Berserk of Gluttony

Le terme de light novel désigne au Japon un roman plutôt young adult et se caractérisant par des illustrations entre chaque grande partie, sans être assez nombreuses pour lui valoir l’appellation roman graphique ou bande-dessinée. Les thèmes abordés peuvent être parfois durs, ou au contraire le ton être très léger. Berserk of Gluttony de Ichika Isshiki et illustré par Fame se classe résolument dans cette deuxième catégorie. Dans un monde peuplé de monstres, chaque personne a une compétence particulière plus ou moins utile. Les plus puissants deviennent des saints chevaliers chargés de protéger le pays. Le héros de notre histoire, Fate, n’a qu’une compétence plutôt encombrante : la gloutonnerie. Menant une vie misérable de garde, il va un jour arrêter un voleur, découvrir de nouveaux aspects attirants, mais également dangereux à sa faim insatiable et lier son destin à celui de Roxy Hart, la plus jeune des saints chevaliers.
Reprenant le principe des jeux de rôles où le joueur monte en puissance à chaque combat et à chaque monstre tué, et où chaque nouvelle zone à explorer recèle ses propres créatures, Berserk of Gluttony ne surprendra pas par sa trame. En revanche, l’histoire est prenante et le ton suffisamment drôle et enlevé pour que l’on s’attache à son héros, sa naïveté et ses gaffes et que l’on se régale de ses aventures. Ce premier tome n’est qu’une introduction pour présenter les règles du jeu, les enjeux de l’histoire et les protagonistes, mais il remplit parfaitement son objectif : délasser le lecteur et le faire s’évader dans un monde lointain le temps de ses trajets quotidiens. À noter, pour ceux que le format light novel rebute, il existe également une version manga, scénarisée par le même auteur, mais avec Daisuke Takino au dessin. Même si personnellement, j’ai apprécié les illustrations intérieures et la couverture réalisées par Fame pour le light novel, je jetterai surement un œil à cette déclinaison.

Berserk of Gluttony
De Ichika Isshiki
Illustré par Fame
Traduction de Yukio Reuter
Éditions Maho

Fil rouge 2018 : Koro Quest! 1

Si vous êtes passé à côté du phénomène Assassination Classroom de Yusei Matsui, il est temps de rattraper votre retard avec le manga fini depuis 2016 ou l’anime dont les deux saisons sont disponibles sur Netflix. Sinon, vous pourrez lire le fil rouge d’août : Koro Quest! 1 de Kizuku Watanabe et Jo Aoto, mais sans les références à l’œuvre originale vous allez avoir un peu de mal à comprendre.
Dans Koro Quest! 1, nous retrouvons une classe de bras cassés, la 3-E, et leur prof principal si particulier qu’ils ont pour mission de tuer en guise d’examen de fin de passage. Mais dans cette version, la classe 3-E fait partie d’un collège chargé de la formation de héros de RPG (role-playing game – jeux de rôles) qui regroupent tous les élèves atteints de bugs informatiques (un ne pouvant avoir qu’une demi-armure, un autre perdant des points d’intelligence en encaissant des dégâts au combat, etc.) Et leur professeur, qui sera lui aussi surnommé Koro Sensei, est le Roi Démon, un PNJ (personnage non-joueur dans les jeux vidéo) monstrueux lui aussi affligé d’un bug, une vitesse supersonique le rendant résistant à toutes les attaques. L’ensemble des personnages d’Assassination Classroom se retrouvent dans Koro Quest! 1, chacun adapté à ce nouvel univers vidéoludique. Ce premier volume, paru en juillet, comprend cinq quêtes principales à savoir des histoires indépendantes, et des histoires très courtes servant de bonus ou de présentations plus détaillées de certains élèves.
Alors qu’un seul des trois volumes déjà parus au Japon n’est encore traduit en français, il est un peu tôt pour dire si la qualité de Koro Quest! sera au niveau de celle d’Assassination Classroom. Le dessin est lui aussi de bonne facture, et jusqu’à présent l’humour — parfois grivois, mais restant largement dans les normes du manga shonen pour jeunes ados — est assez conforme. Il manque encore un peu de profondeur dans les personnages pour juger si l’émotion sera au rendez-vous de ce spin-off comme elle l’était à celle de l’original. Et notamment savoir pour quelle raison, un Roi démon si atypique s’est décidé à enseigner à des apprentis héros. En attendant, les Champirits ont réussi l’exploit d’être les monstres de premier niveau les plus perturbants depuis les scorpides qu’affrontent les trolls dans leur zone de départ dans World of Warcraft. Et ce n’est pas une mince affaire !

Koro Quest! 1
de Kizuku Watanabe et Jo Aoto
Traduction de Frédéric Mallet
Éditions Kana