Moxyland

Attention, ce livre est une vraie claque ! Premier roman d’une journaliste sud-africaine, Lauren Beukes écrit en 2008, Moxyland reste cruellement d’actualité treize ans plus tard.
Que raconte-t-il ? Une tranche de vie de quatre jeunes adultes dans une version du Cap dystopique. Un nouvel apartheid s’est abattu sur l’Afrique du Sud, et en creux sur le monde entier. Soit vous appartenez à une grande entreprise (qui vous emploie, vous loge, vous soigne et vous nourrit) ; soit vous vivez hors de son monde. Au sens littéral du terme : vous n’avez pas accès aux restaurants, écoles et commerces que les entreprises réservent à leurs employés, ni aux lignes de transports et immeubles d’habitations dédiés également aux employés. Soit vous avez un smartphone qui vous sert non seulement à vous connecter au réseau, mais également à prouver votre identité ou à accéder à votre argent ; soit vous n’êtes pas connecté et vous êtes à la frange, condamné à vivre d’expédients et à vous faufiler entre les mailles du filet. Dans ce monde outre ces fractures au sein de la société, la nanotechnologie est tellement développée que les chiens policiers augmentés sont devenus de véritables armes de guerre et que des compagnies utilisent des nanorobots pour greffer de la publicité au sein de votre ADN s’affichant sous forme de tatouage sur votre peau.
Dans Moxyland, les quatre personnages principaux  – Toby, Tendeka, Kendra et Lerato – servent de narrateurs à tour de rôle et son
t placés à travers les différentes classes de cette nouvelle société. Kendra, jeune artiste photographe vient d’être recrutée par un grand groupe pour tester un nouveau jeu de nanobots publicitaires. Lerato, issue d’un orphelinat sponsorisé par un autre grand groupe est prête à tout pour grimper dans l’échelle sociale quitte à pirater son entreprise et faire un peu d’espionnage industriel. Toby, ancien étudiant attardé et fils désœuvré de parents fortunés, vit à la marge et se rêve journaliste indépendant animateur de sa propre chaîne vidéo. Tendeka, rebelle des nouveaux townships est prêt à tout pour renverser l’ordre socio-policier qui gouverne le pays. Il va y être aidé par un mystérieux skyward* rencontré sur un monde virtuel, mais ira-t-il trop loin ? Son action va forcer les quatre narrateurs à interagir ensemble et déclencher une chaîne d’événements qui prendront un tour dramatique.
Moxyland reprend la trame classique d’un bon roman de cyberpunk : l’utilisation de l’informatique et de biomodifications à tous les échelons de la société même les plus bas, une lutte des classes entre les grandes corporations et les « déclassés » et une bonne dose d’action assez soutenue pour tenir le lecteur en haleine. Et pourtant Lauren Beukes y apporte un vent de fraîcheur. Déjà d’une façon cosmétique, en se passant dans l’ancienne « nation arc-en-ciel », les différents personnages ne sont pas tous d’une même couleur de peau. Et là, où cela devient intéressant, c’est qu’avant que l’autrice ne le révèle au détour d’un détail, vous ne pouvez pas deviner la couleur de chacun d’entre eux. Les divisions de cette nouvelle Afrique du Sud ne sont pas tant liées à la teinte de leur peau (sauf peut-être pour Emily, personnage secondaire et réfugiée d’un des multiples conflits qui ravagent encore le reste du continent) qu’à leurs places dans l’échelle sociale (Avec ou sans carte SIM ? Intégré à une corporation ou non ?). Elle vous place dans un univers à la fois très familier, même si assez futuriste, et avec juste ce qu’il faut de décalage pour vous
bousculer dans vos préjugés et retenir votre attention jusqu’à la fin de ce livre. Puis vous faire réfléchir un bon moment.
Précision, j’ai lu ce livre en version originale, mais il a été traduit en français chez Presse de la Cité.

Moxyland
de
Lauren Beukes
Éditions
Angry Robots

La Mort selon Turner

En général, quand je lis un polar, j’aime l’enquête. Explorer les bas-fonds de l’âme humaine oui, mais surtout décortiquer les mécanismes qui ont amené au crime et à sa résolution. Avec La Mort selon Turner de Tim Willocks c’est raté. Dès le début, tout le monde sait qui a tué, sauf étrangement le tueur lui-même. Et on sait presque comment l’histoire se finira.
Vendu comme un polar ou un thriller, La Mort selon Turner est en réalité un western moderne noir, âpre, dur et sec comme le désert sud-africain où il se déroule en grande partie. D’un côté nous avons Turner, un flic noir aux yeux verts du Cap amateur de tai chi et d’un sang-froid à toute épreuve. De l’autre, nous avons presque toute une petite ville minière perdue dans au milieu du Cap Nord sous la coupe de Margot Le Roux, la milliardaire propriétaire de la mine.
Un samedi soir dans un township du Cap, un jeune Afrikaner ivre écrase une jeune SDF noire et rentre chez lui. Une affaire banale sauf que Turner est le policier chargé de l’enquête sur cet homicide et qu’il ne veut pas le laisser impuni. Sauf que l’Afrikaner en question est Dirk Le Roux, le fils de Margot, promis à un brillant avenir comme avocat et qui ne peut donc se permettre d’avoir un casier judiciaire. Margot et son entourage (amant, policiers locaux, homme de main) vont s’appliquer à cacher la vérité à Dirk mais également à empêcher son arrestation. Resserré sur trois jours, l’affrontement entre Turner et Margot est sanglant et impitoyable. Toutes les corruptions, toutes les compromissions sont permises pourvu que chacun des duellistes obtienne la victoire et le prix qu’il ou elle y attache. Les cadavres pleuvent. La nature comme les hommes font preuve d’une violence rare. Même si, à leurs yeux, elle est toujours justifiée par l’amour de la justice, de la paix, de sa famille ou d’une femme. Chaque protagoniste est persuadé de son bon droit, quitte à dépasser – et de très loin – les limites de sa conscience et de sa décence. Le tout dans le contexte d’une Afrique du Sud post-apartheid où les divisions raciales n’ont pas disparu, mais où d’autres divisions de caste, de genre ou de classe sociale s’en mêlent et changent les rapports de force.
Attention, quand je compare La Mort selon Turner à un western, ce n’est pas la version gentillette du genre à la Danse avec les loups, mais bien la plus rude qui soit (Django Unchained de Quentin Tarentino, La Horde Sauvage, etc.). Si Tim Willocks vous embarque dès les premières pages et ne vous lâche plus jusqu’à la fin, certains passages vous demanderont d’avoir le cœur bien accroché, notamment pour savoir comment récupérer de l’eau en plein désert. Néanmoins, ce livre est magistralement écrit. À dévorer si vous aimez le genre, ou l’Afrique du Sud. Ou si vous voulez vous offrir une virée dans les tréfonds d’âmes humaines bien ordinaires mais sans concession.

La Mort selon Turner
de Tim Willocks
Traduction de Benjamin Legrand
Éditions
Sonatine