Symposium Inc.

Décidément depuis quelques titres, les personnages des récits d’Une Heure-Lumière sont tous sauf sympathiques. Le dernier en date avec deux protagonistes attachants devait être Toutes les saveurs de Ken Liu. Dans Symposium Inc., nous avons une collection d’individus tous plus clichés sortis d’une fiction estivale de télévision française et plus détestables les uns que les autres : l’avocate nymphomane et alcoolique, le capitaine d’entreprise froid et dédaigneux, la mère effacée qui a abandonné sa brillante carrière pour sa famille, la fille criminelle au sang-froid, etc. Et pourtant Oliver Caruso arrive avec ce polar mâtiné de neurosciences et de nanotechnologie à accrocher le lecteur et à nous pousser à continuer notre lecture…
A la base de Symposium Inc, il y a un crime sordide : une mère de famille assassinée alors qu’elle fête les 18 ans de sa fille. Le tout dans une maison ultra-surveillée où non seulement les caméras ont tout filmé, mais où les capteurs ont mesuré les différents taux de neurotransmetteurs dans le sang des personnes présentes pour retracer leurs émotions et
déterminer leurs culpabilités. Le mari de la victime et père de la meurtrière engage alors une ténor du barreau pour faire libérer sa descendance. Mais… le passé et l’appât du gain et du pouvoir s’en mêlent, et l’histoire se complique peu à peu…
Vendu comme un mélange de droit et de neuroscience, Symposium Inc. est léger en terme
s de droit. Il s’agit plus d’une critique sur la culpabilité médiatique avant procès et retournement de l’opinion publique qu’un exemple d’application futuriste du Code de procédure pénale. En revanche, sur l’interrogation entre culpabilité et maladie, il est intéressant et offre un dénouement, largement divulgâché par le titre au passage, bien amené. Une bonne lecture de plus dans cette collection qui n’en finit pas de dénicher des petites perles d’imaginaire.

Symposium Inc.
d’
Olivier Caruso
Éditions
Le Bélial’