Où trouver de la lecture en période de confinement ?

Si vous êtes coincés chez vous comme une bonne partie de l’Europe en ce moment, que faire ? Lire. Oui mais quoi ? Vous pouvez d’ores et déjà relire vos livres en votre possession. Ou comme le souligne Ombresbones sur son blog, le COVID-19 et les mesures de confinement, dont la fermeture des librairies et des bibliothèques, vont mettre à mal un secteur déjà bien fragile. Ce court billet de blog est destiné à vous fournir des pistes pour trouver de nouvelles idées de lectures, gratuites ou non, et des idées pour soutenir vos maisons d’éditions et libraires préférés. Vous pouvez sous les commentaires ou via les différents réseaux sociaux où je suis active me donner vos bons plans et je les ajouterais au fur et à mesure.

Où se procurer des livres gratuitement ?
— Gallica, le site de la Bibliothèque Nationale de France regorge de livres, de manuscrits de textes numérisés, avec notamment des listes de livres libres de droits à télécharger en fonction de vos envies ou de vos âges.
— Le Projet Gutenberg propose plus de 54 000 livres en accès libre, en anglais, en français, en portugais ou en allemand. Le site est vieillot, mais l’offre est très intéressante.
Et ce site fait la même chose pour la littérature jeunesse. Celui-ci également mais en plusieurs langues.
— Framabook propose des titres divers et variés, dont Working Class Heroic Fantasy. Tout comme Ebooksgratuits.
— À
l’image de la ville de Paris, de nombreuses bibliothèques proposent des prêts en numérique. C’est l’occasion de tester alors que les bibliothèques physiques sont elles fermées.
— 
La SNCF a également une bibliothèque de livres à disposition.
— 
Vous avez également la possibilité de tester des livres audio comme sur Litteratureaudio, bibliboom, Livreaudio (attention gratuité temporaire pour le confinement) ou Librivox.
Exceptionnellement certains auteurs mettent une partie de leur œuvre à la disposition de tous comme Stjepan Sejic (attention les BD proposées sont pour adultes avertis), Neil Gaiman (en anglais), Graham Masterton (en anglais), Tade Thompson (en anglais), Alexandre Jarry,
Neil Jomunsi et notamment son Projet Bradbury ou beaucoup d’autres… Un bon moyen de les retrouver est de suivre le mot-dièse #ConfinementLecture. Certains éditeurs comme Dargaud, Glénat, Delcourt, Zones, Les éditions du 38, Zulma, le Tripode ou Biscoto en font autant. Les distributeurs s’y mettent aussi comme la FNAC ou le Furet du Nord.
Les livres d’art du musée Guggenheim sont disponibles eux gratuitement à cette adresse.
Autres mesures exceptionnelles :
– l’Opération Bol d’air : un livre numérique par jour à télécharger à partir du 21 mars !
ConfinementLecture qui vous expédie cinq livres numériques ou un livre audio par jour.
Certains en profitent pour expérimenter comme cette série audio à écouter sur Instagram.

Comme ajouté par Jean-Daniel Brèque en commentaire, d’autres sites gratuits:
Project Gutenberg Australia (ne fait pas double emploi avec l’américain; uniquement en anglais, je crois):
http://gutenberg.net.au/
Roy Glashan’s Library (surtout en anglais, mais un peu d’allemand… et de latin!):
http://freeread.com.au/
Et bien sûr le grand ancêtre (en majorité en anglais; attention! leurs ebooks sont parfois bruts de décoffrage, on préférera les fichiers pdf/images):
https://archive.org/

Où trouver de la lecture payante ?
Lire gratuitement c’est bien, mais les autrices et auteurs et toute la chaîne de vente du livre ont aussi besoin du soutien des lecteurs. Comment faire ? Si vous aimez lire en numérique ou en audio achetez par ce biais. Outre l’omniprésent Amazon vous trouverez de bonnes lectures sur 7 switch, Emaginaire, Les Libraires ou ePagine, entre autres. Vous pouvez également dans certains cas acheter directement sur le site de l’éditeur, c’est le cas pour Le Bélial’, Les Moutons électriques, les éditions Dystopia, Plumes du Web, MxM Bookmark et bien d’autres. Noir d’absinthe propose une opération spéciale : tout le catalogue téléchargeable à prix libres avec une nouveauté en prime. Passez par défaut sur le site de vos maisons d’édition préférées et regardez s’il n’y a pas de boutique numérique associée.

Si vous préférez lire en version papier, et si votre commerce alimentaire de proximité n’a pas un rayon librairie étoffé, il faudra patienter un peu. MAJ du 27/03/20 La Poste a réduit ses activités à l’essentiel et des livraisons sont désormais réservées à des produits de première nécessité (comme les médicaments ou la nourriture). Vous pouvez alors soit passer commander sur le site de la maison d’édition (et toutes ou presque ont une boutique pour les expéditions papier), soit passer par des sites, outre l’omniprésent Amazon, comme Librairies indépendantes ou Places des libraires (qui vend également du numérique). MAJ du 17/03/20 Ces sites ont annoncés ne plus assurer la livraison de livres papier jusqu’à la fin du confinement pour ne pas mettre en danger inutilement les livreurs. En revanche, comme votre libraire de quartier ou spécialisé va fermer, il est peut être temps de faire un effort et de lui commander quelque chose qu’il vous expédiera ou que vous irez chercher post-confinement, histoire de lui constituer une réserve de trésorerie pour les frais et payer l’équipe ? Les explications du Renard doré à ce sujet sont limpides. Celles de la Libraire Scylla également.

Et si la BD devenait mouvante ?

J’ai beau lire aussi bien en version numérique qu’en version papier, pour la BD à quelques exceptions près je préfère de loin le papier. Pourquoi ? Tout simplement parce que je passe suffisamment de temps pour le travail à regarder des écrans, sans en plus me coltiner des reflets brillants sur l’ordinateur ou la tablette en lisant un comics. Surtout si je dois en plus pincer l’écran pour zoomer et dézoomer sans arrêt afin d’apprécier chaque case.

À moins que la BD ne soit pensée directement pour ces supports. Plusieurs expériences sont en cours. Et celle d’André Bergs est particulièrement intéressante. Il propose en effet une très courte BD à télécharger gratuitement — sous iOS uniquement hélas — et particulièrement bien pensée. Avec l’accéléromètre, les personnages bougent en fonction de l’action. Les dessins sont en 2D et en 3D ce qui donne de la profondeur à l’action, et si vous voulez voir plus de finesse vous pouvez taper pour zoomer sur une case. Qui plus est l’histoire, à l’humour assez grinçant, est courte et bien trouvée.  Une expérience à suivre ? Vous pouvez tester par vous-même la BD en téléchargeant l’application sur l’AppStore ou regarder la bande-annonce ci-dessus. N’hésitez pas à me donner votre avis sur cette façon de lire des BD.