L’argot du bistrot

Ce n’est pas parce que les troquets sont fermés, sauf à se les geler sur le pas de porte « à emporter » et que nul ne sait quand on pourra enfin prendre un crème adossé au zinc qu’il faut oublier la langue qu’on y parle et qu’on y a parlé. Certains, connaissant mon amour pour les dictionnaires et le langage fleuri, ont eu la bonne idée de m’offrir L’argot du bistrot. Dans ce petit recueil, Robert Giraud débine les mots propres aux guinguettes, rades, estaminets et autres assommoirs et aux boissons, qu’elles soient alcoolisées ou non.
À chaque fois, il propose une définition illustrée d’une citation issue de journaux ou de la littérature. Et dans certains cas, il l’agrémente d’une explication sur l’origine réelle (loufiat) ou supposée (tuer le ver pour boire un verre de vin blanc ou d’eau-de-vie en guise de petit-déjeuner) du terme. Que vous fréquentiez assidument les débits de boissons en temps normal ou que vous n’y mettiez jamais les pieds, que vous ai
miez la langue verte ou que vous soyez juste curieux, ce petit livre est à la fois une mine d’information et une source de fous rires devant certaines définitions ou citations. Sans oublier une muse qui va vous inspirer pour vous plonger dans les romans cités. De François Villon à Alphonse Bourdin en passant par Eugène Sue, Émile Zola ou Georges Simenon, Robert Giraud ratissent large et n’hésite pas à sortir des textes surprenants de derrière les fagots. Une précision cependant quand un terme comme « empéguer » a plusieurs sens, L’argot du bistrot ne cite que ceux ou celui en rapport avec son sujet et non les autres. Ne vous en offusquez pas et bonne lecture !

L’argot du bistrot
de Robert Giraud
Éditions La Table Ronde

Astérix – Les citations latines expliquées de A à Z

Si vous lisez ces pages, vous savez désormais qu’outre la science-fiction, j’ai un gros faible pour la bande dessinée. Et si en temps normal, ce sont plutôt les comics qui m’attirent en premier (qu’ils soient signés Marvel, DC ou qu’ils émanent d’éditeurs nettement plus petits), certains « monuments » de la bande dessinée européenne me font fondre. C’est notamment le cas des Astérix de la grande époque Uderzo et Goscinny qui peuvent être lus, relus et redévorés à intervalles réguliers. Tombant chez Nature et Découvertes sur cet ouvrage, Astérix — Les citations latines expliquées de A à Z, je me suis penchée sur la question.
Deux heures plus tard, j’en suis ressortie avec un grand sourire et pleine de nouvelles informations plus ou moins utiles sur les citations latines (et au moins une en grec !) présentes dans les albums d’Astérix. Qu’elle soit d’époque, postérieure, voire totalement apocryphe, chaque citation est illustrée par la ou les cases où elle est présente, sa signification et l’origine de son histoire. Ne ratez pas non plus les explications du légionnaire Petitplus pour aller parfois plus loin. Enfin, ce petit livre de référence offre aussi un lexique des graffiti et inscriptions latines trouvées dans les BD, et une présentation brève des auteurs officiels des citations et de l’histoire du monde romain.
Que vous soyez fan d’Astérix ou que vous vouliez découvrir le latin (à l’occasion de l’entrée en 5e par exemple), ce petit livre intelligent et amusant est fait pour vous.

Astérix – Les citations latines expliquées de A à Z de Bernard-Pierre Molin
Editions du Chêne – Hachette