Corruption

Dans le genre polar bien noir, Don Winslow frappe fort avec Corruption. Dans la lignée des films US des années 70, ce livre décrit une version au ras du bitume de la police new-yorkaise. Sauf que l’action se passe au 21e siècle, dans un New York post-11 septembre en plein mouvement Black Lives Matter. Sauf que le « héros », Denny Malone est un inspecteur irlando-américain membre d’une unité d’élite opérant en plein cœur de Harlem.
On le découvre assis dans une cellule, déchu et abandonné de tous. Et l’ancien « Roi de New York » va alors de chapitre en chapitre nous raconter sa vie lorsqu’il régnait à la tête de son équipe de flics d’élite « ripoux ». Tout a basculé lors d’une descente chez un dealer où l’un des policiers de son équipe meurt et dont les autres membres repartent en ayant détourné 50 kg d’héroïne et des millions de dollars. A cet instant, sa chance va tourner. La petite vie de Denny Malone partagée entre sa femme et ses deux enfants à Staten Island, et sa maîtresse infirmière dans Harlem, va partir en vrille. Un pas après l’autre, il va perdre tous ses repères, tous ses appuis.
Mais Corruption n’est pas que le récit d’un flic corrompu de plus. Le livre démontre comment l’ensemble du système (police de la ville et ses différents services, administration municipale, système judiciaire, fédéraux, etc.) est entièrement à vendre et à la solde des uns et des autres. Et comment ce sont toujours les petits, « ceux qui acceptent un café ou un sandwich pour fermer les yeux, mais redescendre risquer leurs peaux dans la rue » comme le dit Malone, qui payent pour les gros intouchables. Si l’histoire est donc assez classique, elle est suffisamment bien racontée pour qu’on enchaîne les pages les unes derrière les autres, jusqu’au rebondissement final. Certaines scènes ne manquent pas de panache (la visite du chien chez l’avocat par exemple), d’autres sont assez violentes, juste ce qu’il faut pour renouveler l’attention. Les personnages, même les plus secondaires, sont bien campés et assez mémorables. Suffisamment parfois pour mettre d’autres noms plus réels dessus.

Corruption
de Don Winslow
Traduction de Jean Esch
Éditions Harper Collins