Chine, retiens ton souffle

Parmi les enquêteurs récurrents que j’ai beaucoup de plaisir à retrouver, l’inspecteur-poète Chen Cao créé par Qiu Xiaolong est l’un des plus originaux. Dans Chine, retiens ton souffle, il se retrouve plongé dans une enquête policière d’une actualité troublante en ces temps de masques « fortement recommandés » pour tous.
Écrit en 2018, Chine, retiens ton souffle se passe en effet alors que la ville de Shanghai étouffe sous un nuage de pollution. L’inspecteur Chen et son assistant Yu sont appelés en renfort pour arrêter un meurtrier en série. Et dans le même temps, venu tout exprès de Pékin, un haut cadre du Parti va demander à Chen de se pencher sur les agissements d’une activiste écologiste, dont le policier fut très proche il y a quelques années.
Comme souvent Qui Xialong, qui a quitté la Chine pour les États-Unis après les événements de Tian’Anmen, se sert de cette enquête pour dresser un tableau féroce de la situation politique dans son pays d’origine. Sans pour autant verser dans le pamphlet et en oublier l’attrait essentiel d’un bon polar : l’enquête elle-même.
Plus exactement, nous allons suivre ici deux histoires en parallèle : les recherches de Yu et de son épouse sur les traces du serial killer, et la façon don
t Chen va se débrouiller pour contenter le cadre du Parti sans pour autant mettre en danger son ancienne amante. Les deux hommes se tiennent réciproquement aux courants de leurs progrès et se donnent des conseils mutuels pour avancer dans leurs enquêtes. Et à la fin, ils trouveront le moyen de lier les deux pour obtenir une résolution satisfaisante à tout le monde. Et comme souvent les connaissances littéraires et les talents de poète de l’inspecteur Chen contiendront les germes du succès.
Chine, retiens ton souffle
fait de nombreuses références à d’autres enquêtes de l’inspecteur Chen, mais rassurez-vous, il peut se lire de manière indépendante. Outre l’intrigue elle-même et la critique sociale et politique, Chine, retiens ton souffle montre une Chine entre modernité et tradition avec comme souvent de nombreuses allusions à la nourriture locale. Si comme moi vous aimez la cuisine asiatique, attention, certaines scènes risquent de vous mettre l’eau à la bouche.

Chine, retiens ton souffle
de
Qui Xiaolong
traduction d’
Adélaïde Pralon
Éditions
Points