Eschatologie du vampire

Si à la fin de Humain.e.s, trop humain.e.s vous pensiez en avoir fini avec Navarre et les autres personnages de l’Altermonde et des différents royaumes, réjouissez-vous. Ceux-ci sont de retour dans le recueil Eschatologie du vampire, paru tout récemment. Regroupant dix nouvelles parues de façon éparpillées entre 2006 et 2015, ce recueil peut également se lire comme un roman de la première nouvelle, Mosquito Coast, à la dernière, Gilles au bûcher.
En effet, elles sont classées par ordre chronologique et si ce cher Navarre n’apparait pas dans toutes, les histoires se répondent de l’une à l’autre. Le ton peut être parfois primesautier comme dans Le Sceau d’Alphonse ou dans Jingle Hells, ou au contraire dur et âpre comme dans L’Ogre de ciment.
Le style varie également du western crépusculaire de Mosquito Coast à la science-fiction post-apocalyptique, en passant par le conte de fées urbain de Mémorial en prime avec une gentille sorcière. La galerie de personnages, tant les humains que les autres, qui y sont présentés ne manque pas de différentes nuances. Il n’y a guère que ce cher Gilles qui soit pleinement détestable. Il faut dire que Jeanne-A Debats n’hésite pas à les malmener et leur faire subir les pires des souffrances. En quelques mots, quelques lignes, elle vous fait comprendre l’horreur qu’ils ont subie ou réalisée, et vous laisse gérer émotionnellement votre empathie ou votre dégoût vis-à-vis d’eux. Certains des textes ne sont donc pas à mettre entre toutes les mains, tenez-en compte. En revanche, même si comme le titre l’indique, il s’agit de parler de la fin des temps, le recueil Eschatologie du vampire n’est pas si désespéré que ça… La plupart des personnages humains s’en sortent au final pas si mal, et Navarre mord encore à la fin des pages. Laissant présager une suite ? Rien n’est moins sûr… Mais sait-on jamais avec ce blondinet aussi attachant qu’irritant ? D’autant qu’avec sa longévité, il est certainement possible de revenir sur des époques encore peu abordées dans ses différentes apparitions.

Eschatologie du vampire
de Jeanne-A Debats
Éditions
ActuSF

La divine proportion

Polar futuriste, La divine proportion de Céline Saint-Charle commence de façon assez légère pour finir dans une atmosphère très noire. En cette fin du 21siècle, l’Amérique a sombré dans une théocratique phallocrate. Par réaction, en France, un certain Rollin a été élu président malgré ses élucubrations philosophiques sur le nombre d’or et la loi du Talion (le fameux « œil pour œil, dent pour dent » de l’Ancien Testament). Justement cette dernière est devenue, grâce à de nouveaux développements dans les interfaces homme-machine la pierre angulaire du système judiciaire français. Les criminels sont soumis à un Talion psychique où ils revivent les souffrances de leurs victimes. Pendant ce temps, des flots d’Américaines fuient leur pays et se réfugient en France, condamnées elles et leurs enfants à vivre sans existence légale. Dans ce monde, Lena, jeune journaliste Web au caractère bien trempé (comprendre comme souvent pas facile à vivre pour son entourage) et un inspecteur de police à une semaine de la retraite, vont enquêter sur la disparition de Cerysette de son orphelinat. Et découvrir un complot autour du système du Talion.
Habituée aux polars, j’ai vu assez rapidement où allait mener l’intrigue, mais je me suis laissé
e porter par l’écriture de Céline Saint-Charle et par sa galerie de personnage haut en couleur. Si les deux protagonistes m’ont laissée assez indifférente, car trop classiques, la mère maquerelle, son homme à tout faire et la médecin légiste sont de véritables réussites. L’univers même de cette France à la fois si différente et pourtant si proche de la notre fut une découverte agréable, même si La Divine proportion ne nous en montre qu’un petit bout. La fin en demi-teinte ne promet pas réellement de suite, mais peut-être pourrait-on retrouver d’autres histoires, policières ou non, dans cet univers ?

La divine proportion
de Céline Saint-Charle
Éditions
Livr’S

Testament 1, 2 et 3

L’urban fantasy française de qualité est encore très rare. Et les séries d’urban fantasy avec un début et une fin programmée qui ne s’étale pas sur une dizaine de tomes sont d’une espèce encore plus rare. C’est donc peu dire que Testament, la trilogie de Jeanne-A Debats, est un spécimen excessivement rare.
L’histoire est celle d’Agnès Cleyre, une demi-sorcière affligée de multiples allergies et d’un don pour voir les fantômes, navigant dans un Paris d’un futur relativement proche de nous. Dans les rues bien connues des Parisiens, elle y croise tous les membres de l’Altermonde (loups-garous, vampires, sirènes, sorcières, anges et nymphes). Embauchée dans l’étude notariale de son oncle, elle doit en démêler les imbroglios judiciaires tout en domptant ses propres pouvoirs et en découvrant le secret de ses origines.

Attention, malgré son ton primesautier et sous des dehors légers et humoristiques, les trois volumes de Testament (L’Héritière, Alouettes et Humain.e.s, trop humain.e.s) ne sont pas à mettre entre toutes les mains. Les amoureux d’architectures risqueront de souffrir à certains passages, même si personnellement je me suis régalée de la destruction du centre Beaubourg et du Sacré-Cœur (et, comme Agnès beaucoup moins de la bibliothèque du centre). Et certains passages, notamment ceux où intervient Navarre le vampire, sont particulièrement crus et rappellent des réalités oubliées d’époque lointaine ou non. Ajoutez-y des personnages aux couleurs politiques (variées) mais passionnés et une critique bien sentie du tout sécuritaire que connaît depuis plusieurs années notre pays pour que certaines âmes sensibles se sentent mal à l’aise. Pour les autres, ces trois livres se dévorent littéralement. Même si, effectivement la fin ne peut être que définitive, je n’ai eu qu’un regret en refermant le troisième volume : en avoir fini avec des personnages aussi attachants.

Testament : l’Héritière
Testament : Alouettes
Testament : Humain.e.s, trop humain.e.s
De Jeanne-A Debats
Éditions ActuSF