The Scar

Après Perdido Street Station, continuons notre voyage en Bas-Lag en compagnie de China Miéville. Sauf que ne trouvant plus la version française (toujours traduite par Nathalie Mège) Les Scarifiés, j’ai donc lu cette deuxième histoire, The Scar, dans sa version originale. L’action démarre quelques mois ou semaines après les événements de Perdido Street Station. La … Continuer la lecture de « The Scar »

Perdido Street Station

Si vous flânez habituellement sur les pages de ce site, vous savez que j’ai une tendresse particulière pour l’écriture de China Miéville. Et au cœur de l’été, l’envie me prit de relire l’œuvre par laquelle je l’ai rencontré : Perdido Street Station. Ce roman est le premier de sa trilogie se déroulant à Bas-Lag et fut … Continuer la lecture de « Perdido Street Station »

Un homme d’ombres

Quand on me parle de « New Weird » en littérature, je suis toujours curieuse. Soit le résultat est fascinant, comme presque tous les écrits de China Miéville, soit il me laisse dubitative comme la trilogie de Jeff Vandermeer dont le premier volume, Annihilation, vaut largement plus que les deux suivants. Avec Un homme d’ombre, Jeff Noon … Continuer la lecture de « Un homme d’ombres »

En quête de Jake et autres nouvelles

Halloween est la période idéale pour parler de livres fantastiques et de cauchemars. Et, En quête de Jack et autres nouvelles, le recueil de China Miéville, même s’il ne présente aucun ou presque des monstres classiques, est parfait à ce moment si particulier du calendrier. En treize nouvelles et une novella, il vous ouvre la … Continuer la lecture de « En quête de Jake et autres nouvelles »

Celui qui dénombrait les hommes

« China Miéville me fait le même effet que David Lynch. Je ne comprends pas tout, mais je me laisse emporter. » Au détour d’une discussion sur le Web, cette connaissance a parfaitement résumé sans l’avoir lu Celui qui dénombrait les hommes de China Miéville. En effet, bien qu’ayant lu plusieurs romans de cet auteur, je dois … Continuer la lecture de « Celui qui dénombrait les hommes »