The Dresden files

À l’occasion de la sortie de Peace Talks, le seizième roman dans cet univers, et des vingt ans de la série de Jim Butcher, laissez-moi vous présenter aujourd’hui The Dresden Files. Il s’agit d’une série d’urban fantasy originale, car mélangeant une multitude de mythologies en plein cœur de Chicago et de ses préoccupations bien modernes.
L’histoire commence par Storm Front, où nous faisons la connaissance d’Harry Dresden, seul sorcier officiellement inscrit dans l’annuaire de Chicago, alors qu’il va devoir retrouver un mari disparu et aider la police locale à résoudre une affaire de meurtre rituel commis visiblement à l’aide de la magie. Les premiers épisodes se lisent comme des polars surnaturels. L’univers autour d’Harry Dresden et du monde surnaturel qu’il côtoie se construit au fur et à mesure. Vous y découvrirez les sorciers humains du White Council qui se méfient de lui bien qu’il en fasse partie de plein droit, le monde des fées (divisé entre les cours de l’Eté et de l’Hiver, plus des indépendants comme la Horde fantastique ou les pixies proches de la fée Clochette et amateurs de pizza), différentes sortes de vampires (psychique, monstrueux ou morts-vivants tradition
nels), de loups-garous, des créatures issues de la mythologie nordique, tibétaine, amérindienne ou grecque (et le salon d’Hadès aux Enfers si confortable), des anges déchus ou non, et même des entités mystérieuses venues du Grand extérieur… Peu à peu, toutes ses enquêtes vont se révéler liées les unes aux autres et Harry Dresden va se retrouver mêlé à un complot ne visant rien de moins qu’à déstabiliser les accords entre les différentes nations surnaturelles pour éradiquer l’Humanité, si faible et pourtant si dangereuse pour le reste des créatures. Comme souvent dans ce genre de saga de fantasy, Harry Dresden va prendre du galon et passer de simple sorcier détective au rang de puissance à lui tout seul parmi la communauté surnaturelle. Mais son rayon d’action reste limité majoritairement à Chicago, même si certaines de ses aventures dans les nouvelles ou les comics liés l’entraînent à d’autres endroits de l’Amérique du Nord. Et suivant un corollaire du Tao de Peter Parker, de grands pouvoirs impliquent de grandes difficultés… Pour Harry Dresden, les enjeux ne vont que crescendo culminant avec la fin de Peace Talks, le dernier opus en date, où Chicago est menacée de destruction par la dernière des Titans. Autant vous dire que je n’ai qu’une hâte : me jeter sur Battle Ground quand il sortira fin septembre.
Mais si vous avez la chance de ne pas encore connaître cette série, pourquoi la lire ? Déjà parce qu’outre Harry Dresden, Jim Butcher a su créé une galerie de personnages humains ou non, particulièrement attachants et construits tout en nuance : La policière Karrin Murphy, Gentleman Jim Marcone truand de profession, ou Lea marraine féérique d’Harry, Bob esprit piégé dans un crâne ou encore la famille Raith dans son ensemble succubes de leur état, ne sont que quelques exemples parmi d’autres. Aussi puissantes qu’elles puissent l’être, les créatures
ont des limites strictes et ne peuvent s’en écarter : les fées ne peuvent mentir, les Raith sont brûlés par le contact d’une personne pleinement amoureuse, Harry ne peut utiliser de technologie postérieure aux années 70 sans tout faire sauter. Ce qui le condamne le plus souvent aux pannes de voitures et aux douches froides à répétition… Et l’auteur sait parfaitement alterner les moments épiques avec les petits détails de la vie quotidienne, comme un personnage s’inquiétant de la réaction de sa mère à ses nouveaux piercings alors qu’elle est en train de sauver l’univers en se battant dans la la forteresse de l’Hiver. Ou Harry faisant une note mentale d’inscrire sa fille à l’école alors qu’il va faire un cambriolage dangereux dans la forteresse du plus grand mafieux de Chicago. Les références à la culture geek (BD, livres, films, TV et autres) sont également nombreuses et toujours bien amenées. Je vous garantis que chaque livre vous apportera votre dose de suspense, de fou rire, d’émotion et d’action. Amateur d’urban fantasy, foncez lire The Dresden Files. Pour ceux qui lisent uniquement en français, la série a été traduite partiellement en français sous le titre Les Dossiers Dresden chez Bragelonne.

The Dresden Files
de 
Jim Butcher
Storm Front, Full Moon,
Grave Peril, Summer Knight, Death Masks, Blood Rite, Dead Beat, Proven Guilty, White Night, Small Favor, Turn Coat, Changes, Ghost Story, Cold Days, Skin Game, Peace Talks et une série de nouvelles et de comics associés
Éditions
Ace books

Mascarade

Après Carnaval, Ray Celestin poursuit son City Blues Quartet avec Mascarade. Dix ans après les événements du précédent roman, nous y retrouvons Michael et Ida, les deux détectives de chez Pinkerton et Louis Armstrong. Ayant tous quitté La Nouvelle-Orléans, ils ont refait leurs vies à Chicago.
En reprenant la même formule que le premier opus, Ray Celestin va nous décrire deux enquêtes en parallèle. Dans l’une, Michael et Ida enquêtent sur la disparition d’une riche héritière et de son fiancé. Dans l’autre, un photographe de la police essaie de faire la lumière sur un meurtre sanglant qui lui rappelle une autre affaire. Le tout sur fond de Prohibition et de guerre des gangs entre Al Capone et Bugs Moran.
S’inspirant une fois de plus de faits réels, quitte à en changer légèrement les dates, Ray Celestin mêle avec talent le monde du jazz, la description du Chicago des années 20 et 30 et un polar sommes toutes classique, mais non dénué de rebondissements surprenant. Plus sombre que le précédents, Mascarade laisse ses protagonistes survivants dans une situation plus précaire, mais particulièrement intéressante. Néanmoins, j’ai personnellement regretté le manque d’interaction entre Louis et Ida et le rôle très annexe du jazzman dans l’histoire par rapport au roman précédent.


Mascarade
de Ray Celestin
Éditions 10/18

Lovecraft Country

En attendant la mini-série TV du même nom créée par Jordan Peele, dont j’avais aimé Get Out ou US, lisons donc le roman de Matt Ruff, Lovecraft Country, qui lui servira de base. Nous sommes en 1954, Atticus Turner, jeune soldat noir récemment démobilisé de la Guerre de Corée rentre chez lui à Chicago. Là, il partira sur les traces de son père Montrose, avec son oncle créateur du Guide du voyage serein à l’usage des Noirs (inspiré du Negro Motorist Green Book qui indiquait au temps de la ségrégation, les endroits où les Noirs seraient bien accueillis dans leurs voyages à travers les États-Unis), et une amie d’enfance dans un coin perdu de la Nouvelle-Angleterre et tombera sur une loge mystique qui en veut à son sang. De cette aventure, Atticus, sa famille et ses amis vont être pris dans une guerre entre sorciers blancs (les Braithwhite et les Winthrop), qu’ils soient déjà morts ou encore vivants.
Malgré le titre du roman, les allusions à l’œuvre de Lovecraft sont assez peu nombreuses dans les aventures des personnages. En revanche, certains de ses protagonistes étant grands amateurs de ses œuvres et des autres titres de science-fiction de l’époque (dont les John Carter d’Edgard Rice Burroughs), il y a un débat intéressant et vif entre eux sur la possibilité de séparer l’homme de l’artiste. Chaque chapitre s’attache à un personnage principal différent et propose une aventure indépendante où les sorciers voulant utiliser Atticus pour le pouvoir dont il a hérité sont le fil conducteur. Jusqu’à la résolution finale.
Du coup, les points de vue se succèdent : hommes, femmes et même enfant, tous les proches d’Atticus ont droit à leurs lots d’expérience effrayante. Chaque chapitre gagne ainsi sa propre tonalité en s’appuyant sur la personnalité de son protagoniste. Certains relèvent plus de la science-fiction, d’autres de l’horreur pure ou du fantastique comme la maison hantée de Letitia. Et pourtant blindé par l’horreur du quotidien qui consiste à vivre en tant que Noir dans un monde pensé par et pour les Blancs, ils s’en sortent toujours et plutôt bien. Matt Ruff mélange un imaginaire fantastique à la description d’une classe moyenne noire dans les USA des années 50 où les lois Jim Crow étaient encore d’actualité. Il évite la plupart des écueils que rencontrent les auteurs blancs abordant ce thème en jouant notamment de façon intelligente avec le concept de « white savior » et en le détournant avec saveur. Au final, ses héros s’en sortiront sans avoir été sauvés par d’autres personnes qu’eux-mêmes. Et même si le choix de Ruby laisse un goût amer en bouche, il est pleinement compréhensible.
D’un point de vue européen, ce livre se dévore avec beaucoup de plaisir et m’a personnellement ravie par son originalité : tant du thème abordé que de ses choix narratifs et la façon dont tout se boucle à la fin. Une très belle découverte en espérant que la série sera à la hauteur….

Lovecraft Country
de Matt Ruff
traduction de Laurent Philibert-Caillat
Éditions 10/18

En bonus, la bande-annonce de la série attendue pour le 16 août aux USA et le 17 août en France.

The Devil in the White City

Quittons un peu le monde de la fiction pour le monde bien réel. Et plus exactement le Chicago de la fin du 19e siècle. Les coulisses de l’Exposition universelle de 1893 et les agissements d’un des premiers serial killers américains vont se croiser, et inspirer bien des histoires dont le fameux Gotham by Gaslight de Mike Mignola et Brian Augustyn récemment réinterprété en film d’animation et disponible en VOD sous le titre Batman : Gotham by Gaslight. Dans The Devil in the White City, point de justicier masqué. Erik Larson suit au plus près deux personnages que tout semble opposer : Daniel Hudson Burnham, architecte de renom et directeur des travaux pour l’Exposition universelle de Chicago, et H.H.Holmes, avide de profit dont l’hôtel meurtrier ouvert à l’occasion de cette exposition hantera longtemps la culture populaire et policière des États-Unis.
Chaque chapitre alterne entre l’un et l’autre homme, et entre les deux facettes de Chicago. D’un côté, la ville industrieuse et en plein essor qui lève tous les obstacles pour montrer ses plus beaux atours et accueillir le monde entier au bord du lac Michigan. De l’autre, une ville mangeuse d’hommes et de femmes pauvres attirés dans ses rues pour vivre décemment, et qui peinent à y survivre avant de disparaître souvent sans laisser de trace.
Particulièrement bien documenté, Erik Larson utilise les faits à sa disposition pour rendre son livre aussi palpitant que n’importe quel thriller. Cela peut sembler facile quand on parle d’H.H.Holmes et de la façon dont peu à peu ses crimes seront découverts et où il sera finalement arrêté. Cela relève du tour de force quand on parle architecture et organisation d’une exposition universelle. Pour autant, l’attention que porte Erik Larson aux détails, que ce soit la coupe des vêtements ou la composition des repas, fait entrer ses lecteurs dans le Chicago de cette époque aussi bien en recréant les images, le son, mais également l’odeur et le goût de la ville, sans oublier ses bourrasques de vent glacial ou sa chaleur étouffante suivant la période de l’année où se passe l’action. Que vous vous apprêtiez à visiter Chicago, ou que vous connaissiez déjà bien la ville, que vous vous intéressiez à l’architecture ou à l’histoire criminelle, ce livre factuel se lit aussi vite qu’un bon roman.

The Devil in the White City
Erik Larson
Éditions The Vintage Books.