas

Il y a quelques mois, je vous parlais de premiers tomes de mangas, en me demandant s’ils valaient le coup de continuer plus avant. Pour deux séries, ayant continué ma lecture, j’ai ma réponse. Découvrons donc…

Sarissa of Noctilucent Cloud – tome 4

À la sortie du premier tome, je me demandais si l’histoire saurait gagner en originalité ou si cela resterait celle d’un shonen de bagarre aérienne classique avec des kaïjus. Au sortir de ce quatrième tome, je dirais que Sarissa se situe toujours à mi-chemin entre ces deux tendances. Mais ce titre est surtout diablement addictif. Les personnages sont particulièrement attachants, et leur psyché a plus de profondeur que prévu. Quitte à appuyer là où ça fait mal, comme le passé du pilote français présenté comme un ex-skin raciste qui en dit beaucoup sur l’image de notre pays à l’étranger… Les mystères également s’épaississent et nous ne sommes pas dans la configuration bateau : un volume, un nouvel arpenteur à affronter. Qui sont les Anciens ? Pourquoi Danke et la nouvelle fireball ont-ils une apparence aussi étrange ? Que sont au juste les arpenteurs ? Que veut réellement Mum ?
Vous l’aurez compris, Sarissa est devenu pour moi l’un de ces titres détente que j’attends et que dévore aussitôt acheté. Les explications et notes en fin de volume font également partie de mon plaisir de lecture, en passionnée d’aéronautique.


Sarissa of Noctilucent Cloud
de Miki Matsuda (scénario) et Kome (dessins)
traduction de Akiko Indei et Pierre Fernande
Éditions Panini

Wombs – tome 3

Si les deux premiers volumes m’avaient convaincue de la qualité de cette série (même si son thème sous-jacent peut ne pas plaire à tous les publics), ce troisième tome de Wombs confirme cette impression en étant néanmoins plus classique. Mana Oga et ses collègues des forces de transfert ne voient qu’une partie de la guerre en cours et même leurs supérieurs ne jouent pas franc-jeu avec elles. Rien que de très normal dans une fiction militaire, mais même dans cet épisode de transition Yumiko Shirai arrive à nous captiver. Ici, plus que le changement de poste de Mana Oga, j’ai particulièrement apprécié d’en apprendre plus sur les navis et sur la population autochtone de la planète, les nibas. Si la guerre reste présente, l’action sur le front physique laisse la place à des combats psychiques que ce soit pour conquérir de nouveaux points de transfert ou pour que la protagoniste maîtrise ses nouvelles compétences tout en conservant sa santé mentale. Seul bémol, le style parfois trop précipité de la mangaka qui rend certains passages difficilement lisibles. La suite étant prévue pour janvier 2022, je vais la guetter avec impatience…

Wombs
de Yumiko Shirai
traduction d’Alexandre Goy
Éditions Akata

Wombs

Que vous aimiez ou non les mangas, si vous aimez la science-fiction bourrée d’action et intelligente, après avoir lu les deux premiers tomes de Wombs, je ne peux que vous conseiller ce manga de Yumiko Shirai. Terminé en cinq tomes (le troisième est annoncé en français le 23 septembre prochain), ce titre a valu à son autrice d’être la troisième mangaka seulement à avoir reçu le Nihon SF Taisho Award (grand prix japonais de la SF, équivalent pour ce pays d’un Hugo pour la sphère anglophone) après Katsuhiro Otomo pour Dômu et Moto Hagio pour Barbara Ikai. Dès les premières pages, la justification de ce choix est évidente. Au croisement entre L’Étoffe des Héros et Alien, mâtiné de Full Metal Jacket, Wombs est un pur seinen, d’action et de science-fiction qui plonge son lectorat dans le quotidien de conscrits luttant pour défendre la planète où leurs ancêtres se sont établis. Sauf que… Ces soldates sont de jeunes femmes et qu’on leur implante un pseudo-embryon extra-terrestre, pour leur donner des pouvoirs de téléportation et de clairvoyance. Reprenant les codes du seinen d’action tels que définis par Akira, Yumiko Shirai les applique au cœur de la féminité : la grossesse et l’envie ou non d’avoir des enfants. Elle y aborde également des thèmes sensibles comme la colonisation et les relations avec les populations autochtones, la lutte des classes (la guerre se joue entre la première vague de colons, les « firsts » qui ont voyagé à bas prix, gelés en se trainant moins vite que la lumière ; et la seconde qui, plus aisés financièrement, a bénéficié de moyens techniques plus importants et est arrivé plus vite sur une planète déjà défrichée) ou la place de l’individu face au collectif. En suivant la trame de Full Metal Jacket, le premier tome nous plonge dans le bain en montrant la protagoniste, Mana Oga, fraichement recrutée chez les auxiliaires de transfert, à l’entraînement et découvrant l’armée de l’intérieur. Le suivant nous en dit un peu plus sur les entités implantées dans les soldates et leur pouvoir, mais également les raisons de cette guerre, tout en poussant les lecteurs à s’attacher à Mana Oga et ses coéquipières. Et à la fin ? Vous êtes tellement intrigués par cette histoire que comme moi vous piafferez d’impatience pour découvrir la suite.


Wombs
de
Yumiko Shirai
traduction d’Alexandre Goy
Éditions
Akata

The Institute

Décidément, il ne fait pas bon être un enfant dans les livres de Stephen King. Son dernier en date, The Institute (L’Institut en français) en est la preuve formelle. Reprenant l’idée de Charlie avec des enfants dotés de pouvoirs psychiques rassemblés et soumis à des expériences pour le « bien commun », dans son dernier roman Stephen King modernise l’idée et montre ce qu’on pourrait en faire en 2019. Sa Charlie s’appelle désormais Luke Ellis et, à défaut d’allumer des feux, peut bouger les plats à pizza -vides- d’une pensée. Le jeune Luke, 12 ans, est également un prodige s’apprêtant à entrer simultanément au MIT et à Harvard, mais cela n’intéresse pas l’Institut. Seuls ses quelques talents télékinétiques et sa télépathie latente intéressent l’organisme qui le gère. Sauf que… à force d’expérimentation et de séances de tortures, les membres de l’Institut vont réveiller leur pire ennemi et amener ainsi leur destruction complète. Voire, s’ils disent vrais, peut être plus…
Est-ce la période ? Lire confinée une histoire où l’enfermement et l’isolation tient une si grande place n’est pas des plus faciles. Est-ce le fait que Stranger Things, hommage plus qu’appuyé à l’œuvre précédente
de Stephen King, soit passé par là ? Toujours est-il que The Institute est un roman solide de l’auteur, mais pas un roman inoubliable ou marquant. La rencontre entre le flic désabusé et le jeune mutant échappé (Hopper et Eleven dans Stranger Things, Tim et Luke dans The Institute) m’a donné l’impression d’avoir été vue et relue plus d’une fois. Plutôt dense (859 pages dans la version anglaise), le roman a une construction éclatée entre le Maine et la Caroline du Sud passant d’un protagoniste à l’autre. Cette narration permet d’apercevoir cet Institut sous toutes ses facettes, mais n’est pas des plus faciles à suivre. En revanche, j’ai apprécié qu’à part une vague mention en passant à Jerusalem’s Lot (la ville de Salem entre autres), les autres œuvres de Stephen King ne soient pas mêlées à l’histoire. Et contrairement à L’Outsider, même si l’auteur reprend des thèmes qu’il a maintes fois abordés, The Institute reste suffisamment original pour que même le lecteur le plus averti de Stephen King ne puisse prévoir complètement ce qu’il va se passer dans les pages suivantes. Toujours aussi bien écrit, le roman se lit très facilement et ne se lâche pas aisément. Une valeur sure sans être un chef-d’œuvre.

PS : Confinement lecture oblige, le roman est disponible en numérique aussi bien dans la version originale que dans sa traduction française.

The Institute
de 
Stephen King
Éditions
Scribner