The Last Emperox

Confinement lecture ou non, ayant déjà dévoré les deux premiers livres de la trilogie The Interdependency (The Collapsing Empire et The Consuming Fire) de John Scalzi, je ne pouvais que lire The Last Emperox quelques jours après sa sortie. Et le moins que l’on puisse dire c’est que la conclusion est à la hauteur des deux autres. Jusqu’au petit défaut près. The Last Emperox reprend l’histoire à la fin de The Consuming Fire. Le coup d’État a échoué, Grayland II roucoule avec son scientifique en cherchant un moyen de préserver la population de l’Empire de la disparition des routes galactique, notre chère Lady Kiva profite d’un moment de calme tout en administrant la maison dont elle a la charge. Et dans l’ombre, certains adversaires rêvent de revanche et complotent de nouveau.
Encore une fois, The Last Emperox part d’un postulat connu pour aboutir à une intrigue qui n’est absolument pas celle qu’on aurait pu espérer à la fin du deuxième livre. Écrit en 2019, le livre est comme les deux autres affreusement prémonitoires sur l’actualité, même s’il ne parle pas à proprement parler de pandémie. Dans The Last Emperox, la perte des routes galactiques menace la vie de toute l’Humanité dans un univers connu où il n’y a qu’une planète habitable naturellement pour des millions de milliards d’habitants. Et pourtant, à de très rares exceptions près, chacun cherche son profit immédiat à court terme, quitte à
laisser le reste du monde sombrer. Toute ressemblance avec certaines stratégies politiques — notamment d’un certain président des États-Unis actuel — est bien entendu parfaitement volontaire. À un petit détail près, les protagonistes devant rester sympathiques pour le lectorat, ce sont leurs adversaires (ici le Parlement, presque toutes les familles de la noblesse passée ou présente, et les grandes guildes commerciales) qui vont endosser les défauts modernes. D’autres défauts sont poussés à l’extrême comme le comportement monopolistique de chaque guilde qui est à la base même de cet empire galactique. Il est à noter qu’à la fin de cette trilogie, le problème des routes galactiques reste intact, même si une solution à long terme semble émerger pour sauver l’Humanité. Du moins dans ce coin de l’Univers.
Au-delà de la critique sociale toujours intéressante, The Last Emperox est un bon roman de John Scalzi avec des personnages bien campés, une action soutenue même s’il s’agit surtout d’intrigues de palais, des dialogues piquants et
une bonne dose d’humour. Si vous aimez ce genre de cocktails, vous dévorerez sans problème The Last Emperox. Et son défaut ? Comme les deux premiers, il se lit trop vite. Et personnellement, j’ai trouvé la fin vite expédiée, malgré une scène d’anthologie dans la cathédrale de Xi’an.

The Last Emperox
de 
John Scalzi
Éditions
Tor