Jenny Finn

Certains auteurs de BD américains m’attirent instantanément. C’est notamment le cas de Mike Mignola, qui hormis sa création de Hellboy, a toujours un regard intéressant sur certains classiques de la littérature. Jenny Finn est une œuvre mineure par rapport au reste de sa bibliographie, mais s’intègre avec brio dans cette tendance.
En effet, dans Jenny Finn, Mike Mignola et Troy Nixey revisitent talentueusement la nouvelle Le Cauchemar d’Innsmouth de H.P. Lovecraft, en la déplaçant dans le Whitechapel victorien où sévissait Jack L’Éventreur. Cette Jenny Finn qui fait tourner les têtes de tous les hommes est-elle l’enfant maudite du Léviathan ou une sainte venue assurer une rédemption écailleuse à ses ouailles ? En suivant Joe, jeune paysan monté à la capitale sur ses traces, nous en apprendrons plus sur elle, sa nature et sur les coulisses de Londres, des bas-fonds au palais de Buckingham…
Si Mike Mignola ne s’est occupé que du scénario et des couvertures, le dessin de Troy Nixey et dans une moindre mesure de Farel Dalrymp
le en rappelle fortement la patte. Les corps, touchés ou non par Jenny, sont difformes. Le jeu de clair/obscur fait partie intégrante de la narration, de même que le manque de détails sur certains personnages. L’histoire elle se termine de façon ouverte, laissant au lecteur le choix de décider si finalement le sacrifice de Jenny sera une bonne chose pour l’Empire britannique ou une atrocité de plus dans cette époque troublée.
Cette bande dessinée, augmentée des explications de Troy Nixey sur sa genèse et de croquis complémentaires, ne révolutionnera pas l’univers des comics. En revanche, une fois lu, elle donne envie de s’attarder sur différentes planches pour en admirer le trait, et voir comme l’horreur peut être suggéré par une écaille ou un petit bout de tentacule dépassant d’une manche.

Jenny Finn
Scénario de Mike Mignola et Troy Nixey
Dessins de Troy Nixey et Farel Dalrymphle
Couleurs de Dave Stewart
Traduction de Hélène Remaud-Dauniol
Éditions Delcourt

Le Cycle des Épées

Le Cycle des Épées de Fritz Leiber est l’une des œuvres fondatrices de la fantasy. Écrite entre les années 30 et la fin des années 60, cette série a donné naissance à sept recueils de nouvelles mettant en scène deux personnages si opposés qu’ils sont devenus des archétypes du genre et ont essaimé depuis dans le jeu de rôle et le jeu vidéo : Fafhrd le grand guerrier barbare et Le Souricier gris, petit voleur rusé habile à l’épée et à la magie.
Cette série a inspiré une bande dessinée écrite par Howard Chaykin et dessinée par Mike Mignola, le créateur d’Hellboy. C’est cette dernière, également intitulée Le Cycle des Épées, qui fait l’objet du présent billet.
En effet, si vous n’avez jamais lu l’œuvre de Fritz Leiber, cet album rassemble sept des nouvelles les plus marquantes de la série : Mauvaise rencontre à Lankhmar, La Malédiction circulaire, La Tour qui hurle, Le Prix de l’oubli, Le Bazar du bizarre, Jours maigres à Lankhmar et Quand le roi des mers est au loin. De plus, ces histoires sont présentées dans l’ordre chronologique des aventures des deux héros en commençant par leurs rencontres, et non dans l’ordre de leurs parutions originelles. C’est une excellente introduction aux personnages principaux : Fafhrd, Le Souricier gris et leurs deux mentors ennemis Sheelba au visage aveugle et Ningauble aux sept yeux. Ainsi qu’à l’univers de Nowhen où se situent leurs aventures.
Si comme moi, vous connaissez déjà l’œuvre de Fritz Leiber, cette réinterprétation de son univers par Howard Chaykin et Mike Mignola est un pur régal. Il n’y a guère que La Malédiction circulaire qui semble un peu faible pour une véritable histoire, mais elle sert de présentation générique de Nowhen, hors des murs de Lankhmar. En revanche, le trait si particulier de Mike Mignola fournit le juste équilibre entre le détail marquant dans une case et le non-dit suggestif assez proche du texte original. Du coup, attention après avoir lu l’album vous risquez de vouloir vous replonger dans le texte de Fritz Leiber.

Le Cycle des Épées
d’après Fritz Leiber
scénario de Howard Chaykin
dessins de Mike Mignola
traduction d’Alex Nikolavitch
Éditions Delcourt