La Chasseuse de trolls

Si vous pensiez avoir acheté ou emprunté un livre de fantasy avec La Chasseuse de trolls, reposez-le de suite avant votre passage en caisse. Si vous aimez Henning Mankell, Camilla Läckberg, Jo Nesbo et les autres rois et reines du polar nordique, ce titre est pour vous. En effet, La Chasseuse de trolls est une enquête policière débutant près du cercle polaire et se poursuivant dans toute la Suède.
Tout commence à l’été 1978 : une mère et son fils de quatre ans partent en vacances dans une cabane isolée. La mère revient seule : un géant a enlevé son fils. Vingt-cinq ans plus tard, un autre petit garçon de quatre ans disparaît chez sa grand-mère. Un nain bizarre à l’air pas tout à fait humain a été photographié près de la maison quelques jours auparavant. Il n’en faut pas plus pour que Susso Myrén, cryptozoologue spécialisée dans les trolls, se lance sur la piste des ravisseurs en question… À partir de cet instant, le livre va suivre deux parcours : celui de Susso et celui de Seved, un homme trentenaire vivant dans une communauté isolée et ayant une peur terrible des « grands » qui lui servent de voisins. Peu à peu, leur histoire et le devenir des deux enfants enlevés vont se rapprocher, se croiser et former un tout homogène.
L’approche originale de
La Chasseuse de trolls sur le monde des créatures fantastiques nordiques est particulièrement intéressante. Elle donne certainement envie d’en savoir plus sur cet univers, sachant que les trolls du titre peuvent être des ogres géants comme des lutins semblables à nos nains de jardins et toutes les entités de la féérie suédoise entre les deux. Tellement originale qu’il devient difficile d’identifier exactement quel être se cache derrière quel masque de fourrure. En revanche, le livre a les défauts de ses qualités. Même si des créatures imaginaires sont mêlées à ces disparitions d’enfants, La Chasseuse de trolls reste avant tout un polar. Et scandinave qui plus est. Ce qui signifie que, passé les premiers chapitres narrant la disparition de l’enfant en 1978, l’action démarre lentement. L’auteur ne prend pas son lecteur par la main pour l’entraîner à sa suite. Il peint un tableau pointilliste avec de nombreux détails, dont certains loin d’être essentiel à l’intrigue. Stefan Spjut pose ses personnages et l’atmosphère de son récit avant d’entrer dans le vif du sujet. Et il s’attache principalement aux humains. Si vous rêvez d’action ou de découverte du monde féérique scandinave, passez votre chemin. La Chasseuse de trolls n’est pas pour vous. Le pavé risque même de vous tomber des mains à force d’ennui. En revanche, si vous aimez le genre « polar venu du froid » et qu’une touche de fantastique vous intrigue, le livre de Stefan Spjut est le compagnon idéal pour vos soirées. L’éditeur français annonce qu’il s’agit du premier volume d’un diptyque, j’avoue ne pas savoir de quoi sera fait le second volume. L’intrigue de La Chasseuse de trolls se suffit à elle-même. À moins de raconter l’histoire du côté des créatures peut-être ?

La Chasseuse de trolls
de Stefan Spjut
Traduction de Jean-Baptiste Courtaud
Éditions Actes Sud

(critique initialement parue dans Bifrost n°95)

Les bras de Morphée

Si j’avais souvent croisé les éditions de L’Homme sans nom sur différents salons, je n’avais jamais rien lu d’eux. J’ai profité des promotions numériques liées au Mois de l’imaginaire pour découvrir à petits prix certains titres. Parmi eux, Les bras de Morphée de Yann Bécu a retenu mon attention. Et pourtant le pitch de départ ne m’attirait qu’à moitié. Dans un monde où le sommeil s’est emparé d’une grande partie de la population, un professeur de français ne dormant que 12 heures par jour occupe une partie de son temps en jouant les trolls professionnels et les détectives privés.
Sauf que ce pauvre professeur, Pascal Frimousse, porte bien son nom et n’est pas trempé ni comme un caïd ni comme le roi des magouilleurs. Dans une Prague chimérique où les licornes sont carnivores et les chiens des mets de choix, il va se lancer à la poursuite d’un homme qui aurait trouvé le remède et pourrait à nouveau réveiller l’humanité. Le tout avec un nombre impressionnant de digressions et de rencontres avec des personnages hauts en couleur du gang des mamies mafieuse aux différents patrons de bar et à leurs manies étranges, sans compter un mathématicien qui voit des androïdes à tous les coins de rue et une authentique cagole marseillaise en attachée militaire à l’ambassade.
Si la trame de l’histoire est légère, et l’explication de l’épidémie de sommeil vite expédiée, le monde dépeint par Yann Bécu dans Les
bras de Morphée est intéressant et bien mené. L’humour et l’ironie sont présents tout au long du récit avec de pures trouvailles, notamment parmi les différents Dumas écrivains ou le passage du bac français à l’oral. Le tout servi dans un livre court qui a bien occupé mes quelques heures d’insomnie.

Les bras de Morphée
de Yann Bécu
Éditions de l’Homme sans nom