Comment parle un robot ?

Sortis des pages de nos chers livres de science-fiction, l’intelligence artificielle, les assistants vocaux et autres robots s’invitent de plus en plus dans nos vies quotidiennes. Va-t-on bientôt avoir les mêmes problèmes que les robots d’Asimov, devoir craindre l’avènement de Skynet ou subir le bavardage incessant de droïdes comme C3PO ou R2D2 ? Dans Comment parle un robot ?, Frédéric Landragin nous rassure de suite. L’intelligence artificielle telle qu’elle se montre à l’heure actuelle n’a rien à voir avec les rêves et les cauchemars des auteurs de SF. D’ailleurs, avant même de pouvoir se mesurer en termes d’intelligence à des êtres vivants, les machines modernes sont confrontées à un problème de taille : comprendre les langages humains et y répondre avec à-propos.
Dans les 250 pages de cet essai, qui fait pendant à Comment parler à un Alien ?, dans lequel il était question d’échanges entre intelligences biologiques, Frédéric Landragin, spécialiste de la linguistique et du traitement automatique des langues, détaille les différentes difficultés auxquels se heurtent les robots et autres systèmes « intelligents » pour déchiffrer les langages humains, en fiction comme dans la réalité. Et ce, à l’écrit comme à l’oral, avec ou sans support visuel pour « lire » leur interlocuteur. Le tout étant présenté de façon très méthodique : quelles sont les différentes formes de l’IA parlante, quelles sont les multiples approches du traitement automatique du langage, comment une machine comprend-elle ce qu’on lui dit ou pas, qu’est-ce que la traduction et pourquoi le babel fish de Douglas Adam n’est qu’un doux rêve, et enfin comment faire dialoguer hommes et machines.
Par certains côtés, ce livre est plutôt rassurant sur la capacité des machines à nous espionner ou à nous dominer grâce à leur maîtrise du langage et, de fait, de nos esprits. Par d’autres, il est bien plus inquiétant. En effet, il met en lumière les incompréhensions des machines et les biais cognitifs sources d’erreur que les humains chargés de leurs enseignements peuvent leur apporter. Avec des conséquences potentiellement catastrophiques quand on s’aperçoit qu’une IA s’appuie sur un critère complètement étranger pour prendre une décision ayant des vies humaines comme enjeu, car les filtres proposés ne sont pas assez précis ou, au contraire, assez vagues…
Comment parle un robot ? a par ailleurs un avantage certain. En prenant des exemples tant dans la science-fiction que dans la vie quotidienne, Frédéric Landragin arrive à rendre clair et intelligible un sujet assez obscur pour qui n’a ni appétence pour la linguistique ni de bonnes connaissances en informatiques, et surtout sur lequel nombre d’essais et d’articles aussi alarmistes que fantaisistes ont déjà été écrits. En refermant ce livre, vous ne saurez certes pas comment rendre plus intelligents votre enceinte Alexa ou l’assistant Siri de votre téléphone, mais vous saurez comment leur formuler vos demandes pour qu’ils vous comprennent. Ou les débrancher définitivement afin d’éviter que derrière les machines, des humains inconnus vous écoutent et pallient les manques de ces dernières en vous espionnant.

Comment parle un robot ?
De Frédéric Landragin
Éditions Le Belial’

(critique initialement parue dans Bifrost n°98)

Une réflexion sur « Comment parle un robot ? »

  1. J’ai beaucoup aimé cet opus (tout comme le précédent). Frédéric Landragin est un très bon pédagogue et sait rendre intéressant quelque chose qui ne l’est pas forcement initialement.

    Reste à savoir si l’auteur a encore des réserves pour faire parler autre chose…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.