Mascarade

Après Carnaval, Ray Celestin poursuit son City Blues Quartet avec Mascarade. Dix ans après les événements du précédent roman, nous y retrouvons Michael et Ida, les deux détectives de chez Pinkerton et Louis Armstrong. Ayant tous quitté La Nouvelle-Orléans, ils ont refait leurs vies à Chicago.
En reprenant la même formule que le premier opus, Ray Celestin va nous décrire deux enquêtes en parallèle. Dans l’une, Michael et Ida enquêtent sur la disparition d’une riche héritière et de son fiancé. Dans l’autre, un photographe de la police essaie de faire la lumière sur un meurtre sanglant qui lui rappelle une autre affaire. Le tout sur fond de Prohibition et de guerre des gangs entre Al Capone et Bugs Moran.
S’inspirant une fois de plus de faits réels, quitte à en changer légèrement les dates, Ray Celestin mêle avec talent le monde du jazz, la description du Chicago des années 20 et 30 et un polar sommes toutes classique, mais non dénué de rebondissements surprenant. Plus sombre que le précédents, Mascarade laisse ses protagonistes survivants dans une situation plus précaire, mais particulièrement intéressante. Néanmoins, j’ai personnellement regretté le manque d’interaction entre Louis et Ida et le rôle très annexe du jazzman dans l’histoire par rapport au roman précédent.


Mascarade
de Ray Celestin
Éditions 10/18